Face à la panique qui commence à s’emparer des gens due au manque d’information sur les cas de décès liés à la grippe et la nature de cette pathologie, le ministère de la Santé est encore revenu en tentant de rassurer la population en jouant la carte de la transparence.

En effet, le directeur de la prévention et de la promotion de la santé au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Dr Djamel Fourar, a indiqué jeudi dernier, que dix personnes sont décédées à cause de la grippe saisonnière à travers le territoire national depuis le début de l’hiver et jusqu’au 15 janvier 2018. A ce chiffre, s’ajoutera celui de 57 autres personnes ayant présenté des complications. Sur les dix décès recensés par le ministère, cinq ont été enregistrés à Alger (deux femmes enceintes et trois 3 personnes ne souffrant d’aucune pathologie), deux autres dans la wilaya de Blida (un insuffisant rénal et une personne obèse), et trois autres dans les wilayas de Tipaza, Oran et Souk Ahras, a précisé M. Fourar dans une déclaration à l’APS. 

Le même responsable a ajouté que 57 autres personnes présentant des «complications sévères» de la grippe saisonnière avaient dû être hospitalisées, précisant que le dernier cas a été enregistré jeudi dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj. Il s’agit d’un quadragénaire diabétique qui a été admis à l’Etablissement public hospitalier de Medjana (Bordj Bou Arreridj), avant d’être transféré au service de réanimation du CHU de Sétif pour des soins intensifs. Le ministère de la Santé a, par ailleurs, réaffirmé qu’«aucun cas de grippe porcine n’a été enregistré» contrairement à ce qu’a été rapporté par certains medias et sur les réseaux sociaux.