Les travaux de mise à niveau du tunnel autoroutier d’Aïn Chriki, relevant de la commune de Djebahia (ouest de Bouira) accusent un énorme retard, selon un rapport présenté lundi par une commission de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) devant le wali Mustapha Limani.

Prévu en 2013, le projet qui n’a été lancé qu’en 2015 n’est toujours pas achevé alors qu’il devait l’être dans un délai d’une année. Le wali a estimé que cette situation est « inadmissible », appelant le consortium algéro-espagnol (Cosider-Indra) chargé des travaux à rattraper ce retard pour mettre fin au calvaire qu’endurent les usagers de l’autoroute Est-ouest. « C’est inadmissible de constater tout ce retard. Des travaux qui devaient prendre quelques jours, prennent tous ces longs mois et ils ne sont toujours pas achevés », a déploré M. Limani lors de cette session APW. Le premier magistrat de la wilaya a demandé à ce propos des explications aux représentants de l’Algérienne des Autoroutes (ADA), maître de l’ouvrage. Ceux-ci ont justifié le retard enregistré par le fait que les équipes de travail manquent de formation et d’expérience. « C’est vrai qu’il y a du retard, mais les travaux sont les plus durs à réaliser. Nous sommes en train d’apprendre, car il s’agit d’un projet de mise à niveau de ce tunnel selon les normes internationales », ont-ils expliqué lors de cette session APW. Les représentants de l’ADA ont reconnu aussi la complexité de ce projet. « Nous faisons de notre mieux pour parachever ces travaux », ont-ils dit. Au manque d’expérience des techniciens et ingénieurs engagés sur le chantier, s’ajoute l’indisponibilité de certains équipements de sécurité touchés dernièrement par l’interdiction d’importation décidée par le gouvernement, selon les détails donnés par les représentants de l’ADA. La mise à niveau du tunnel autoroutier d’Aïn Chriki porte sur l’installation d’équipements de sécurité modernes pour le mettre en conformité aux normes mondiales pour une enveloppe financière de onze millions d’euros, selon les détails recueillis au cours de la session APW. Cette modernisation devra inclure la mise en place d’un système de gestion centralisé, un système de détection automatique d’incidents, des caméras de surveillance, de systèmes de signalisation et la réfection de la chaussée, d’après les explications données par les représentants de l’ADA. A la fin de cette session APW, le chef de l’exécutif, M. Limani, a salué les efforts de la commission de l’Assemblée locale pour l’élaboration de son rapport qu’il a qualifié de « pertinent ». M. Limani a saisi aussi cette occasion pour exprimer son engagement d’allouer une importante enveloppe financière pour la réhabilitation des routes durant l’exercice 2019