L’investissement des opérateurs privés dans l’ouverture d’établissements spécialisés, pour la prise en charge psychopédagogique des enfants inadaptés mentaux et leur intégration scolaire dans les établissements de l’éducation nationale dans des classes spécifiques ou aux côtés des élèves dits « normaux », a été au centre de la conférence de presse de Ghania Edalia, ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme.

En marge de sa visite de travail dans la wilaya de Tizi Ouzou, où elle a effectué un long périple au cours duquel elle a visité certains établissements relavant du secteur de la solidarité ou gérés par des associations.
Interrogée sur l’autorisation qui sera donnée aux opérateurs privés pour investir dans l’ouverture de centres spécialisés dans l’accueil des enfants déficients mentaux, Ghania Eddalia confirme l’option définitive prise par le gouvernement. Ce dernier compte bientôt promulguer un décret qui permettra l’encadrement réglementaire de l’ouverture à l’initiative privée de cette activité relevant du secteur de la solidarité nationale. L’arrivée des opérateurs privés dans le secteur de la solidarité nationale ne signifie nullement un désengagement de l’Etat de ses fonctions et obligations de solidarité et de prise en charge de ces catégories sociales souffrant de fragilités psychiques et mentales, se défend la ministre. Elle affirmant que l’Etat continuera à gérer et à ouvrir des structures spécialisées pour accueillir cette catégorie de la population, surtout dans les zones où il n’y a pas de structures d’accueil spécialisées du secteur privé. Des établissements dont le fonctionnement sera soumis à un cahier des charges et au contrôle de l’Etat, à travers les cellules d’inspection des directions de wilaya sous tutelle du ministère de la Solidarité nationale.
L’intégration scolaire des enfants inadaptés mentaux est l’autre préoccupation soulevée par les journalistes qui estiment que des efforts conséquents sont accomplis dans le domaine.
Durant l’année scolaire 2017/2018, ce sont 65 834 enfants déficients mentaux qui ont été scolarisés, alors que pour celle qui vient de débuter, il est attendu la scolarisation de 66 800 enfants soufrant de divers handicaps mentaux. n