Dans le jeu, ce n’était pas convaincant mais l’essentiel était là. L’ES Sétif a réussi à préserver le petit bien acquis lors du quart de finale «aller» de la Ligue des champions face au WA Casablanca (1/0) pour se qualifier en demies. L’Entente a contraint les Marocains au nul (0/0) vendredi grâce à un portier des grands soirs.

Moustapha Zeghba a livré une prestation de très haut niveau avec 11 arrêts dont 3 à bout portant. L’ancien keeper de l’USM El-Harrach a été, incontestablement, la star avant-hier. « Je suis très content de cette qualification. C’est grâce aux sacrifices de tout le groupe. Nous avons joué avec toutes nos forces et je m’excuse de ne pas pouvoir parler. Je suis sous l’émotion », a réagi le héros de la soirée.
Si les Sétifiens n’ont pas maîtrisé le ballon, ils n’ont pas lâché le précieux sésame des mains en sortant le tenant du titre. Vaillants, les « gars de Sidi El-Khayer » ont plié mais n’ont jamais cassé contre des «Casaouis» qui ont tout essayé avec 28 tirs dont 11 cadrés contre 8 tentatives côté algérien avec une seule frappe entre les poteaux. Même dangereux, le WAC n’a pas trouvé la faille butant sur une arrière-garde du « Wifak » très solide et solidaire. Aussi, les vainqueurs de la dernière édition ont eu le monopole du ballon avec 71% de possesion. Mais, faut-il toujours le rappeler ? Posséder n’est pas toujours gagner.

L’allégresse face à l’amertume

Ce pari gagné est aussi celui de la direction de l’ « Aigle Noir » qui s’est attaché les services de Rachid Taoussi en provenance du CR Belouizdad cet été. Un choix payant jusque-là car l’équipe est dans le « Top3 » en championnat et retrouve le dernier carré africain avec l’objectif de triompher comme en 2014.
Le successeur de Abdelhak Benchikha était content au terme de ce duel maghrébin. «Je pense qu’on a mérité amplement cette performance. On a promis à nos supporters qu’on ramènera la qualification, c’est chose faite maintenant. Je tiens à saluer mes joueurs pour avoir donné le meilleur d’eux-mêmes pour aller jusqu’au bout. Je suis content et fier de mon équipe», a déclaré Taoussi qui estime que ses poulains ont « pu se qualifier parce qu’on a absorbé l’enthousiasme de notre adversaire. Il n’est pas du tout facile d’éliminer le WAC sur son terrain. Nous avons changé à plusieurs reprises notre tactique sur le terrain. Tantôt un 4-3-3, tantôt un 4-4-2 et parfois un 4-4-1-1, c’est suivant l’évolution du match. Nous avons fermé les espaces et obligé le Wydad à user de balles longues qui ont été plus facile à intercepter. » En revanche, la frustration se ressentait dans les propos de son homologue et compatriote, Abdelhadi Sektioui. « Je suis l’entraîneur malchanceux car j’ai raté une qualification en demi-finales africaines. D’autant que nous avons joué sur notre terrain et devant notre public. Nous avions une victoire par cinq ou six buts à 0 », a-t-il regretté.

TP Mazembe, le cauchemar

Dans les autres rencontres disputées vendredi, il y a eu une réelle sensation avec l’élimination du géant TP Mazembe. Les « Corbeaux » n’ont pas pu faire mieux qu’un match nul (1/1) contre les Angolais du Primeiro Agosto après s’être quittés dos à dos (0/0) lors de « l’acte I ». Un véritable coup de tonnerre sachant que les Congolais étaient de sérieux favoris pour le sacre africain au vu de leurs parcours dans les épreuves CAF ces dernières années. La formation de Lubumbashi a été éliminée très précocement pour son retour en C1. Pourtant, elle avait sorti un premier tour solide en terminant leader de la poule « B » où figurait, justement, l’ES Sétif. De son coté, l’ES Tunis est partie s’imposer chez l’ES Sahel (1/0) confirmant la victoire (2/1) à l’ « aller ». Ces deux qualifiés s’affronteront en demi- finales alors que notre représentant croisera le fer avec les Guinéens du Horoya AC ou Al-Ahly SC (Egypte) qui se disputaient le dernier « pass » en demies hier soir à l’heure où l’on mettait sous presse. n