Depuis qu’il a pris en main l’équipe nationale algérienne de football en octobre dernier, le sélectionneur national Rabah Madjer a utilisé pas moins de 39 joueurs, dont 12 expatriés seulement durant les cinq matchs disputés par les Verts jusque-là, matchs de la sélection des locaux compris.

Fidèle à son engagement de réhabiliter le joueur local, le driver des « Fennecs» l’est bien puisqu’il a effectué une large revue de l’effectif de cette catégorie de joueurs. On compte donc pas moins de 27 joueurs locaux utilisés par le successeur de Lucas Alcaraz durant les quatre matchs disputés jusque-là. Il s’agit des matchs : Algérie-Nigeria (1-1) que l’Algérie a gagné sur tapis vert, Algérie-Tanzanie (4-1), Rwanda- sélection A’ (4-0), Iran-Algérie (2-1) et Arabie Saoudite -sélection A’ (2-0).
On se rappelle très bien que lors de sa première conférence de presse juste avant le match contre le Nigeria le 10 novembre dernier à Constantine dans le cadre des éliminatoires du Mondial-2018, Rabah Madjer a déclaré que « je vous le dis aujourd’hui, il ne faut pas s’attendre à beaucoup de changements contre le Nigeria, on n’a pas assez de temps pour le faire. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on devra faire confiance au joueur local pour le réhabiliter, il n’y aura pas de différence entre les locaux et les professionnels », a-t-il conclu.
Puis, à chacune de ses sorties médiatiques, le sélectionneur Rabah Madjer insiste et martèle qu’il fait tout pour réhabiliter le joueur local. Sur les terrains, l’entraîneur des Verts met son « projet »  à exécution. Il multiplie les stages des locaux une fois par mois. Le but : effectuer une très large revue de l’effectif de cette catégorie dans l’espoir de trouver les joueurs susceptibles de remplacer les cadres.
Or, Rabah Madjer a certainement oublié que l’objectif de son contrat n’est qu’à court terme et c’est d’aileurs lui-même qui le précise en ces termes : «… L’objectif dans mon contrat est d’aller aux demi-finales de la CAN 2019. On vous promet qu’il n’y aura pas d’échec à l’avenir. Il faut nous faire confiance. Mon vécu en tant que joueur puis entraîneur depuis 20 ans et ma modeste expérience peuvent servir cette équipe. J’espère être à la hauteur de la confiance placée en moi. Il y’a une crise de résultats. Nous devons redresser la barre et surtout plaire au public. La touche du nouveau staff doit être visible rapidement. Chacun de nous doit contribuer à mettre sa pièce à l’édifice ».

Les expatriés devenus « tiers » ?
A ce moment-là, Madjer a bien pris les précautions de ne piper mot sur la question du débat pro-locaux. De surprise en surprise tout au long des stages des Verts et des joueurs locaux, le Madjer, assisté de Meziane Ighil et Djamel Menad, fait bien confiance aux joueurs locaux en les injectant régulièrement avec les A pour ne pas dire les cadres de la sélection algérienne.
C’est ainsi que des statistiques des joueurs alignés lors des quatre matchs joués jusque-là par les sélections A et A’ sous la houlette de Madjer, on s’aperçoit qu’il a bien donné la chance à beaucoup de joueurs locaux et plus précisément 27 joueurs. Soit une équipe complète avec sa réserve.
Dire qu’il n’y aurait pas de différence entre les locaux et les pros est un mensonge dans la mesure où ces statistiques font ressortir la présence de 12 joueurs expatriés seulement. Soit moins d’un tiers de tout l’effectif aligné durant ces matchs en référence.

Attention à l’équilibre
D’où la question de savoir si le sélectionneur des Verts ne veut pas disputer le reste des matchs de la CAN 2019 prévue au Cameroun avec les joueurs locaux encadrés par quelques joueurs «cadres » ?
Et la première réponse est venue de la dernière liste « initiale » où on note la présence 11 joueurs locaux sur les 24 annoncés. Avec le désistement de Feghouli et M’bolhi, ils sont donc devenus 13 sur 24 soit un véritable équilibre. Il faut bien préciser que chambouler l’équipe à ce point n’est pas conseillé.  D’autant que le sélectionneur des Verts n’a cessé depuis qu’il a pris en main la sélection a toujours chamboulé son effectif. Et d’ailleurs lui-même l’explique « implicitement ».
Interrogé, par la Radio algérienne, après la défaite contre l’Arabie Saoudite, Rabah Madjer a affirmé qu’il était temps pour lui et son staff technique de « stabiliser l’effectif de l’Équipe nationale« avant de souligner  qu’il avait donné « la chance au maximum de joueurs«.  Et enfin, il promet que sa prochaine liste des joueurs convoqués pour les matchs de juin connaîtra des « surprises ». Dont acte!
Avec la rébellion de certains joueurs cadres depuis le match amical contre l’Iran en passant par les réactions de Hanni et Taïder en enfin le « boycott » de M’bolhi et Feghouli, Madjer est en passe de gagner son pari de « changer l’effectif des Verts inversant la tendance locaux-expatriés » dans un laps de temps si court. N’est-ce pas un très gros risque encouru qui pourrait lui coûter carrément son poste ? Les deux prochains matchs contre le Cap vert et surtout contre le Portugal pourront en cas de résultats négatifs « chambouler» le staff technique…