La victoire de l’extrême droite lors des élections européennes qui se sont clôturées hier, dimanche, aurait-elle été moins éclatante sans le « Abou-Marteauu » algérien ? La question se doit être posée après le buzz suscité par la fameuse vidéo du barbu en qamis, qui avait vandalisé, le 17 décembre 2017, la statue de Ain Fouara (Sétif). Les médias sociaux européens se sont retrouvés à partager les images d’il y a une année et demi présentés comme celle d’un « migrant musulman détruisant une statue en Italie, car une partie du corps est visible« . 

Les images de ce qui s’est passé le 18 décembre 2017 à Ain Fouara

C’est le journal finlandais, Yle, qui est venu dévoilé au grand jour la supercherie. C’était dans son édition du 25 mai dernier, dans laquelle il a publié un travail d’investigation réalisé avec une société spécialisé dans la cybercriminalité et dans lequel ils ont épinglé la fake news

L’article du journal finlandais Yle
Le tweet de Compact News du 4 mai 2019

La Fake news est démontée dans un long article dans lequel la première « trace » de la publication de cette fake news est retrouvée. Ainsi, elle remonte au 4 mai dernier. Elle est tweetée par le compte Compact News et depuis elle a récolté plus de 1 300 « j’aime » et elle est retweetée plus de 1 800 fois!

Qui est derrière cette publication? Compact News (CN) s’avère être un site dont la majorité de ses publications (en anglais) concernent le mouvement des Gilets Jaunes en France!

Capture écran du site web de Compact News

Sur le profil de « CN », il est indiqué qu’il est suivi par un compte intitulé Partisan FB. Ce dernier se présente sur son profil twitter comme le CEO (administrateur) de Compact News. Ses publications sont essentiellement orientées anti Union Européenne. Mais aucun détail sur la personne. Par contre un nom et prénom était « disponible » sur le profil twitter de CN.

Un certain Robert Kearney. Il s’avère que ce serait le profil d’un journaliste (d’origine italienne et installé aux États-Unis) collaborant chez Compact News. Sur son compte twitter, la photo de la page d’accueil est très significative de l’orientation politique du journaliste. Il a ainsi mis un dessin représentant quatre leaders de l’extrême droite européenne.

Page d’accueil du compte twitter de Robert Kearney.

Ce cheminement vient surtout démontrer l’impact que peuvent avoir les médias sociaux sur rendez-vous électoraux européens, ou ailleurs. Les résultats d’hier en donnent un aperçu. L’extrême droite est arrivée en tête en Italie, en France et au Royaume Uni. La révolution numérique touche à tout, et tout le monde.

@SalimKoudil

19h19 (14): Le Soufi