Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : samedi, 06 décembre 2014

Il y a une année, Nelson Mandela nous quittait après une longue maladie, à l’âge de 95 ans. Madiba, comme on le surnommait, disparaissait après un parcours politique et personnel exceptionnel, marqué par une lutte sans relâche contre l’apartheid dans son pays, l’Afrique du Sud, et contre toutes les formes de domination et d’asservissement dans le monde. Que reste-t-il de l’héritage de cet homme exceptionnel qui aura marqué son époque et la nôtre ? S’il est encore trop tôt d’en faire le bilan, notamment pour les Sud-Africains aujourd’hui libérés des affres de la ségrégation raciale, mais encore confrontés à des inégalités sociales et économiques importantes, il est indéniable que Madiba restera pour eux et pour la planète entière comme l’incarnation des plus hautes valeurs humaines. De ce fait, les célébrations du premier anniversaire de celui qui a été le premier président de l’Afrique du Sud postapartheid s’annoncent très fortes en émotion et en symboles. Hier, dès l’aube, l’hommage national a commencé par des prières et des incantations sur une colline de Pretoria dédiée aux combattants de la liberté et de la lutte anti-apartheid. Graça Machel, troisième épouse et veuve de l’ancien combattant, a déclaré avoir « le privilège singulier d’être l’épaule sur laquelle Mandela a pu s’appuyer au crépuscule de sa vie, et je serai éternellement reconnaissante qu’il m’ait choisie pour être celle-là », a-t-elle ajouté. L’Afrique du Sud a été régie par un régime fondé sur la ségrégation raciale pendant près de 50 ans, un pays où une minorité blanche exploitait la majorité noire. Un demi-siècle de ségrégation raciale institutionnalisée qui ne fut abolie qu’au prix d’un long et âpre combat au cours duquel Mandela a été condamné à la prison à vie à Robben Island lors du procès de Rivonia en 1964. En février 1990, le grand homme était libéré après 27 ans de prison. En 1994, se sont tenues les premières élections multiraciales qui entérinent la fin de l’apartheid, remportées par le Congrès national africain (ANC). Nelson Mandela est élu premier président noir de son pays, baptisant ainsi une nouvelle page dans l’histoire de l’Afrique du Sud. Le Président et ancien compagnon de lutte de Mandela, Jacob Zuma, était hier absent des commémorations en raison d’une visite d’Etat et d’un forum d’hommes d’affaires sino-sud-africains. La cérémonie du souvenir a été célébrée à la place Freedom Park de Pretoria, dans un lieu de mémoire récent bâti avec des pierres arrachées de différents lieux d’Afrique du Sud où sont tombés des martyrs de la liberté.

Publié dans Der

Une attention particulière est accordée à la pêche artisanale dans le projet d’appui à la formulation de la stratégie nationale de développement de la pêche et de l’aquaculture, initié l’an dernier avec la collaboration du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Un projet dont les premiers résultats ont été présentés jeudi dernier, à Djenan El Mithak, par le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi, et les représentants du PNUD et de la FAO. Fruit d’une concertation entre les experts nationaux et internationaux, ce projet a abouti, notamment, à une charte nationale pour une pêche et une aquaculture responsable et à l’élaboration du programme « Aquapêche bleu 2020 ». Un programme dont l’objectif est de doubler la production, soit 200 000 tonnes, avec un chiffre d’affaires de 110 milliards de dinars, contre 45 milliards de dinars actuellement, et fournir 30 000 nouveaux postes d’emploi. « Les résultats des enquêtes réalisées au cours de ces dernières semaines nous confortent dans notre objectif d’accorder une intention particulière à la pêche artisanale tant cette activité joue un rôle important dans l’amélioration des moyens d’existence et de la sécurité alimentaire de milliers de ménagers vivant dans les régions enclavées », confie le ministre dans son allocution, en saluant, dans ce sens, l’organisation en mai 2015 en Algérie de la Conférence des pays de la Méditerranée et de la mer Noire pour consolider un programme d’accompagnement à l’échelle régionale autour de la pêche artisanale. Il ajoutera que le chemin pour l’avenir de l’économie de la pêche et de l’aquaculture en Algérie s’inscrit résolument dans le modèle de croissance bleue, en harmonie avec les principes de la pêche responsable et de l’aquaculture durable. C’est dans ce cadre que la charte a été initiée et signée au cours de cette rencontre par la Chambre nationale de la pêche et de l’aquaculture et le ministère.

