Les chaînes de télévision et de radio publiques et les dépêches du fil de l’Agence Algérie Presse Services (APS) sont, depuis ce jeudi, diffusées par le satellite algérien de télécommunication ALCOMSAT-1, une première en Algérie, qui marque son entrée dans la  diffusion par satellite des chaines de radio et de télévision.  

Les cinq chaînes de télévision publiques algériennes (Programme national, Canal Algérie, TVA3, TV4, et TV5) sont enfin disponibles en haute  définition (HD) à la faveur de leur diffusion à partir de ce jeudi via le  satellite algérien de télécommunication Alcomsat-1, a annoncé l’Etablissement public de télédiffusion d’Algérie (TDA). 

En effet, l’Etablissement public de télédiffusion d’Algérie (TDA) a  annoncé la diffusion officielle, à partir de ce 1er Novembre, de deux  bouquets dont l’un est composé des 5 chaînes TV avec une qualité HD d’au moins 720p et l’autre de ces mêmes chaines TV en définition standard  (résolution de 480p) et de 57 services radios (48 radios régionales, Ch1,  Ch2, Ch3, Radio Décrochage, Radio Décrochage 2, Radio Algérie  Internationale, Radio Sahel, Jil FM et Radio Multi chaines) ainsi que du  fil d’Algérie Presse Service (APS), avec une moyenne de 450 à 500 dépêches  par jour en arabe et en français. 

Pour recevoir ces deux bouquets, il suffit d’orienter la parabole vers le  satellite Alcomsat-1 sur la position orbitale 24,8 Ouest, qui couvre tout le territoire national ainsi que la zone du Grand Maghreb et du Sahel. Les  chaînes TV publiques sont diffusées en HD sur la fréquence 12160 MHz,  polarisation Horizontale, symbol-rate 30 Msps/s, et en mode SD sur 12240  MHz, Horizontale, 30 Msps/s.

La diffusion en HD des 5 chaines TV publiques, actuellement transmises  depuis plusieurs satellites étrangers en qualité SD sauf A3 en HD, est  considérée comme «une première dans le paysage audiovisuel algérien». Cette performance intervient quelques jours après l’appel lancé par le  ministre de la Communication, Djamel Kaouane, invitant le secteur de  l’audiovisuel à répondre aux besoins des auditeurs et téléspectateurs en  remportant les enjeux imposés par le progrès technologique. 
«La conjoncture que nous vivons impose de grands défis au domaine de  l’audiovisuel, au regard des besoins croissants des auditeurs et des  téléspectateurs, d’une part et des enjeux imposés par le progrès technologique et une rude concurrence, d’une autre part», a souligné le ministre lors de la cérémonie de célébration du 56e anniversaire du  recouvrement de la souveraineté nationale sur la Radio et la Télévision algériennes, le 28 octobre 1962.

Le Ministre avait par ailleurs déjà évoqué cet événement au Forum d’El Moudjahid en soulignant son caractère imminent, dont Monsieur Kaouane avait tenu à préciser qu’il demeurait tributaire de quelques essais» abouti, heureusement, avant le 64e anniversaire du déclenchement de notre glorieuse révolution, le 1er Novembre 1954, date hautement symbolique qui consacre cette évolution pour le secteur public algérien, pour l’ensemble du secteur, et pour l’Algérie et le téléspectateur algérien.

Le satellite Alcomsat-1, lancé en décembre 2017, a, ainsi, atteint sa  vitesse de croisière avec la diffusion officielle de ces 5 chaines TV en  HD, un processus qui a commencé avec la signature le 21 mai dernier d’une convention cadre entre la TDA et l’Agence spatiale algérienne (ASAL)  portant sur l’exploitation «optimale» de ses capacités notamment sur sa  partie radiodiffusion. 

La convention s’articule autour de plusieurs points. Il s’agit notamment de l’exploitation des capacités du satellite dédiées à la radiodiffusion,  de la définition d’une stratégie commerciale pour le développement et l’extension des services de radiodiffusion par satellite en Algérie. 

Toutefois, et dans le but de créer une attractivité vers Alcomsat-1 qui dispose de 9 transpondeurs dédiés à la diffusion de chaines de télévision et de radios numériques, il est prévu, en plus des bouquets publics, 7 autres bouquets pouvant recevoir jusqu’à 80 chaînes SD et 30 chaines HD,  ouverts à la commercialisation. 

Cette démarche a pour objectif de rentabiliser Alcomsat-1 et utiliser toutes les capacités satellitaires de télédiffusion en ciblant également autant les chaînes privées algériennes qu’étrangères pour pouvoir créer une offre  de contenu. 

Selon une étude marketing d’Algérie Télécom Satellite (ATS), les bouquets  favoris des Algériens sont notamment les chaines TV publiques et privées  algériennes, les chaines maghrébines, les bouquets MBC, Canal+, Bein sport  et les chaînes Documentaires. 

Il est à relever que les chaines de télévision privées algériennes, qui  diffusent actuellement leurs programmes depuis des satellites étrangers, ont été invitées par le ministre de la Communication à émettre leurs  programmes depuis Alcomsat-1.

Depuis les premiers tests, au mois de mars, jusqu’à maintenant, TDA s’est mobilisées en deux équipes, pour préparer les aspects techniques et juridiques en collaboration avec l’Agence Spatiale Algérienne –l’ASAL.

Alcomsat-1 a pour objectif de répondre aux besoins des différents secteurs  nationaux en matière de télécommunications. Il assure une couverture  nationale et régionale (Afrique du nord et Sahel) et permet, outre  l’amélioration des télécommunications et la réception de plusieurs  programmes TV et radio, de fournir aussi d’autres services comme l’internet  haut débit, le  télé-enseignement, la télémédecine et la visioconférence.