Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 16 mai 2018 06:00

Après le massacre de lundi à Gaza : Jour de deuil et de condamnations Spécial

Écrit par Adlène Badis
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Après une journée sanglante qui a vu le massacre de dizaine de Palestiniens près de la bordure de séparation par une armée d’occupation aux méthodes criminelles, mais jouissant de l’impunité, plusieurs réactions ont eu lieu hier à travers le monde.

La position de Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne d’habitude plus conciliante envers les Américains, aura été sans appel :
« Cette ambassade est tout simplement une colonie américaine en Palestine », a souligné Abbas en réaction à l’inauguration de cette représentation US dans la ville sainte. Hier, jour de deuil, les Palestiniens ont enterré leurs martyrs dans la dignité, ce qui les a encouragés à poursuivre la mobilisation contre l’occupation. Des appels à l’arrêt de la dangereuse escalade israélienne en Palestine et des condamnations dans les termes les plus forts du bain de sang perpétré contre des innocents qui manifestaient pacifiquement à Gaza contre le transfert de l’ambassade américaine à Al-Qods occupée n’ont cessé d’affluer durant toute la journée d’hier. L’Algérie, à travers le ministère des Affaires étrangères,  a condamné, hier, avec « la plus grande vigueur le bain de sang » perpétré contre des « manifestants palestiniens sans défense ». « Face à cet abominable crime de guerre, la communauté internationale, et singulièrement le Conseil de sécurité des Nations Unies, est de nouveau interpellé avec force pour assumer toutes ses responsabilités à l’égard du peuple palestinien en vue d’assurer sa protection conformément aux normes du droit international humanitaire et de réparer l’injustice qui lui est faite », a souligné la même source. L’Iran a estimé de son côté que les dirigeants israéliens devraient être jugés pour crime de guerre après ce massacre. « Le meurtre d’enfants, de femmes et de gens sans défense de Palestine est devenu la stratégie principale d’Israël en 70 ans d’occupation », a indiqué le porte-parole du ministre des Affaires étrangères, Bahram Ghasemi. La Turquie a demandé, pour sa part, à l’ambassadeur d’Israël à Ankara de quitter le pays temporairement pour protester contre la mort de dizaines de Palestiniens sous les balles israéliennes. L’ambassadeur israélien a été convoqué au ministère des Affaires étrangères et a été prié « de retourner dans son pays pour un certain temps », a déclaré un responsable de la diplomatie turque au lendemain de la décision de la Turquie de rappeler son ambassadeur à Tel-Aviv pour consultations. Le gouvernement britannique, lui, a réclamé une enquête indépendante sur les événements dans la bande de Gaza, où près de 60 Palestiniens ont été massacrés la veille par l’armée israélienne.

Réactions à minima
Le gouvernement britannique a réclamé une enquête indépendante sur les événements sanglants dans la bande de Gaza.
« Le Royaume-Uni soutient une enquête indépendante sur ce qui s’est passé », a déclaré Alistair Burt, secrétaire d’Etat au Proche-Orient et à l’Afrique du Nord lors d’une question urgente au Parlement britannique. Des réactions occidentales à minima face à l’embarras suscité par le lourd bilan de la tuerie. Le gouvernement allemand s’est également dit favorable à l’ouverture d’une enquête indépendante sur les événements meurtriers dans la bande de Gaza, tout en rendant le Hamas responsable de la situation. « Je peux dire au nom du gouvernement allemand que nous sommes aussi d’avis qu’une commission indépendante pourrait faire la lumière sur les violences et les affrontements sanglants dans la zone frontalière », a indiqué à la presse le porte-parole de la chancelière Angela Merkel et du gouvernement allemand, Steffen Seibert. C’est à croire que c’est le Hamas qui tue ses propres compatriotes. La Belgique a convoqué l’ambassadrice d’Israël et appelé à une enquête internationale sur le massacre de lundi. Même topo pour l’Irlande qui a convoqué l’ambassadeur d’Israël en protestation contre la tuerie. Les Etats-Unis, défendant toujours les crimes israéliens, avaient bloqué lundi l’adoption d’un communiqué du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à une enquête indépendante. La Ligue arabe a enfin appelé le procureur de la Cour pénale internationale à ouvrir rapidement une enquête sur les crimes de l’occupation israélienne contre les Palestiniens.

L’Amérique définitivement partie prenante d’Israël
Cette décision de Donald Trump de reconnaître de fait la ville d’Al-Qods comme la capitale de l’Etat occupant en contradiction avec la légalité internationale et tous les processus de paix antérieurs aura finalement exclu la première puissance du monde de tout rôle de médiation ou de parrain entre les Palestiniens et l’Etat hébreu. Les Etats-Unis semblent définitivement devenue partie prenante en faveur d’Israël contre les Palestiniens. Il serait donc difficile pour l’administration Trump de convaincre l’Autorité palestinienne de rentrer dans un quelconque processus futurs concocté avec l’accord de Riyad et d’autres capitales arabes. Le président Mahmoud Abbas ne prendrait pas le risque d’accepter un quelconque dialogue au risque de se saborder auprès de son peuple. Le transfert de l’ambassade US a été reporté à chaque fois par les prédécesseurs de Trump, ce dernier est venu acter une démarche qui devrait produire une tension permanente dans les territoires occupés. L’Autorité palestinienne ne reconnaît aucune représentation étrangère à Al-Qods considérée comme la capitale de la Palestine indivisible. Donald Trump cherche toujours à maintenir une connexion avec les Palestiniens pour pouvoir imposer sa « solution » au travers notamment de son gendre le très sioniste Jared Kushner. Mais « la transaction du siècle » annoncée à travers un pacte qui devrait être proposé avec l’accord de l’Arabie saoudite et de la Ligue arabe ne pourrait avoir une chance de se réaliser sans une signature et un accord des Palestiniens. Cet accord prévoirait notamment un abandon du principe du retour pour les Palestiniens contre un semblant de territoire sans continuité territoriale. Pour les Palestiniens qui ont montré leur détermination lundi à Gaza à continuer la lutte, la résistance et le sacrifice, cette éventualité n’est pas acceptable.
Les Palestiniens de la prison Gaza ont compris que seuls la résistance et le sacrifice garderaient leur cause incandescente, comme un caillou dans la chaussure de leur bourreaux et ses protecteurs. Pour rappel, près de 60 Palestiniens, dont des enfants, ont été tués lundi par les tirs des soldats israéliens. Un bébé est décédé après avoir inhalé du gaz lacrymogène.
Dernière modification le mercredi, 16 mai 2018 09:44

Laissez un commentaire