Les accidents de la route ont baissé de 8,35% durant les onze premiers mois de 2018 comparativement à la même période de l’année 2017, a indiqué, hier à Oran, Ahmed Naït El-Hocine, directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière (Cnpsr), qui fait état de la mort de près de 3 100 personnes

entre janvier et novembre 2018. Il a relevé qu’à travers ces chiffres, l’année écoulée aura été la moins meurtrière depuis plus de deux décennies. Pour ce responsable, «l’année 2018 a été l’année la moins meurtrière sur les routes du pays depuis plus de deux décennies, avec une baisse de 8,33% du nombre de morts par rapport à 2017», précisant que de janvier à novembre de l’année écoulée, 3 091 personnes ont perdu la vie et 30 561 autres ont été blessées dans 21 568 accidents de la circulation enregistrés sur l’ensemble du territoire national.

M. Naït El Hocine, qui intervenait lors du lancement dans la capitale de l’Ouest d’une campagne de sensibilisation à la sécurité routière, a rappelé que, de janvier à novembre de l’année 2017, 3 372 morts et  34 133 blessés ont été enregistrés dans 23 532 accidents de la route. Ces chiffres, a-t-il ajouté, montrent une baisse de 8,33% du nombre de décès, de 10,46% du nombre des blessés et de 8,35% du nombre d’accidents sur les routes par rapport à la même période de 2017.
Cette baisse témoigne de «l’intense travail de sensibilisation entrepris par le Cnpsr, en collaboration avec la société civile, mais aussi du contrôle très rigoureux entrepris par les services de la Sûreté et de la Gendarmerie nationales pour faire baisser le nombre de victimes de la route», a souligné le même responsable. Il a, cependant, mis en évidence la nécessité d’investir dans l’amélioration du comportement des conducteurs à travers la sensibilisation pour mettre un terme aux drames de la route qui endeuillent des familles entières.
Pour sa part, Boumediene Abderahmane, responsable de la direction hygiène, sécurité et environnement (HSE) du groupe Sonatrach, partenaire de la campagne de sensibilisation, ce genre d’actions «est très important dans la mesure où les conséquences de ces accidents sur les usagers de la route sont très graves». «Depuis 2017, nous n’avons enregistré qu’un seul décès de l’un de notre personnel routier suite à un accident de la route.
Toutefois, plusieurs chauffeurs et conducteurs professionnels, victimes d’accidents, ont vécu des situations d’incapacité de travail et même de handicap.
C’est ce que nous voulons éviter à tout prix», a-t-il souligné. Les organisateurs ont rappelé que cette campagne, qui s’étale sur cinq jours, fait partie d’une caravane de sensibilisation, entamée le 27 novembre à Hassi Messaoud, qui prendra fin le 3 févier prochain à Alger. «Elle s’inscrit dans le cadre d’une convention de partenariat, signée en 2017, entre Sonatrach et le Cnpsr», a indiqué
M. Boumediene. «Nous avons déjà fait escale aux pôles de Hassi Messaoud, In Aménas et Hassi R’mel. Nous sommes aujourd’hui à Oran, avant de nous rendre à Skikda pour achever notre boucle à Alger, au début du mois de février», a-t-il précisé.