La sécurité promise par la Sûreté nationale pour la wilaya de Constantine a été effective. Les agents de l’ordre déployés tout au long des rues et boulevards de la ville de Constantine, Khroub et Ali-Mendjeli, pour l’essentiel, ainsi que les rondes motorisées, ont eu un effet dissuasif sur les intentions néfastes de quelques voyous qui voyaient en l’occasion du mois sacré une opportunité pour «renflouer» leur pécule. Le citoyen lambda avec l’estomac dans les talons et la tête dans les nuages, errant de marchés en étals à la recherche du mets rare, se faisait gruger quotidiennement par les marchands véreux, ainsi que par les doigts prestes des pickpockets.

Tout n’a pas été rose évidemment, car des bagarres et des agressions, il y en a eu, ici et là, mais sans commune mesure avec ce qu’il se passait les années précédentes. Pour cette année, deux seuls incidents notables ont été enregistrés. Le premier s’est passé au centre-ville, où pendant la soirée de samedi passée, une bande de voyous a voulu faire les poches des spectateurs venus apprécier quelques notes de musique, en plein air, sur la place de la Brèche. Très vite confondus, les voyous iront se réfugier à Rahbet Ledjmel avoisinante, créant un mouvement de panique. Ils n’en seront délogés qu’après des tirs de gaz lacrymogène. Le second incident s’est produit à la nouvelle ville Ali-Mendjeli où deux bandes de voyous se sont affrontés à grands coups de barres de fer, de sabre et de pierres, au niveau des Unités de voisinage 6 et 8. Au passage, signalons l’entêtement des autorités à nommer les quartiers par numéros et non par des noms. Aucun blessé n’a été signalé en ce vendredi, à quelques minutes d’El imsak mis à part des dégâts occasionnés aux voitures.
Les limiers de lune des sûretés urbaines, fraîchement inaugurées, ont quand même procédé à l’arrestation de deux énergumènes impliqués dans la bataille rangée sur dénonciation. Même chose du côté des urgences du CHU Benbadis, où des heurts entre patients très impatients et le personnel médical étaient légion en pareille période. Là aussi, c’est la sagesse empreinte d’une présence policière discrète et dissuasive qui l’a emporté. Une certaine souplesse a aussi été enregistrée aux abords des mosquées, lors de la prière des tarawih, où les emplacements de stationnement interdits le jour ne l’étaient plus la nuit.
Une nuit, où plutôt des nuits excellemment éclairées par les services de la SDE qui, eux aussi, n’ont enregistré aucun incident, si ce n’est des coupures d’énergie à quelques APC récalcitrantes quand il s’agit de passer à la caisse pour s’acquitter de la douloureuse. Par contre, la police s’est distinguée par les f’tour offerts aux usagers de l’entrée ouest de la ville, où un chapiteau, des tables et des chaises, ont été dressés pour accueillir les usagers de la RN 5 et de l’autoroute Est-Ouest à quelques minutes de l’adhan d’El iftar. Une invitation à la pitance, voire une sommation, de rupture du jeûne qui évitera dans bien des cas des accidents fâcheux à des jeûneurs trop pressés de rentrer. n