La vague de froid qui frappe le nord du pays depuis avant-hier a déjà charrié son lot de dégâts et de désagréments, avec des routes coupées, des élèves qui n’ont pas pu rejoindre leurs classes,

des tensions sur la demande en gaz butane et des localités totalement isolées notamment à Constantine, Sétif, Bordj Bou Arréridj, Batna, Tizi Ouzou, Bouira et Annaba.

Les chutes de neige abondantes enregistrées dans la journée d’hier dimanche ont perturbé la circulation routière sur plusieurs routes nationales. A Constantine, des flocons tombant dru ont succédé au froid vif qui a affecté la wilaya durant toute la nuit. La zone de Djebel el Ouahch, sur les hauteurs de la ville, était particulièrement recouverte, hier, matin d’une couche de poudreuse parfois de plusieurs centimètres. Le contournement de Djebel El Ouahch, donnant sur l’autoroute Est-ouest était dans la matinée d’hier, fermé à la circulation et les agents de la Gendarmerie nationale avec les services de la Direction des travaux publics (DTP) étaient sur place pour la réouverture de cet axe routier névralgique. Le chemin de wilaya n°8 reliant la commune de Béni H’midène à Didouche Mourad à l’est de la wilaya demeure encore difficilement praticable, ainsi que le CW 5A reliant la localité d’Ibn Ziad au sud de Constantine à Sidi Khlifa dans la wilaya de Mila, selon les services de la Gendarmerie nationale. Selon les services de la météorologie nationale basés à l’aéroport Mohamed-Boudiaf, la neige a atteint jusqu’à 10 cm par endroits, en particulier dans les zones situées à plus de 600 m d’altitude. Selon ces services, les flocons devraient continuer à tomber dans les prochaines 48 heures, affectant notamment les reliefs culminant à plus de 800 m.
A Batna, la neige a recouvert les régions d’Arris, de Theniet el Abed et de Merouana notamment et les services des travaux publics sont intervenus pour rouvrir à la circulation les axes routiers des routes nationales 31, 87 et 77 reliant le chef-lieu de la wilaya de Biskra, via Arris, et Thniet el Abed, selon le directeur des travaux publics, Abderrahmane Abdi.

 

Fortes perturbations
Par ailleurs, les habitants du nord de Sétif, la région de Meghres et Takouta notamment, se sont réveillés dimanche sur un beau spectacle de la neige recouvrant les montagnes de la région en dépit des désagréments causés, en particulier en matière de déplacement. Le commandant Tarek Amamra, du groupement territorial de la Gendarmerie nationale, a indiqué que la RN 75, dans son tronçon traversant la commune Tala Iften sur 16 km, était coupée à la circulation. La RN 77, entre les localités d’Ain Sebt et Djemila et les communes de Beni Aziz et El Eulma, étaient également impraticables. Les chemins de wilayas (CW) 45 et 137, entre Bouandes et Boussalem sur 14 km et Ain Kébira et Serdj El Ghoul, sont également coupés à la circulation.
A Bordj Bou Arréridj, les chutes de neige ont été enregistrées sur les hauteurs notamment dans la région nord aux localités de Djaâfra, El Mayne et Kolla.
A Médéa, la circulation automobile sur le réseau routier de la wilaya a connu de fortes perturbations notamment sur un tronçon de la route nationale N1 reliant les villes de Médéa et de Berrouaghia ou le trafic reste « très difficile », selon la Protection civile.
Les chutes incessantes de neige ont provoqué d’énormes « bouchons » à plusieurs endroits de cet axe routier stratégique, en particulier au lieu- dit « Tayeb Djoghlali », sur le Col de Benchikao qui culmine à 1224 mètres, et au niveau d’ « El-Fernane », périphérie de la ville de Berrouaghia où le trafic est au ralenti, en raison d’une épaisse couche de neige qui couvre la chaussée, a-t-on indiqué de même source.
Des perturbations sont signalées également sur des tronçons de la route nationale N°64, qui fait la jonction entre El-Omaria et la ville de Bougara, dans la wilaya de Blida, ainsi qu’au niveau du chemin de wilaya (CW) 138, reliant la commune de Si-Mahdjoub à Tizi-Mahdi, à l’ouest de Médéa où l’accès à certaines fractions est très difficile, a-t-on ajouté de la même source.
A Annaba, les importantes chutes de neige enregistrées dans la nuit du 14 au 15 janvier ont bloqué la principale voie de communication reliant le chef-lieu de wilaya à Seraïdi, une commune située sur les hauteurs du massif de l’Edough, à 850 m d’altitude.
C’est vers minuit qu’il a commencé à neiger à gros flocons couvrant toute la région ; une épaisseur de plus de 5 cm qui a grossi jusqu’atteindre les 10 à 15 cm. Déjà, à cette heure avancée de la nuit, la Protection civile a eu à intervenir pour dégager des véhicules pris dans la neige suite aux appels de leurs occupants.
Hier matin, la petite route serpentant sur le flanc de la montagne, sur les 13 km séparant la commune de Seraïdi d’Annaba, est devenue impraticable, les conducteurs qui s’étaient hasardés se sont retrouvés bloqués et n’ont dû leur salut qu’à l’intervention des équipes de la DTP. Ces dernières avaient été dépêchées sur les lieux pour dégager la voie et la rendre à la circulation. Il a fallu la conjugaison des efforts des agents de la commune, ceux de la direction des travaux publics, des éléments de la Protection civile et l’utilisation d’engins et de chasse-neige pour que la circulation soit enfin rétablie vers 9 heures. Les pistes et les chemins communaux menant vers les petites localités, les douars et les mechtas situées dans la forêt de Bouzizi, complètement coupées à cause des énormes quantités de neige qui s’étaient accumulées, ont été déblayées et dégagées par les djounoud de l’ANP qui ont utilisé de gros moyens pour désenclaver ces agglomérations. Les lycéens n’ont pu rejoindre leurs établissements en ce début de semaine, transports publics, taxis, camions, particuliers… n’ont pu emprunter cette voie vitale qu’à partir de 9 h. Selon le BMS diffusé hier, des chutes de neige sont attendues dans la soirée et il est fort possible que la situation se dégradera encore plus, car la seule route reliant Seraïdi sera encore bloquée et il faudra encore la dégager.

