Agissant sur informations fiables faisant état d’une distillerie clandestine de fabrication de boissons alcoolisées traditionnelles à base de certaines plantes et de dattes écrasées, les éléments de la police judiciaire de la deuxième sûreté urbaine de Sidi Abbaz,

appuyés par une équipe de la Brigade de recherche et d’investigation (BRI) de la police judiciaire de la sûreté de wilaya de Ghardaïa, munis d’un mandat de perquisition délivré par le procureur de la République près le tribunal de Ghardaïa, ont, en fin de semaine, investi une vieille bâtisse isolée, nichée au fin fond de la luxuriante palmeraie du ksar de Bounoura, au lieudit Azouil. Et le tuyau s’est avéré bon, puisque sur place les policiers ont surpris un individu, au milieu de dizaines de bonbonnes et de plusieurs mètres linéaires de tuyauterie en cuivre et en aluminium, en train de remplir des bouteilles en plastique d’un liquide ocre, en fait une boisson artisanale fermentée, appelée localement « Tassarant ». Arrêté, l’individu, âgé d’une quarantaine d’années, a reconnu s’adonner à la fabrication et la commercialisation de cette boisson alcoolisée et a balancé ses complices au nombre de quatre. Présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Ghardaïa qui l’a déféré devant le magistrat instructeur, il a été placé sous mandat de dépôt et incarcéré à la prison de Chaâbet Ennichène de Ghardaïa pour fabrication et commercialisation d’une boisson alcoolisée fermentée prohibée sans autorisation et mise en danger de la santé d’autrui. Alors que l’installation clandestine a été complètement démantelée, ses quatre complices, formellement identifiés, restent activement recherchés.