En ces temps de marchandage (en externe) et d’appels au pragmatisme (en interne), une halte historique ne pouvait qu’être la bienvenue.  L’initiative de l’historien Daho Djerbal, organisée jeudi passé à Alger, précisément à Belouizdad, en était l’expression.  

Pour marquer le 60e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960, une rencontre-débat s’est ainsi déroulée en présence, entre autres, de plusieurs moudjahidines, et pas des moindres.  Il y avait ainsi Othmane Belouizdad (91 ans, dernier survivant du groupe des 22), Amar Benadouda (89 ans), et  Mohamed Ghafir, dit Moh Clichy (86 ans). La commémoration était axée essentiellement sur deux « axes ». Le premier était la projection, en exclusivité, du documentaire « Un seul héros, le peuple » de Mathieu Rigouste relatant les manifestations du 11 décembre 1960. Le second était la présentation du numéro spécial de la revue NAQD consacrée à l’événement.

Le débat sur la projection du documentaire était une occasion de mettre en relief l’importance de ce qui s’était passé il y a 60 ans dans ce qui allait être arraché 19 mois plus tard, l’indépendance de l’Algérie.

Le court métrage a également « heurté » les sensibilités de quelques personnes dans le public, qui reprochaient au réalisateur d’avoir « mélangé » le combat pour l’indépendance avec des mises en scènes chorégraphiques et des sonorités urbaines de rap. O sacrilège !

Des « remontrances » bien peu solides, surtout qu’il s’agissait d’un « zoom » cinématographique d’un jeune sociologue français. D’ailleurs, c’était une occasion pour Daho Djerbal d’indiquer que les critiques étaient trop faciles à émettre alors que la meilleure attitude à avoir, était de produire localement et que l’histoire algérienne soit prise en main par ses enfants. Cependant, la réalité du terrain est toute autre.   

L’exemple des archives algériennes indisponibles ici, mais que l’historien (qui dirige également la revue NAQD)  a dû acheter des Etats-Unis, est une des preuves tangibles de cette insoutenable légèreté avec laquelle la mémoire est traitée.