 

Pression sur le gaz butane
A Bouira, les fortes chutes de pluie accompagnées de neige, qui a presque couvert toutes les localités, ont causé des désagréments aux villageois. Hier, plusieurs tronçons traversant la wilaya ont été coupés à la circulation automobile. Il s’agit surtout de la RN15 reliant cette wilaya à Tizi Ouzou, coupée au col de Tirourda (commune d’Iferhounène), et la RN 30 reliant Tizi Ouzou à Bouira au col de Tizi N’Koulal, (commune d’Iboudrarène), et enfin la RN 33 reliant Tizi Ouzou à Bouira au niveau d’Asswel.
Par ailleurs, les automobilistes empruntant les routes du sud de la wilaya ont rencontré les mêmes difficultés. Cependant, la vague de froid a pénalisé plusieurs habitants en quête de gaz butane. La wilaya a enregistré depuis quelques jours, une forte pression sur le gaz butane, qui se trouve malheureusement introuvable dans certains dépôts. Dans la daïra de Bordj Okris, sud de Bouira, des villageois ont dénoncé l’absence de gaz butane. Des habitants ont pris d’assaut certains points de vente. « Cela fait des heures que nous attendons l’arrivée des camions pour s’approvisionner en bonbonnes de gaz », dit en colère un villageois qui s’est déplacé jusqu’au chef-lieu de wilaya pour s’alimenter en ce combustible. Les habitants ont affirmé que ce produit demeure parfois introuvable en cette période marquée par la neige et les pluies. D’autres ont dénoncé son prix qui atteint, selon eux, les 500 DA l’unité. Il faut rappeler que le directeur de l’Energie de la wilaya avait rassuré quant à la disponibilité de ce produit. La production au niveau de deux centres enfûteurs, installés dans les deux communes de Chorfa et Oued el Berdi, a augmenté dans le but d’alimenter suffisamment la population non encore raccordée au réseau de gaz naturel.
Un élu à l’APC de Bordj Okhris a estimé que les autorités ont mobilisé tous les moyens pour faire face à la demande des villageois en matière de gaz butane.

 

Accidents et asphyxies
Autre désagrément et pas des moindres résultant de cette vague de froid, les asphyxies au monoxyde de carbone. En effet, pas moins de neuf personnes, asphyxiées au monoxyde de carbone, ont été secourues par les éléments de la Protection civile durant les dernières 24 heures. « Les éléments de la Protection civile ont secouru, durant les dernières 24 heures, neuf (9) personnes dont six (6) dans la wilaya de Guelma, suite à l’inhalation du monoxyde de carbone, émanant notamment des chauffages », a précisé le chargé de communication de la Protection civile, Zouhir Benamzal.
Il a ajouté, à ce propos, qu’ « aucun décès n’a été déploré durant cette période caractérisée par une forte vague de froid ». Sur un autre chapitre, le chargé de communication de la Protection civile a fait savoir qu’un accident de la circulation est survenu durant les dernières 24 heures à Oum El-Bouaghi faisant huit blessés, suite au renversement d’un véhicule sur la route nationale N° 32.
Un autre accident a été également enregistré, hier, à 7 h30 à Réghaia, entraînant 20 blessés, suite au dérapage d’un bus de transport assurant la ligne Alger-Boumerdes, a- t-il encore informé.