Publié dans Der

Des syndicats enseignants et des associations de parents d’élèves ont reproché à la ministre de l’Education nationale, Mme Nouria Benghebrit, de s’être précipitée en décidant de supprimer la formule des deux sujets au choix pour certaines matières du baccalauréat. Pour eux, c’est une façon de pénaliser les candidats à cet examen de passage vers l’enseignement supérieur et constitue un obstacle qui ne devrait pas avoir lieu. Ces syndicats, accompagnés d’associations de parents d’élèves, estiment que la mesure est porteuse de menace et peut conduire les élèves de terminale à se rebiffer. Ils estiment que la formule des sujets au choix devrait être maintenue pour des disciplines comme l’histoire, la géographie et la philosophie et qu’elle devrait être supprimée pour les matières essentielles selon les filières. Les syndicats accusent la ministre de prendre les élèves pour un laboratoire d’essai et la mettent en garde contre des décisions qu’ils jugent intempestives. Larbi Nouar du Cnapest va jusqu’à se demander si la ministre n’a pas les idées confuses et appelle à ce que le principe du choix des thèmes soit maintenu pour aider les candidats à mieux passer l’épreuve capitale avant l’université. Meziane Meriane du Snapest craint des débordements. Il déclare : « On ne peut aller se coucher avec une décision et se réveiller avec une autre. Proposer deux sujets et deux thèmes aux candidats ne nuira en rien à la crédibilité et à la valeur du baccalauréat. » De son côté, le président de l’Union nationale des associations de parents d’élèves, Ahmed Khaled, a assuré que son association n’a pas reçu de document sur la décision de la ministre et le ministère ne l’a pas informé de ladite décision. Il ajoute que « même si la décision n’est pas en vigueur cette année, elle restera incertaine en termes de conséquences et devrait être soumise à débat ».

Publié dans Der

Plusieurs sections de wilaya du Comité national pour la défense des droits des chômeurs (CNDDC) ont décidé d’aller vers un congrès du renouveau et de la reconstruction des rangs, annonçant par la même occasion la création d’une autre structure qui représenterait tous les sans-emplois. « Le CNDDC invite l’ensemble de ses militants et activistes à travers tous les bureaux de wilaya à l’organisation d’un congrès du renouveau et de la reconstruction. L’occasion pour annoncer la naissance d’une nouvelle structure qui représentera l’ensemble des chômeurs en Algérie et assumera la lourde responsabilité de ce dossier lourd », indiquent les comités de wilaya signataires dans une déclaration rendue publique hier. Aucune date n’a pourtant été donnée pour la tenue de ce congrès. Parmi les 21 wilayas, figurent Ouargla, Béchar, Tindouf, Tébessa, El Bayadh, Djelfa, Annaba, Béjaïa, Alger, Sétif, Biskra, Médéa et M’sila. Cette décision d’aller vers un congrès du renouveau intervient après une longue période de doute où le CNDDC n’arrivait plus à mobiliser comme avant et se veut une occasion pour « réorganiser et unir les rangs » des chômeurs. La nouvelle structure aura pour objectif « des mesures urgentes pour booster le processus de recrutement » et « tracer une vision pour les grandes lignes d’une stratégie nationale de lutte contre le chômage », en plus d’une « définition commune de la problématique à travers un diagnostic minutieux du marché de l’emploi », « au lieu et place des politiques de replâtrage et de fuite en avant prônées par le gouvernement en réponse aux revendications des jeunes ». Pourtant, le CNDDC demeure, rappellent les signataires de la déclaration, « fidèle » à son combat pacifique pour arracher les droits des chômeurs, « dont un emploi, une vie digne et une justice sociale ».

Publié dans Der

Telle une traînée de poudre, la nouvelle a vite fait le tour de la ville et surtout le buzz sur la Toile. Trois individus âgés de 22 à 26 ans ont été arrêtés par les forces de police jeudi soir, vers 23h, accusés d’être les auteurs des jets de pierres contre les bus de l’Entreprise de transport urbain de Ghardaïa (ETUG), jets qui ont, par ailleurs, fait plusieurs blessés parmi les voyageurs. Rappelons que ces agressions répétées ont provoqué l’émoi parmi les voyageurs de ces navettes qui transitent par le tronçon de Châabet Telli, devenu, par sa configuration escarpée et pleine de ruelles et de petites venelles, un véritable théâtre de violences pour les habitants, en particulier pour les enseignants et enseignantes des quatre structures scolaires implantées sur les lieux, à savoir le lycée Aflah, le CEM Ramdane-Brahim et les deux écoles primaires Hamou-Baba-Moussa et Fekhar-Hamou. Pour accéder à leur lieu de travail ou pour rentrer chez eux, ces derniers n’ont pour seul possibilité de transport que le bus de l’ETUG. « S’il se confirme que ce sont eux qui ont caillassé des bus et blessé des gens, alors la justice doit être prononcée dans toute sa rigueur. C’est le seul moyen de dissuader d’autres apprentis agresseurs », affirme Brahim, habitant de la cité El Korti et père de deux élèves qui sont constamment perturbés dans leur scolarité par l’absence de leurs enseignants.

