Yennayer, premier jour de l’an amazigh qui coïncide avec la date du 12 janvier, a été fêté officiellement à la Maison de la culture Moubarek-El Mili de Mila, en présence des autorités civiles et militaires de la wilaya. L’ambiance était vraiment festive.

Des hommes, des femmes et des enfants bravant le vent, la pluie et le froid glacial qui sévissaient en cette journée, se sont rendus à la Maison de la culture afin de faire connaissance avec Yennayer et de découvrir tous les secrets qu’il porte en lui. La célébration des festivités de Yennayer ne s’achèvera que jeudi. Deux pièces de théâtre dont une en langue amazighe, des expositions de photos et de toiles seront au rendez-vous de la consécration officielle, pour la première fois du jour de l’an amazigh. Qu’est-ce que Yennayer ? Quelle est son origine ? Pourquoi le fête-t-on ? Tous ces questionnements ont trouvé réponse au travers des explications claires et nettes qui ont été fournies aux visiteurs des stands, par leurs exposants. Des livres écrits en tamazight, des vêtements, des mets préparés sur place, de la nourriture, des ustensiles de cuisine et divers outils de travail agricole typiquement amazigh ont été exposés dans le hall de la Maison de la culture, pour l’occasion. Les exposants, pour la plupart issus de la ville de Téleghma, une contrée chaouie, ont fait revivre à une grande majorité d’habitants de la wilaya de Mila, une époque de leur histoire, car les objets exposés, à l’exception des appellations, ressemblaient en tous points de vue aux leurs. Les visiteurs ont pu lire la biographie des rois et chefs amazighs à l’instar du roi Chachnaq, de Massinissa, de Jughurta, de Juba… Quant à sa portée identitaire, il faut avouer que la majorité des visiteurs connaissent parfaitement l’histoire du pays et ses différentes composantes linguistiques et culturelles.
A Redjas, le chef-lieu de la commune d’Oued Endja, une grande kheïma a été dressée au niveau de la rue Souied-Moussa pour célébrer l’évènement. Des objets, de la nourriture, de la poterie, des tapis, des habits appartenant à la civilisation amazighe ont été exposés à la vue des visiteurs qui se sont rendus en grand nombre, en ce lieu, pour découvrir Yennayer. Les enfants étaient agglutinés devant l’alphabet, les noms des mois et des jours du calendrier amazigh et s’attelaient à les recopier sur des bouts de papier. Le désir de connaître et d’apprendre l’histoire du pays avec ses différences et ses ressemblances se lisait sur tous les visages des visiteurs de la kheïma. Les membres de l’APC avec à leur tête Feninèche Messaoud, le P/APC d’obédience Moujtamâa Essilm, et le chef de daïra, accueillaient les visiteurs avec le sourire en cette journée de fête et répondaient à toutes leurs sollicitations.