L´association Belombra de Cherchell se prépare activement à organiser, le 20 janvier prochain dans l’enceinte de la bibliothèque municipale, une conférence-atelier intitulée « Yennayer en Bonsaï», et ce, en commémoration du Nouvel an Amazigh.

Selon Rachid Bellahcene, le chargé de communication de cette association, cette activité dont l’objectif est de joindre l’utile à l’agréable, c’est-à-dire fêter l’officialisation de la journée nationale de Yennayer célébrant le Nouvel an amazigh, et poursuivre son travail de sensibilisation (inscrit dans son programme annuel) du grand public sur la nature et sur les questions d’environnement de manière générale étant donné que les objectifs de cette association sont l´écologie, la défense de la nature et de la culture.
La manifestation portant sur l’art du bonsaï sera animée par Redouane Ferroukhi, un expert autodidacte dans le bonsaï qui donnera une conférence sur la culture du bonsaï.
Le choix de la journée du 20 janvier est fortuit avec quand même une arrière-pensée, à savoir faire un pont entre les deux événements autrement dit le rapport que nous avons établi avec Yennayer, indiquera Rachid, c´est qu´on est dans les deux cas dans le thème de la nature, à savoir que Yennayer se base sur un calendrier agraire lié fortement à la nature et l´autre c’est-à-dire le thème de la conférence est de s’intéresser à cet art japonais qu’est la culture des arbres en miniature.
Les amateurs et les passionnés sont, donc, invités à s’informer sur l’art du bonsaï raconté par Redouane Ferroukhi. Celui-ci développera, lors d’une conférence atelier, la culture des arbres miniatures en pot qui demande beaucoup de doigté et une attention de tous les instants car ils sont fragiles par nature.
La culture du bonsaï est un art ancestral chinois qui consiste à faire pousser un arbre ou un buisson dans un pot qui convient à toutes les essences d’arbres contrairement à l’idée reçue qui veut que le plant soit issu d’un arbre tenace. Toutefois, selon les spécialistes, certaines essences à petites feuilles se prêtent mieux à la culture en pots. Les essences les plus souvent utilisées sont les pins noirs japonais, les pins à cinq aiguilles, les genévriers, les ormes de Chine et les érables japonais. D’autres essences telles que le fusain, l’olivier, le cyprès, le cèdre ou encore la vigne offrent de très bons résultats.