Wilaya agropastorale par excellence, Oum El Bouaghi demeure l’une des régions pionnières dans l’élevage ovin. Cette activité ancestrale sur laquelle repose l’économie de la wilaya connaît ces dernières années des entraves et des difficultés dont l’impact est plus que négatif sur la principale activité de la région.

Cela étant, l’aliment de bétail notamment les fourrages, l’orge et autres constituent la principale préoccupation des éleveurs, d’autant plus que la région a connu auparavant une sécheresse ayant laissé des séquelles dans le monde des éleveurs.
Néanmoins, ce qui a aggravé la situation des éleveurs qui ne savent à quel saint se vouer, c’est l’exclusion de pas moins de 16 communes du bénéfice de l’orge destinée à l’alimentation du cheptel, décidée par le ministère de l’Agriculture. Une décision qui a laissé perplexes les éleveurs des communes en question. Cette préoccupation majeure des éleveurs a fait l’objet de correspondances entre la commission de l’agriculture de l’APW et le chef de l’exécutif à des fins d’informer le ministère de tutelle.
Cette exclusion de 16 communes de la wilaya a été un véritable coup dur pour la corporation, selon des sources concordantes du bureau de wilaya de la Fédération nationale des éleveurs, engendrant ainsi une régression des effectifs du cheptel et l’arrêt d’activité de plusieurs éleveurs en plus de l’impact négatif de la sécheresse.
D’autre part, la Chambre d’agriculture de la wilaya d’Oum El Bouaghi, comptabilisant près de 23 000 fellahs adhérents, n’est pas en reste de cette situation difficile vécue par les éleveurs.
Dans ce sillage, son président déplore aussi l’exclusion de 16 communes de la wilaya du programme de l’orge destinée à l’alimentation du bétail, tout en s’étonnant de cette classification des communes de la wilaya entreprise par l’administration (ministère) sans concertation avec les partenaires de la terre. La même source fait part de son souci majeur pour les quelque 60 000 personnes vivant de cette ressource (élevage) concernée par cette exclusion et demande aux services concernés de revoir cette décision.