Trois joueurs engagés pour le MC Alger, autant d’arrivées chez l’ES Sétif et deux signatures à la JS Kabylie, certains font déjà leurs courses pour la saison prochaine à peine une semaine après la fin de l’exercice 2017-2018.

Pourtant, le marché estival ne devrait officiellement ouvrir que le 1er juin pour s’étaler jusqu’au 8 août. Il fermera deux jours avant le début du championnat 2018-2019.
En tout cas, les chéquiers sont déjà sortis. Le Mouloudia a enrôlé Islam Arous sous forme de prêt pour une saison en provenance du Paradou AC outre l’attaquant algérien du Club Africain (Ligue 1/ Tunisie) Mansour Benothmane (21 ans) qui a signé pour deux saisons alors que l’arrivée du portier Abdelkadir Salhi (CR Belouizdad), est attendue dans les prochaine jours. Auparavant, c’est l’ancien sociétaire de l’Entente de Sétif Zakaria Haddouche qui a paraphé un contrat pour la même durée. En évoquant le club ententiste, ce dernier s’est attaché les services de deux ex-Belouizdadis, à savoir Zakaria Draoui (milieu de terrain) et Sid-Ali Lakroum (attaquant). En renfort, il y a aussi eu la venue de Houari Ferhani qui jouait à la JS Kabylie. Les trois joueurs se sont engagés pour les deux prochaines années.

JS Kabylie, tout d’une table rase
Par ailleurs, le départ de Ferhani a vite été palié par les « Canaris » qui sont partis s’ « approvisionner » chez le RC Boumerdès (Div. amateur) en convainquant le gardien de but Abdelhak Mouissi et le milieu de terrain Mohamed Nadjib Berrabah de porter les couleurs du club pour les trois prochaines saisons. En outre, «Salhi, Chahrour, Benkhelifa et Meziani sont avec nous. On a tout conclu avec eux et il ne reste que la signature de leurs contrats respectifs. On a eu leur accord, pour moi ils sont avec nous», a indiqué le président Cherif Mellal qui suit la même politique que son prédécesseur Mohand-Chérif Hannachi.
Ce dernier a pris l’habitude de changer presque tout l’effectif à l’intersaison. C’est pour dire que la gestion ne change pas vraiment.
La mentalité reste la même un peu partout au moment où la balle ronde Dz est au bord de la faillite. Les clubs trouvent toujours les moyens pour s’enliser un peu plus dans les dettes en signant un paquet de joueurs. Un véritable souk footballistique. On en a désormais l’habitude. Surtout que personne ne sévit !
M.T.