Les lois d’investissements dans le domaine touristique devraient voir leur législation prochainement «révisée» ou «actualisée». C’est du moins ce qui ressort de la première journée des travaux du marketing touristique.

Les travaux des 9es journées internationales du marketing touristique ont débuté, hier, à l’hôtel El Aurassi, pour prendre fin aujourd’hui, dans la soirée. Organisée par RH International, un organisme spécialisé dans l’organisation des foires, séminaires et expositions, divers thèmes ont été abordés par des sommités internationales dans le domaine du tourisme. Dans son intervention, en ouverture de ces journées, le directeur de l’évaluation et du soutien des projets touristiques au ministère du Tourisme et de l’Artisanat, Mohamed Sofiane Zoubir, a exposé les stratégies de marketing de la destination Algérie, en mettant en exergue l’importance du domaine pour l’économie du pays et surtout sur les potentialités que recèle l’Algérie. Il indiquera que le «ministère a mis en place un atelier regroupant des experts et des spécialistes chargé de la révision et de l’actualisation de l’ensemble des textes de loi régissant le secteur », soulignant que «cet atelier regroupe des experts et des spécialistes dans le domaine du tourisme et de l’artisanat qui va actualiser les différentes lois d’investissements dans le domaine touristique». Dans ce contexte, l’interlocuteur a fait savoir l’importance d’actualiser et de revoir le texte législatif régissant le secteur de l’artisanat et des métiers depuis 22 ans, à savoir l’ordonnance 96-01 datée de 1996. Par ailleurs, il a annoncé également qu’une commission intersectorielle, composée de plusieurs départements, à savoir l’Intérieur, l’Agriculture, l’Habitat, a été installée au niveau du ministère du Tourisme afin de revoir le plan d’aménagement des zones d’extensions touristiques.
D’autre part, il rappellera que pas moins de « 66 unités hôtelières seront dotées, fin 2018, d’un système informatique qui sera généralisé à toutes les autres unités, notamment les hôtels publics outre la numérisation de l’administration, aussi bien les correspondances ordinaires que celles entre les administrations centrale et locale. Selon lui, l’investissement touristique sera également touché par l’informatisation et l’information, et ce, dès le premier trimestre 2018 où il sera procédé à l’informatisation des formalités d’investissement touristique mettant ainsi fin aux lourdeurs administratives dont sont victimes de nombreux investisseurs et citoyens.

Nécessité de verser dans le management touristique
Un hôtel avec des commentaires négatifs sur les plateformes de réservations ne génère que 10 réservations/mois avec un taux d’annulation de 40 %. C’est, en effet, le constat fait par Rachid Hassas, directeur général de RH Communication. Selon lui, le touriste est devenu avant tout « un acteur qui demande à pouvoir faire son choix en toute connaissance de cause et avoir un rapport qualité/prix satisfaisant ». Dans l’objectif de mesurer la confirmation de cette mutation que connaît le secteur du tourisme, M. Hassas dira, qu’en 2016, «6 hôtels (possédant un chanel manager interfacé et un PMS) ont réalisé 4 350 réservations à travers les agences de voyages en ligne». En 2017, a-t-il ajouté, « 8 hôtels ont enregistré 10 520 réservations pour un total de 25 356 nuits réservées, soit 85 % des réservations qui ont été confirmées et garanties, 63 % des transactions ont été payées par carte bancaire ou par carte de crédit virtuelle (agence OTA)». Le même responsable dira qu’un hôtel sans PMS et sans interfaces d’un moteur de réservation avec chanel Manager souligne que la différence est de 18 % de taux d’occupation. «Les commentaires positifs des clients représentent l’essentiel de l’impulsion d’achat», a-t-il dit. Pour satisfaire tout client, l’intervenant a insisté sur le principe d’apprendre à manager et d’obtenir des résultats intéressants.