Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

jeudi, 28 mai 2015 11:04

Algérie –Italie: Sellal annonce à Rome la relance du projet Galsi

Écrit par Younès Saâdi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

selalEntre Alger et Rome, c’est « tutto bene », pourrait-on dire en italien même si cette belle langue peine à être bien enseignée sous nos cieux.

Pour la symbolique, il y a lieu de signaler que le voyage italien du Premier ministre Abdelmalek Sellal, hier,

est le premier depuis le remaniement de son équipe exécutive. Pour la pratique, l’Algérie et l’Italie ont, à l’occasion du déplacement du Premier ministre dans ce pays, signé dix accords de coopération, mémorandums d’entente, programmes exécutifs et conventions signés, côté algérien, par le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de Ligue arabe, Abdelkader Messahel, et l’ambassadeur d’Algérie en Italie, Rachid Marif.


Ces accords signés dans le cadre de la 3e réunion de haut niveau algéro-italienne viennent s’ajouter aux nombreux documents d’entente signés et paraphés par Alger et Rome depuis 2003, année de la signature d’un traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération. Ils rappellent, cependant, que de nombreux dossiers importants, voire stratégiques restent en attente d’être lancés ou d’être bouclés dans l’objectif d’un « partenariat gagnant-gagnant », a indiqué hier M. Sellal. Parmi eux, le volet énergétique et la relance du projet Galsi, un gazoduc devant acheminer 8 milliards de m3 de l’Algérie vers l’Italie.
Sur ce point, M. Sellal a déclaré que cela se fera « dans le cadre de la nouvelle vision de la sécurisation de l’Europe et de l’Italie par une autre source d’approvisionnement en énergie à partir de l’Algérie ». Il a, donc tenu un discours laissant croire que ce projet va être relancé en dépit de toutes les difficultés qui avaient été signalées auparavant à son sujet. En janvier dernier, l’ex-PDG de Sonatrach, Saïd Sahnoun, avait, en effet, déclaré à l’APS, que « la finale de l’investissement (pour le projet Galsi) a été reportée jusqu’à avril prochain. Les partenaires du projet sont en train d’étudier la possibilité de construire ce gazoduc transcontinental ». Il avait précisé que Sonatrach « va rester sur une démarche dont elle ne se départira pas et qui consiste à dire que le Galsi a été conçu et sera réalisé pour faire transiter du gaz algérien vers la Sardaigne et l’Italie et le reste de l’Europe », au lieu de toute autre alternative limitant l’itinéraire du gazoduc.

Galsi et le projet d’interconnexion électrique
Pour comprendre cette précision, il faut rappeler que les autorités régionales de la Sardaigne se sont jusqu’ici opposées au projet pour des raisons écologiques, mais il faut rappeler aussi qu’en 2012, la compagnie nationale des hydrocarbures avait évoqué un obstacle commercial lié au prix du gaz devant être acheminé via ce gazoduc, qui avait empêché la construction de cette canalisation. Dans ce projet, les partenaires de Sonatrach voulaient, en effet, imposer une formule de prix indexé au marché spot, alors que l’Algérie revendiquait un prix à long terme, seul garant de la sécurité de l’approvisionnement. Un mois après, en février, le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Paolo Gentiloni, avait affirmé que son pays demeurait intéressé par le projet. « Nous sommes intéressés par le projet Galsi (dont la part algérienne se situe à 41, 6%) et nous soutenons l’idée d’une diversification des sources en matière d’énergie », avait-il indiqué.
En guise d’argument avancé par M. Sellal à Rome, « il s’agit, rapporte l’APS, d’accroître l’approvisionnement de l’Italie et de l’Europe à partir d’une source sûre et fiable et monter un nouveau projet pour proposer de l’énergie électrique à l’Europe à partir du gaz algérien ». Fait nouveau, M. Sellal a précisé en outre que ce projet sera concrétisé par un partenariat consistant à produire de l’énergie électrique, la transporter par mer puis la commercialiser à toute l’Europe en partenariat avec les Italiens.

« Tout favorise » l’Algérie et l’Italie « à avoir une relation mutuellement avantageuse ».
« Aujourd’hui, on peut affirmer que tout favorise nos deux pays à avoir une relation mutuellement avantageuse, confortée par la proximité géographique, l’ancrage méditerranéen et le destin commun », a ajouté M. Sellal.
Dans le domaine de la circulation des personnes, où des évolutions « positives » ont été enregistrées avec d’autres pays européens, M. Sellal a réitéré le souhait que les discussions engagées entre les deux pays « puissent aboutir rapidement à un accord qui sied aux relations entre les deux peuples qui s’apprécient et se respectent mutuellement ». L’Algérie, a-t-il poursuivi, continue à prendre « toutes les mesures pour lutter efficacement contre l’émigration clandestine, et ce, dans le respect des valeurs humaines ». M. Sellal a exprimé, par ailleurs, son « entière satisfaction » quant à la coopération développée entre les deux pays en matière de lutte contre le terrorisme. Le Premier ministre s’est rendu dans l’après-midi d’hier à Milan pour visiter notamment le pavillon algérien de l’Exposition universelle de Milan 2015, l’Algérie étant l’un des 147 pays participants à cette manifestation internationale, inaugurée le 1er mai.

Lu 1303 fois Dernière modification le jeudi, 28 mai 2015 11:19

Laissez un commentaire