C’est aujourd’hui que commence la discipline reine de ces 18es Jeux méditerranéens en cours dans la ville de Tarragone en Catalogne. Le Campclar Athletics Stadium devrait être le cœur battant de ces Jeux durant la dernière semaine de la compétition décidément, qui ne soulève guère l’enthousiasme du grand public.

Face au dieu football, les Jeux méditerranéens ne pèsent pas lourd. Pour cette épreuve, les Algériens participeront avec une délégation particulièrement faible, probablement la plus faible dans l’histoire des participations algériennes aux Jeux méditerranéens. Il y aura Yacine Hethat et Mohamed Belbachir au 800m, Mohamed Yasser Triki dans la longueur et le triple saut, Hicham Bouchicha au 3000m steeple et le tandem Farid Terfaia et Mamar Bengriba en semi-marathon. Les autres Algériens sont le hurdler Abdelmalik Lahoulou, Saber Boukemouche (400m/haies) ainsi que les demi- fondistes Takei-Eddine Heddili et Ryma Chennah. Pour cette première journée il y aura l’entrée en lice de Triki dans la longueur, Lahoulou 400m haies demi-finale, Saber Boukemouche concourra pour les demi-finale des 400 m haies Bouchicha prendra part à la finale des 3000 m steeple et aura fort à faire face aux Espagnols et Marocains favoris de l’épreuve. La délégation algérienne qui s’est déplacée avec dix athlètes pour les épreuves d’athlétisme, tentera de créer la surprise. Les observateurs de l’athlétisme algérien ne se font néanmoins pas beaucoup d’illusions. Au vu de la préparation bâclée et des difficultés multiples qui se sont dressées sur le parcours des athlètes l’heure n’est pas à l’optimisme. « L’athlétisme algérien traverse une mauvaise période, aucun athlète du 1500 m ne sera en lice sous les couleurs nationales, une épreuve qui est censée être notre spécialité » dira un observateur de l’athlétisme algérien. Les Marocains se sont déplacés par exemple avec pas moins de 23 athlètes pour les joutes d’athlétisme des Jeux méditerranéens. Taoufik Mekhloufi qui avait annoncé sa participation a fait défection à la dernière minute sans raison apparente. Même la Fédération d’athlétisme n’a pas expliqué sa non-participation. « L’Algérie est absente dans différentes disciplines comme le sprint, les lancers du javelot, du marteau, et aussi en semi-marathon féminines dans la perche et 5000 m». La cause de cette situation de régression ? «Toujours l’absence de relève à cause d’un manque de vision politique et de stratégie à long terme» opine notre observateur.
«L’absence remarquée des Algériens dans les grands meetings internationaux en est la plus grande illustration».