Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 12 juillet 2018 06:00

Revendications des boulangers : Le ministère du Commerce tarde à se prononcer

Écrit par Bouzid Chalabi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La rencontre du bureau de la Fédération nationale des boulangers (FNB) avec le ministre du Commerce, Saïd Djellab, prévue pour hier, n’a finalement pas eu lieu pour cause d’empêchement de dernière minute du ministre.

Joint par téléphone, le président de la fédération, Youcef Khalafat, nous a appris que c’est le secrétaire général qui les a reçus et que « ce dernier leur a dit que le ministre s’est engagé à rencontrer le bureau dans les jours qui viennent ». Pour rappel, cette rencontre était programmée sous l’insistance de cette organisation professionnelle dans le but de se faire entendre par le ministre et surtout de relancer le dialogue entre les deux parties, notamment en ce qui concerne la principale requête des boulangers, à savoir une revue à la hausse de leur marge bénéficiaire. Une doléance que les boulangers n’ont de cesse revendiqué depuis ces dernière années sans pour autant connaître de réponse de la tutelle. C’est d’ailleurs ce qui a poussé cette fédération à annoncer en mai dernier de recourir à la grève juste après les fêtes de l’Aïd à la mi-juin. Une annonce qui a poussé le ministère à renouer le dialogue avec la fédération. Mais cette fois-ci la Fédération des boulangers a insisté sur l’impératif de soutenir la profession. Chose que M. Khalafat n’a pas cessé de clamer ces dernières années. En effet, ce dernier considère que la solution se trouve du côté du ministère du Commerce, et donc, il lui appartient de trancher « en décidant d’opérer une hausse du prix de la baguette de pain qui passerait de 10 à 12 DA ou bien d’augmenter la subvention sur la farine », a-t-il suggéré. Comme le président de la FNB a maintes fois avancé que la tutelle « se doit de trouver les solutions adéquates, c'est-à-dire celles qui vont dans le sens de satisfaire toutes les parties concernées. En clair, les boulangers et les citoyens. Pour revenir à la principale requête, à savoir la hausse de leur marge bénéficiaire, les boulangers affirment qu’elle est légitime. En effet, les 2,5 dinars de différence entre le prix administré qui est de 7,5 DA et celui de la vente fixé à 10 DA, ne peuvent assurer la pérennité de la profession de boulanger, d’autant plus qu’il faut savoir que les charges fixes ont connu des augmentations, rendant encore plus maigre la marge de bénéfice. Un état des lieux qui a poussé de nombreux patrons de boulangerie à baisser rideaux.
« Et d’autres pourraient suivre dans le cas où aucune décision ne serait prise de revoir à la hausse la marge bénéficiaire », a averti la FNB.

Laissez un commentaire