Le dernier bilan journalier de la Protection civile faisait état, hier à 12 heures, de 9 foyers d’incendies encore «actifs» et 2 autre «sous surveillance» au niveau des wilayas de Béjaïa, Tizi-Ouzou, Tipasa, Taref, Skikda et Souk Ahras.

Par Nadir Kadi
Les agents de la Protection civile, de la Direction générale des forêts, notamment appuyés par les moyens aériens de l’ANP, ont par ailleurs totalement maîtrisé, dans les dernières 24 heures, 5 foyers d’incendie à Béjaïa, Jijel, Tébessa et Annaba.
La lutte contre les flammes, qui a mobilisé l’ensemble des moyens, garde pour objectif principal de limiter l’impact des feux et d’éviter toute perte humaine ; les habitants de plusieurs localités de la wilaya de Béjaïa et Tipasa ont été «évacués» par mesure de prévention.
Situation sur le front des incendies qui reste toutefois très changeante, d’autant que la sécheresse des sols, les fortes chaleurs des derniers jours mais aussi les vents relativement forts favorisent les départs de feux et la rapidité de leur progression. La nuit de dimanche à lundi et la journée d’hier ont été marquées par l’important déploiement de moyens humains et matériel au niveau des forêts du mont Chenoua et de Gouraya, dans la wilaya de Tipasa.
En effet, zones particulièrement boisées et surtout très difficiles d’accès, l’objectif était, à minima, d’entraver la progression de flammes ; la chef du Bureau Incendie à la Conservation des forêts de Tipasa, Mme Amel Mokrani, expliquait à la Radio nationale que «la lutte contre le feu n’est pas encore gagnée». Les incendies profitent dans la région de Tipasa de vents relativement forts attisant les flammes, d’une température qui dépasse les 38 °C, et des reliefs très accidentés avec des «pentes allant jusqu’à 25%».
Et dans ce contexte, l’intervention de la Protection civile de Tipasa, en plus des renforts venus de Blida, Chlef et Médéa, ou encore des agents de la Direction générale des forêts s’est largement appuyée, dès le signalement des feux dimanche, sur l’aide précieuse des hélicoptères de l’ANP et l’unité aérienne de la Protection civile. «Suite aux incendies qui se sont déclarés, ce jour 14 août 2022, au niveau des forêts du mont Chenoua, wilaya de Tipasa en 1re Région militaire, le Haut-commandement de l’Armée nationale populaire a mobilisé des hélicoptères relevant des Forces aériennes pour participer aux opérations anti-incendie, particulièrement dans les zones inaccessibles», a précisé un communiqué du ministère de la Défense nationale cité par l’APS. La même source ajoute également qu’il s’agit de «venir à bout des feux» dans les différentes zones forestières et les villages sinistrés, mais aussi de «sauver et évacuer les familles coincées par les feux (…) L’opération se poursuivra jusqu’à extinction totale des incendies».
Quant à la wilaya de Béjaïa, le Chaîne III précisait hier que le bilan des feux de ces dernières 24 heures état déjà de «300 hectares» partis en fumée ; la région ayant enregistré, selon d’autres sources, pas moins de 47 départs de feux depuis le week-end dont 36 totalement maîtrisés ou éteints.
Par ailleurs, les incendies toujours actifs, hier à la mi-journée, notamment à Tichy, El Kseur ou encore Darguina, auraient également poussé les autorités à décider l’évacuation de «familles, par mesure de sécurité». La situation générale dans la wilaya de Béjaïa apparaît en ce sens comme relativement difficile ces derniers jours suite à la multiplication des foyers. Ces feux sont vraisemblablement alimentés par l’épisode de canicule, bien que la piste de l’action humaine ne peut être écartée pour le moment. Selon les dernières déclarations à la Protection Civile, hier, ses interventions ont été appuyées dans la wilaya par des renforts de «Sétif et Bouira» en plus de «deux hélicoptères et du bombardier d’eau venu de Russie». <