Doucement mais sûrement, le ministre de l’Habitat, Abdelwahab Temmar, continue de mettre de l’ordre dans son secteur, cette fois en s’assurant que tous les promoteurs immobiliers soient bien inscrits au Fonds de garantie et de caution mutuelle de la promotion immobilière (FGCMPI) et que ceux qui ne le sont pas encore sachent qu’ils ont un délai de grâce de trois mois pour le faire.

Autrement, tout promoteur non inscrit au-delà du premier trimestre de l’année perdra purement et simplement son agrément. Selon M. Temmar, 3 508 promoteurs immobiliers sont dans ce cas de figure. S’exprimant hier au cours d’une cérémonie de remise d’agréments à 122 nouveaux promoteurs immobiliers, le ministre a révélé que le Fonds avait enregistré 5 240 promoteurs immobiliers affiliés sur les 7 000 promoteurs agréés, soit un taux de 63%. Aussi, sur les 9 400 demandes d’agrément introduites au niveau du ministère, plus de 8 700 sont en étude (93%), alors que 3 864 ont reçu des avis favorables et 337 autres ont été rejetées. Il y a lieu de préciser que le FGCMPI a garanti 150 000 unités réalisées par les promoteurs qui y sont affiliés, dont 50 000 unités dans le cadre de la promotion libre. D’autre part, à la même échéance, qui devrait voir, en principe, l’ensemble des promoteurs du pays montrer pattes blanches, ce sont les fichiers nationaux des promoteurs immobiliers, des bureaux d’études et des maîtres d’œuvre qui seront élaborés, et ce, afin de connaître les capacités et compétences de chaque promoteur. Pour l’instant, l’opération de recensement qui a atteint 90% pour le fichier des maîtres d’œuvre et plus de 60% pour celui des bureaux d’études se poursuivra jusqu’à fin mars prochain. Plus de 3 700 maîtres d’œuvre ont été recensés contre 6 227 projets de construction, sachant que pour le programme de réalisation du programme de 70 000 unités Logements promotionnels aidés (LPA), M. Temmar a annoncé que 7 000 promoteurs immobiliers seront sélectionnés selon leurs compétences pour les construire. En attendant, le secteur de l’habitat s’emploie à régler les problèmes enregistrés dans la construction de logements en vue de relancer les projets accusant un retard. Et ce sont les travaux de réalisation de plus de 16 000 logements promotionnels aidés et participatifs dans 46 wilayas qui n’avancent pas. En chiffres, le ministre de l’Habitat parle de quelque 270 promoteurs immobiliers qui n’ont pas tenu leurs engagements et 344 chantiers qui sont à l’arrêt. Parmi les entraves rencontrées, le ministre a cité l’utilisation des fonds des souscripteurs dans d’autres projets, les litiges entre souscripteurs et promoteurs immobiliers portés devant la justice et d’autres problèmes liés au foncier.