Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 12 juillet 2018 06:00

Une menace permanente

Écrit par Rabah Serradj
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’Opep prévoit une baisse de la demande pour son pétrole brut l’année prochaine. Une annonce qui laisse sceptique certains Etats producteurs pour qui c’est loin d’être une bonne nouvelle. Cette possibilité devrait survenir en raison d’un ralentissement prévu de la croissance de la consommation et d’une hausse des extractions des concurrents, selon l’Opep.

Ainsi, le retour d’une offre excédentaire est à craindre malgré l’accord d’encadrement de la production initié et respecté par les Etats membres dans leur globalité. L’Arabie saoudite, ce joueur très spécial dans l’organisation pétrolière, a extrait davantage à la demande de certains pays. Pour des raisons de dividendes géopolitiques, particulièrement aléatoires avec l’administration Trump, Riyad ne s’embarrasse pas de mettre d’autres pays producteurs sous tension. Avec ses grandes capacités, l’Arabie saoudite peut se permettre de jouer les prix. Pas les autres Etats membres, pour qui une forte fluctuation reste synonyme d’instabilité interne. Le baril de Brent a dépassé le seuil des 80 dollars cette année, une première depuis 2014. Une situation pour le moins apaisante devenue possible grâce à l’accord d’encadrement de la production inspiré par l’Opep. Mais aussi en raison des perturbations dans les extractions du Venezuela et de la Libye et des menaces américaines visant l’Iran. Face à cette instabilité des cours du pétrole et sa dépendance à des contingences complexes qui dépassent le cadre de la logique économique, l’Algérie reste sous menace permanente. Son économie demeure toujours dépendante des cours dont la fluctuation échappe complètement à son action. L’année prochaine devrait, on l’annonce déjà, voir la tension sur la question des prix du pétrole ressurgir.
Il devient vital pour un pays comme l’Algérie d’entamer véritablement un début de conversion vers des sources d’énergies alternatives.
Et faire reposer son économie, du moins une grande partie de celle-ci, sur des bases moins aléatoires et moins risquées.

Lu 127 fois
Plus dans cette catégorie : « Peut mieux faire Un accord à préserver »

Laissez un commentaire