L’indécence a une limite, et ce qui s’est passé vendredi soir sur une chaine TV privée est venu rappeler à quel point le paysage médiatique algérien a besoin d’une autorité de régulation.

Premier jour de ramadan, et déjà premier scandale télévisuel à signaler. Ça concerne une émission de caméra cachée diffusée hier, vendredi, en soirée, sur une chaîne TV privée et qui a soulevé un tollé général sur les médias sociaux. Le programme a été, de l’avis unanime des internautes, «indécent », et à la limite du nauséabond. Le contenu de l’émission en question, « Ana w radjli » (Moi et mon mari), est de poser des questions à une « victime » sélectionnée, et en cas de bonnes réponses, le vainqueur gagnera, en guise de cadeau, une…femme. Il fallait vraiment oser avoir cette idée, la proposer et surtout qu’elle soit validée par les responsables de ce média. C’est dire que le principe même de cette caméra cachée est d’une incroyable indigence.

La première victime est, avant tout, l’image des femmes, présentée comme étant un bien matériel au même rang qu’une machine à laver ou une cafetière. Même les esprits les plus rétrogrades n’auraient pas osé préparer une telle ignominie. d’ailleurs le réseau wassila/AVIF, l’association contre les violences faites aux femmes et aux enfants, n’a pas tardé à réagir. Dans une publication sur sa page facebook, elle dénonce ce qu’elle appelle  » les TV-Poubelles« , coupables de dégrader « l’image des femmes ou des relations sociales ».

Le réseau wassila-AVIFE pose également la question: « Y a t’il une autorité de régulation qui protège les citoyennes et citoyens« . Effectivement, comment ne pas s’offusquer face à la farces, subie par la victime de l’émission d’hier. Sa réaction, et malgré la stupidité de ses interlocuteurs, a été très digne. Les animateurs de cette caméra cachée sont coupable d’atteinte à la dignité humaine. Avec cet épisode, l’urgence d’une autorité de régularité est criarde. Depuis plusieurs années les méfaits de ce genre d’émission, et de plusieurs programmes de ces TV privées, sont tolérés malgré les dénonciations légitimes,venant de tous bords . La tolérance a ses limites.

(*) Photo en haut: capture écran d’une des vidéos de Mohamed henni, un français d’origine algérienne, véritable star du Youtube, et qui casse son téléviseur à chaque défaite de son club fétiche, l’Olympique de Marseille.

NB: Le lendemain de la publication de cet article, l’ARAV (Autorité de Régulation de l’Audio-Visuel) adressait un avertissement à Numidia TV, la chaîne qui a diffusé l’émission de caméra cachée « Ana w Radjli ». Quelques heures après avoir reçu l’avertissement, le média enlevait l’émission de son programme, et adressait ses excuses au citoyen victime de cette caméra cachée.