Nouveau débrayage en perspective dans le secteur de l’éducation nationale. Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) a décidé d’entamer, à partir du 30 du mois en cours, une grève illimitée qui touchera les établissements scolaires des trois paliers de l’éducation nationale, à savoir le primaire, le moyen et le secondaire.

La décision d’aller vers cette action de protestation radicale a été précisée par le conseil national du Cnapeste lors d’une session extraordinaire tenue samedi à Alger en présence de 39 wilayas, indique un communiqué du syndicat signé par son chargé de communication, Messaoud Boudiba rendu public hier.
Dans son document, le Cnapeste estime que le recours à la grève illimitée est le seul moyen qui lui reste pour faire aboutir les points de sa plateforme de revendications restés en suspens depuis plus deux ans pour certains. Cette action se veut aussi, selon la même source, une réponse aux directions de l’éducation dans les wilayas qui « ne respectent pas leurs propres engagements ».
Parmi ces points, le communiqué cite la ponction sur salaire appliquée sur les enseignants grévistes des wilayas de Tizi Ouzou, Blida, Skikda et Béjaïa, l’arrêt des harcèlements contre les délégués syndicaux et les menaces de licenciement des responsables syndicaux, notamment à Blida. Le Cnapeste déplore également « l’agissement » de la tutelle qui tarde à mettre en œuvre le procès-verbal de la réunion de 19 mars 2015 qui a regroupé les responsables du ministère de l’Education avec ceux du Cnapeste.
Ainsi, le Cnapeste emboite le pas à son bureau wilaya de Béjaïa, qui mène depuis le 16 janvier dernier, une grève illimitée qui paralyse la quasi-totalité des lycées de la wilaya et perturbe le bon déroulement des cours dans les cycles moyen et primaire. Une grève déclarée pour dénoncer la ponction sur salaire de 9 jours opérée d’un seul coup par l’administration sur le salaire des enseignants ayant participé à la grève de deux semaines menée au mois de décembre dernier dans la wilaya de Béjaïa. Pour rappel, le bureau à Tizi Ouzou de Cnapeste a mis fin il y a quelque temps à sa grève qui a duré près de deux mois, et ce, après l’intervention de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) qui a joué le rôle médiateur dans ce conflit social qui a inquiété sérieusement les parents d’élèves et les candidats à l’examen du baccalauréat qui craignaient une année blanche.
Par la même occasion, le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation a réitéré sa détermination à participer activement à la grève générale prévue le 14 février prochain programmée par l’Intersyndicale pour dénoncer la suppression de la retraite anticipée et celle sans condition d’âge et exiger la préservation du pouvoir d’achat et le respect des libertés syndicales.