Le wali de Tizi-Ouzou, Mohamed Bouderbali a présidé, dans la soirée d’avant-hier, une cérémonie de distribution de 252 logements publics locatifs (LPL) à leurs bénéficiaires et de 1 200 aides à l’habitat rural en présence du directeur du logement, Habib Argoub, et des députés et sénateurs de la wilaya. A cette occasion, il a annoncé que 1000 logements seront livrés d’ici la fin de l’année en cours au niveau local.

Une cérémonie de recasement qui entre dans le cadre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour la distribution de 50 000 logements au niveau national à l’occasion de la Nuit du Destin (leïlat el Qadr) qui coïncide avec le 27e jour du mois de Ramadhan. En effet, c’est dans une ambiance très festive que s’est déroulée la cérémonie de remise de clés aux bénéficiaires de ces logements de formule LPL. A cette occasion, le premier magistrat de la wilaya a tenu à féliciter la réussite du programme d’aide à l’habitat rural au niveau local. Pour illustrer ses propos, il a affirmé que près de 90 000 aides ont été attribuées à leurs bénéficiaires depuis le lancement de la formule d’habitat rural qui a pour objectif de lutter contre l’habitat précaire au niveau des villages et lutter contre l’exode rural. Dans le même contexte, le premier magistrat de la wilaya a saisi cette occasion pour soulever le problème relatif au retard accusé dans l’attribution de 4 000 aides à l’habitat rural qui sont en stand-by au niveau de différentes localités de la wilaya et qui a suscité une polémique ces derniers mois au niveau local. A ce sujet, M. Bouderbali a mis en garde les citoyens ayant bénéficié de ces aides et qui n’ont pas encore lancé ou bien achevé leur construction, puisque des mesures visant la récupération de ces aides seront lancées à leur égard. « Il y a des actions engagées par les Assemblées populaires communales (APC) pour inciter les bénéficiaires de ces aides à lancer les travaux pour la réalisation de leurs habitations ou bien leur achèvement. Mais malheureusement, nous avons constaté que 4 000 bénéficiaires de ces aides n’ont pas lancé ou bien achevé leur construction. Des mesures ont été prises pour les inciter à lancer en totalité leur habitation. Dans le cas contraire, nous sommes prêts à récupérer les sommes octroyées et non utilisées par ces bénéficiaires », a-t-il insisté.