La critique de la cadence des travaux de plusieurs projets ayant trait aux préoccupations des citoyens comme l’AEP, les routes, l’éducation, et l’instruction rigoureuse pour la nécessité de la consommation des crédits alloués aux projets de développement ont marqué les interventions du chef de l’Exécutif de la wilaya Hadjadj Messaoud lors de sa première sortie sur le terrain de plusieurs communes de la daïra de Meskiana (extrême est de la wilaya).

L’écoute attentive des préoccupations majeures des citoyens par le chef de l’Exécutif lors de ce premier contact direct a fait que la tournée s’est achevée vers 22H. Cela étant, le chef de l’Exécutif a énergiquement déploré surtout les retards accusés par les projets, dont l’impact se répercute sur la situation sociale des administrés. Dans ce sillage, le chef de l’Exécutif a critiqué sévèrement la lenteur des travaux de réalisation débutés en décembre 2017 d’un réservoir de 500 m3 à Blala (une commune rurale à quelques encablures de Meskiana), dont le taux physique était de 45% et financier (consommation des crédits) de 40%. Constatant la discordance dans les chiffres présentés, le chef de l’Exécutif n’a pas mâché ses mots en lançant : « Accordez vos violons pour accélérer le rythme des travaux et atténuer ces retards pénalisant les citoyens et le projet doit être achevé avant l’été. » Constatant la faiblesse de la consommation des crédits alloués aux diverses opérations des plans communaux de développement (PCD), le chef de l’Exécutif n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour critiquer les taux de consommation de crédits. De ce fait, il a fixé la date du 31décembre 2018 comme dernier délai pour leur totale consommation. Au souci de l’insuffisance de l’AEP pour les citoyens des zones éparses, le chef de l’Exécutif a instruit les responsables de l’hydraulique quant à la nécessité d’un schéma de distribution de l’eau dans les zones éparses avec la mise en place des bornes-fontaines. « Les communes qui auront consommé les crédits et achevé les programmes des logements ruraux et sociaux dans les délais se verront accorder d’autres crédits, contrairement aux retardataires », avait martelé le chef de l’Exécutif lors de l’inspection des projets de réalisation de logements publics locatifs et ruraux de Blala. S’intéressant aux conditions de scolarité des élèves lors de l’inspection des écoles de Blala, le chef de l’Exécutif a instruit les responsables à veiller à l’achèvement de la réhabilitation des établissements (étanchéité, chauffage et autres) avant les rigueurs hivernales. « Le projet n’a rien d’un CET, il a plutôt l’aspect d’une grande décharge », avait remarqué le chef de l’Exécutif lors de l’inspection du projet de réalisation d’un CET, avant de sommer les responsables à déployer les efforts nécessaires pour améliorer son aspect et sa situation. L’unité de l’ex-Elatex, liquidée en 2006, est à l’abandon depuis 2009, constituant autrefois un fleuron du textile dans la région avec ses 400 travailleurs et sa superficie de 16 ha, a soulevé aussi les interrogations du chef de l’Exécutif qui a déploré énergiquement les retards n’ayant pas permis la reprise par les investisseurs d’une unité d’envergure pareille.
« C’est un crime économique de laisser à l’abandon une unité économique pareille alors que le foncier industriel fait largement défaut », avait affirmé le wali.
Il invita alors les responsables à étudier l’impact pour l’implantation d’un grand investissement dans un créneau économiquement rentable pouvant absorber le chômage dans la région. Enfin, la réalisation d’une salle omnisports à Meskiana, des lotissements sociaux, le programme d’urgence de l’AEP, les écoles et les logements (LPL) et des communes rurales Bhir Chergui, Rhia.