Publié dans Der

La tutelle ne veut pas se précipiter et fera tout pour que cette nouvelle politique sportive aille en adéquation avec le développement de la pratique sportive en Algérie. Le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, a indiqué récemment, lors d’une tournée à Tlemcen, que son département s’attelle actuellement à l’élaboration d’un programme sectoriel qui obéit à une politique nationale liée à la carte sportive nationale. M. Tahmi, en visite d’inspection et de travail dans cette wilaya, a précisé que ce programme prend en considération les défaillances du plan quinquennal actuel et les spécificités de chaque région pour une meilleure exploitation des infrastructures, observant que la réalisation de nouvelles infrastructures « est une bonne chose, mais leur équipement et encadrement est encore mieux ». A propos de la situation du secteur dans la wilaya de Tlemcen, le ministre a indiqué que 91% des projets programmés ont été lancés et seront réceptionnés ultérieurement pour renforcer le secteur et améliorer la pratique sportive en milieu de jeunes. M. Tahmi a exprimé sa satisfaction quant aux réalisations concrétisées dans cette wilaya, avant d’ajouter que la wilaya n’a enregistré que peu de projets en suspens qui seront entamés avant la fin de l’année en cours. Le ministre a inspecté la piscine semi-olympique de la ville de Maghnia, entré en service dernièrement, avant de visiter une autre infrastructure similaire à Nedroma pouvant atténuer la tension relevée sur la piscine olympique Ghazi-Cheikh de Tlemcen qui compte actuellement plus de 1000 nageurs adhérents à différents clubs et écoles relevant de la ligue de wilaya. Il s’est aussi enquis du projet de réalisation de la salle omnisports de la ville de Hennaya, dotée d’une capacité de 500 places, qui sera livrée en mars prochain. Le taux d’avancement des travaux de cette infrastructure est de 65% pour une autorisation programme (AP) de 120 millions DA. Visitant le chantier de réalisation d’un stade de football de 1500 places dans la daïra de Mansourah, M. Tahmi a souligné que ce genre d’infrastructures ne peuvent pas accueillir de grandes compétitions, insistant sur l’extension des gradins à plus de 5000 places et la construction de stades avec de grands gradins équipés d’éclairage pour permettre aux jeunes de les exploiter à tout moment. Le ministre a également inauguré une salle de gymnastique à proximité du stade d’athlétisme au plateau Lalla-Setti, sur les hauteurs de la ville de Tlemcen, et a suivi à l’occasion des exhibitions exécutées par des gymnastes benjamins. Devant des représentants de clubs et d’associations sportives, M. Tahmi a recommandé de s’intéresser aux benjamins et au sport de base pour améliorer la pratique sportive et la promouvoir, affirmant que le ministère prendra en charge ces initiatives et les soutiendra financièrement et sur le plan de l’encadrement.

Publié dans Sports

Gourcuff tout comme Raouraoua estiment que les chances des Verts restent intactes. Après l’onde de choc des résultats du tirage au sort de la CAN-2015 de la Guinée équatoriale et le groupe de l’Algérie, qualifié par les observateurs de groupe de la mort, le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, et le sélectionneur national, Christian Gourcuff, tentent de l’atténuer en rassurant que le résultat n‘est pas aussi mauvais qu’on ne le pense. « L’EN fait partie d’un groupe difficile et très dense », a avoué le coach des Verts juste après avoir pris connaissance de ce groupe, qui, faut-il le rappeler, est constitué en plus de l’Algérie, des équipes de l’Afrique du Sud, du Ghana et du Sénégal. « Je pense qu’il n’y avait pas de groupe plus relevé, c’est effectivement un tirage difficile avec un groupe très dense et homogène, où toutes les équipes ont leur chance. On savait que si on veut faire quelque chose, il faudra éliminer de bonnes équipes », a-t-il déclaré au site officiel de la FAF. Pour ce qui est des adversaires de l’EN, Gourcuff pense que l’Afrique du Sud, par exemple, est une valeur sûre du football africain. « Le Ghana, a-t-il poursuivi, n’a pas réussi sa Coupe du monde, mais reste une équipe solide qui recèle de bons éléments. Le Ghana est l’un des favoris de la compétition.» « Le Sénégal, quant à lui, a retrouvé une équipe compétitive ces dernières années, et revient au-devant de la scène continentale. Pour moi, aucune équipe n’est favorite dans ce groupe, car tous les matches sont difficiles », a-t-il conclu. Pour le patron de la FAF, Raouraoua, il considère, en effet, que la mission ne sera pas de tout repos, face à des adversaires redoutables, mais que tout reste possible et que chacune de ces équipes aura ses atouts à faire valoir. Pour ce qui est des chances de l’EN dans ce groupe, il dira, dans une déclaration à une chaîne spécialisée, El Heddaf TV en l’occurrence, que les Verts sont habitués à jouer n’importe quelle équipe et dans toutes circonstances et lieu et auront donc leur mot à dire.

