9 135 hectares ont été détruits par les feux du 1er juin au 3 août.

La superficie des maquis forestiers et couvertures végétales ravagées par le feu s’étend de plus en plus. Le dernier bilan de la Direction générale des forêts (DGF) rapporte, en effet, que la surface boisée détruite par les flammes s’est élevée à 9 135 hectares du 1er juin au 3 août contre 9 015 hectares au 2 août, soit une progression du sinistre de 120 hectares en 24 heures. Le Directeur de la prévention auprès de la DGF, Rachid Benabdellah, qui rapporte l’information repris par l’APS, explique que durant cette période la moyenne était de 20 feux/jour avec la perte de quelque 7 hectares quotidiennement.
Ce bilan représente selon le responsable près du double de celui enregistré entre le 1er juin et le 25 juillet derniers car il avait recensé près de 4 277 hectares ravagés par les incendies. Le responsable a par ailleurs donné le détail des dates où il a été enregistré le plus grand nombre de feux de forêt. 207 feux, soit 69 feux/jour, ont été déplorés durant les journées signalées par les services météorologiques dans des BMS, soit les 26, 27 et 28 juillet dernier, précisant que 3 049 hectares ont été ravagés, dont 1 033 hectares de forêts et qu’en outre, un total de 134 feux a été enregistré durant les deux jours de l’Aïd El Adha (31 juillet et 1er août) principalement dans les wilayas de Taref, Jijel, Skikda, Béjaïa et Tizi Ouzou.
A propos des causes de départs de feu, le responsable a indiqué que l’homme reste le principal responsable dans la majorité de ces sinistres, que ce soit directement ou indirectement. Ajoutant que les températures élevées étaient un facteur de propagation des feux. Concernant les pratiques pouvant être à l’origine des feux de forêt, Benabdellah a cité les opérations de nettoyage avec incinération des résidus à proximité des récoltes, effectuées par les agriculteurs eux-mêmes, notamment les plus vieux, sans prise de mesures de précautions nécessaires (disponibilité d’un point d’eau et nombre suffisant de personnes pour éteindre tout départ de feu). Dans le même sens, le même responsable a évoqué d’autres pratiques comme les feux allumés pour l’élargissement des superficies agricoles ou le renouvellement de la couverture végétale mais mal maîtrisés, ainsi que les barbecues allumés sans vigilance par des personnes en sortie en forêt notamment avec la fermeture des plages. Déplorant, par ailleurs, «le manque de matériel et de main-d’œuvre» qui affecte directement les missions des forestiers axées sur la surveillance, le signalement et les premières interventions, il a souligné que la protection de 4,1 millions d’hectares de ressources forestières «est une responsabilité qui incombe à tout un chacun, d’où l’appel à la vigilance et à la prudence».

Un comité d’évaluation des dégâts
Soulignons que devant l’ampleur du désastre, le Premier ministre Abdelaziz Djerad a procédé, mercredi dernier, à l’installation d’un comité d’évaluation des dégâts des feux de forêt en vue de prendre en charge la situation des victimes de ces incendies, indique un communiqué des services du Premier ministère. Toujours selon cette même source, le bilan des feux de forêt enregistré à ce jour porte sur
1 381 foyers de feu pour une superficie cumulée de 14 496 hectares dont 4 268 hectares de forêt, 5 563 hectares de maquis et 4 665 hectares de broussailles. Il est également précisé «les dégâts ont aussi concerné une superficie de
1 085 hectares de récolte de blé et d’orge, 145 821 bottes de foin, 104 676 arbres fruitiers, 5 111 palmiers, 360 ruches d’abeilles». Il a été relevé, également, que la lutte contre les feux de forêt a vu la mobilisation d’importants moyens matériels et technologiques (satellite, hélicoptères et équipements de radiocommunication..) ainsi qu’ «une composante humaine qualifiée et engagée qui mérite toute notre attention, notre encouragement et notre reconnaissance», ajoute la même source.
Evaluation des dégâts et des pertes
Le communiqué fait savoir que «les enquêtes engagées ont permis d’aboutir à la neutralisation de 15 personnes pyromanes qui ont fait l’objet d’interpellation, 6 à Aïn El Karma, 3 à Batna, 2 à Tipasa, 2 à Médéa, 1 à Jijel et 1 autre à El Taref, dont 3 ont fait l’objet de mandats de dépôt et 3 autres sont sous contrôle judiciaire». Par ailleurs, le Premier ministre a instruit les services concernés à l’effet de procéder, «sans délais», au recensement des victimes des feux de forêt, à «l’évaluation» des dégâts subis et à «proposer» toutes mesures de nature à faciliter et accélérer les procédures de prise en charge des victimes. Dans ce cadre, il a insisté sur «la nécessité d’évaluer les dégâts et les pertes occasionnées par les feux de forêt par une expertise et à recourir, si nécessaire, aux compétences des sociétés d’assurance». De même, il a mis l’accent sur l’impératif de l’application de la loi dans toute sa rigueur pour tout acte malveillant ou fausse déclaration visant à vouloir bénéficier indûment des aides de l’Etat. Dans ce sillage, le ministre de l’Agriculture a été chargé de mobiliser l’ensemble des moyens qui permettent aux exploitants ayant perdu leurs bétails, leurs arbres fruitiers ou leurs ruches de reconstituer rapidement leurs patrimoines. Il a également chargé tous les acteurs engagés dans la lutte contre les feux de forêt à multiplier les efforts de sensibilisation et de prévention, en usant et en sollicitant l’ensemble des moyens de communication et en développement une stratégie de communication de proximité pour être au plus proche du citoyen. D’un autre côté, il a souligné que la mobilisation et la solidarité citoyenne restent le rempart le plus efficace pour la réduction et l’atténuation des risques de feux de forêt. Enfin, «le Premier ministre a tenu à saluer l’ensemble des effectifs engagés dans la lutte contre les feux de forêt tout en exprimant aux familles et aux trois agents forestiers et à l’agent de la Protection civile, blessés dans le cadre de la lutte contre les feux de forêt, toute la gratitude de l’Etat et le soutien des pouvoirs publics», conclut le communiqué. <

Indemnisation des sinistrés
Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud a affirmé, mercredi, que l’Etat indemnisera les sinistrés des feux de forêt après les expertises de terrain au niveau des wilayas touchées, mettant en garde contre les déclarations mensongères pour bénéficier des indemnisations. Ces dernières se feront sur la base des expertises de terrain au niveau des wilayas concernées, a précisé Beldjoud à la presse, à l’issue de la réunion du Comité d’évaluation des dégâts des feux de forêt, présidée par le Premier ministre Abdelaziz Djerad.