L’université Chadli-Bendjedid d’El Tarf a organisé, les mercredi et jeudi, un colloque portant sur le thème des « politiques de la diminution du chômage en Algérie entre les programmes gouvernementaux et les initiatives des secteurs privés et la contribution des associations civiles ».

Le sujet a été décortiqué par les participants venus de trente-cinq universités du pays selon les informations recueillies auprès des organisateurs de la faculté des sciences économiques sur cinq thèmes différents: origines et causes du phénomène, présentation et évaluation du secteur privé, exposition des expériences des pays dans le domaine de l’emploi et les stratégies modernes adoptées par certains pays, Allemagne et Malaisie, pour une rétention du chaux de chômage. Tous les intervenants ont mis l’accent sur une politique d’emploi adaptée aux réalités nationales et aux nombreux jeunes sortant des grandes écoles et des universités.
Ce sujet est complexe à plus d’un titre et ne concerne pas spécifiquement le pays mais plusieurs pays développés dans le monde. Notons que les thèmes développés par les nombreux chercheurs universitaires convergent tous sur une méthodologie de travail et de vision pour diminuer et contribuer efficacement à baisser le taux de chômage qui étrangle les gouvernants en dépit de tous les volets et les offres d’emploi à toutes les catégories de demandeurs. Un intervenant a souligné que le pays n’est pas épargné par ce phénomène étranglant.
Des études sont élaborées par des spécialistes dans le domaine pour arriver à moins de 10% taux de chômage actuel. Pour ce faire les spécialistes doivent tenir comptent des expériences des Allemands et celle des Malaisiens qui ont réussi à adapter la politique de l’emploi à la demande.
La communication du docteur Khenfer portant sur «l’emploi de jeunes pour mieux comprendre le marché du travail» a polarisé l’attention des jeunes étudiants car celle-ci leur donne une idée précise sur le marché de l’emploi en Algérie. L’orateur n’a pas ménagé les formules proposées qui sont loin de l’attente des universitaires.
Plusieurs autres communications non de moindre importance ont été suivies par les responsables locaux, les étudiants des différentes facultés ainsi que des personnes intéressées de près notamment par des chefs de service fonctionnaires de l’emploi. L’organisation impeccable de ce séminaire de deux jours a été un franc succès.
Des débats fructueux et enrichissants ont suivi chacune des communications.