Publié dans Sports

L’international algérien du FC Valence, Sofiane Feghouli, a estimé que les Verts vont livrer trois finales lors du premier tour de la CAN-2015 en affrontant de grosses cylindrées, à l’issue du tirage au sort effectué mercredi soir à Malabo (Guinée équatoriale). « Le groupe C est très relevé avec la présence de deux équipes qui ont participé à la dernière Coupe du monde au Brésil (Algérie et Ghana, ndlr). L’Afrique du Sud, avait fait bonne figure et surpris plus d’un lors du Mondial-2010, sans oublier le Sénégal qui est une grande nation de football », a déclaré Feghouli au micro de cafonline.com juste après le tirage au sort de la 30e édition de la CAN. L’Algérie évoluera dans le groupe C avec le Ghana, l’Afrique du Sud et le Sénégal. « Je pense qu’il faudra bien étudier le jeu de nos trois adversaires. On aura trois finales à jouer et on essayera de bien se préparer pour ces matches. Le premier match est très important et on fera tout notre possible pour réussir notre entrée lors de cette CAN », a-t-il poursuivi. D’autre part, la star du FC Valence et leader de la jeune équipe algérienne a regretté le fait que les Verts ne puissent pas avoir à leur côté les supporters lors de la CAN-2015 en Guinée équatoriale, même si des voyages organisés sont prévus.n

Publié dans Sports

L’ancien joueur et entraîneur de la sélection algérienne de football, Rabah Madjer, a prédit que le futur champion d’Afrique sera l’une des équipes du groupe C composé de l’Algérie, du Ghana, de l’Afrique du Sud et du Sénégal, qualifiant cette poule de « très serrée ». « Je vois l’une des équipes qui composent le groupe C monter sur le toit de l’Afrique lors de la prochaine CAN, vu la valeur de chacune des quatre formations concernées », a déclaré Madjer mercredi soir à El Heddaf TV. Le tirage au sort de la CAN-2015, prévue en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février), déroulé mercredi à Malabo, a donné lieu à un groupe C très relevé. Madjer a estimé que l’occasion sera propice pour jauger objectivement les véritables capacités des Verts, après avoir passé avec brio la phase des éliminatoires face à des formations relativement moyennes. « Si l’on excepte le Mali, les deux autres équipes que notre sélection avait affrontées lors des éliminatoires (l’Ethiopie et le Malawi, ndlr) n’avaient rien d’un foudre de guerre », a-t-il estimé. Il a poursuivi qu’une « très bonne préparation » pour le rendez-vous s’impose, conseillant d’effectuer le stage d’avant-CAN dans un pays limitrophe de la Guinée équatoriale, pour « s’acclimater avec les conditions prévalant dans les lieux de la compétition ».

Publié dans Sports

L’équipe algérienne de football a les moyens de réussir une bonne Coupe d’Afrique des nations (CAN-2015) en Guinée équatoriale du 17 janvier au 8 février, a estimé l’ex sélectionneur des Verts, Mahieddine Khalef, jeudi. Commentant le tirage au sort de la phase finale de la CAN-2015, effectué mercredi à Malabo, Khalef a qualifié de « groupe de la mort », la poule C composée du onze algérien, du Ghana, du Sénégal et de l’Afrique du Sud. « A ce stade de la compétition, il ne faut pas s’attendre à tomber sur des petites équipes. Quand les conditions et les moyens sont réunis, il faut jouer », a-t-il estimé en marge du colloque international « Entre Algérie et France, migrations, football et médias », organisé au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d’Oran. Sur les chances des Verts d’aller le plus loin possible dans cette phase finale, il a affirmé que « l’EN actuelle est une équipe professionnelle, au sens propre du mot. C’est une équipe qui s’est bien préparée et qui a tous les moyens pour réussir. Elle l’a prouvé ces dernières années. Elle s’est classée meilleure équipe africaine et 18e au plan mondial ». L’ancien sélectionneur de l’Equipe nationale a ajouté que le Onze national renferme beaucoup de bons joueurs, soulignant toutefois que «dans le match, le plan tactique joue un rôle important ». Parlant des adversaires des Verts dans le groupe C, Khalef a estimé que ce sont des équipes coriaces. « Le Ghana est connu, l’équipe du Sénégal est composée de bons joueurs professionnels et l’Afrique du Sud est à prendre au sérieux », a-t-il soutenu, faisant remarquer que 12 joueurs formant l’ossature de l’équipe d’Algérie évoluent dans de grandes clubs européens.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6