Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mercredi, 24 décembre 2014

L’Accord d’association avec l’Union européenne (UE), signé en 2005, a fait perdre à l’Algérie 8 milliards de dollars, à en croire des sources douanières citées par l’APS. Cette somme qui atteint, en dinars, les 658,7 milliards représente, en fait, le manque à gagner des recettes douanières enregistré entre l’année de l’entrée en vigueur de cet accord et l’année 2013.

Dans le détail, la source douanière précise que le démantèlement tarifaire prévu dans l’accord d’association avec l’Union européenne a été à l’origine d’un manque à gagner de 7,7 milliards de dinars dès l’année 2005. En 2006, il a atteint les 31 milliards de dinars avant d’augmenter, en 2007, à 38,8 milliards de dinars. Un chiffre qui sera doublé l’année suivante pour atteindre les 75 milliards de dinars. En 2009, la moins-value fiscale était de 85,3 milliards de dinars et, en 2010, de 76,6 milliards de dinars. La baisse enregistrée en 2010 s’explique par une décision unilatérale de l’Algérie de geler le démantèlement tarifaire afin de protéger certaines filières productives. Le manque à gagner n’a pas été freiné pour autant puisqu’il augmentera à 104 milliards de dinars en 2011 et à 110,1 milliards de dinars en 2012 avant de faire un bond, en 2013, avec 130,1 milliards de dinars.  Selon la même source douanière, l’accord d’association a profité beaucoup plus à la partie européenne qu’à la partie algérienne. Sur un autre plan, l’accord de la Grande zone Arabe de libre-échange (GZALE), signé en 2009, n’a pas été non plus bénéfique à l’Algérie qui a enregistré 65,5 milliards de dinars de manque à gagner à cause de cet accord entre les années 2009 et 2013. « Avec ces deux espaces commerciaux (UE et GZALE), nous avons perdu plus de 724,2 milliards de dinars, soit plus de 9 milliards de dollars », indique la même source. Ces chiffres ont été rendus publics un mois après les déclarations faites par le ministre du Commerce, Amara Benyounes selon lequel l’accord d’association avec l’Union européenne « n’a pas eu l’effet escompté ». Le ministre, qui répondait aux questions de la revue du parlement européen, The Parliament Magazine, a précisé que l’Algérie s’attendait à ce que cet accord lui permette de « promouvoir les exportations hors hydrocarbures et d’attirer les investissements directs étrangers (IDE) ». Deux objectifs que l’Algérie n’a pas atteints. Pour M. Benyounes, trois faits majeurs ont marqué les échanges commerciaux algériens avec l’Union européenne. Il s’agit, selon lui, d’un « déséquilibre structurel » de la balance commerciale hors-hydrocarbures en faveur de l’Union européenne avec un attrait « timide » des IDE européens, notamment ceux orientés vers l’exportation dans les branches industrielles et filières agroalimentaires. Il a également constaté que l’UE consolidait, grâce à l’accord d’association, sa part du marché dans les importations algériennes, soit 52% en moyenne annuelle, et ce, malgré la concurrence ardue des produits du reste du monde. En 2013, l’Algérie a importé pour 28,5 milliards de dollars de produits à partir de l’Union européenne et exporté pour 42,7 milliards de dollars. Pour les hors-hydrocarbures, le montant est passé de 552 millions de dollars en 2005 à 1,5 milliard de dollars en 2013. Il s’agissait essentiellement de produits dérivés des mines et de l’énergie. En parlant de déficit, il y a lieu de rappeler que le ministre des Relations avec le Parlement, Khelil Mahi a déclaré, il y a quelques jours, que 5000 milliards de dinars manquaient aux caisses du Trésor public.

Publié dans Actualite archives

Suicidaire, telle est l’attitude de l’Arabie saoudite, dans sa logique peu orthodoxe, en matière du prix de pétrole. Dans une déclaration fantaisiste, Ali al-Nouaïmi, ministre saoudien du Pétrole, a affirmé que l’OPEP ne va pas réduire sa production même si les prix du brut tombent à 20 dollars le baril, jugeant qu’il n’est pas dans l’intérêt des producteurs de l’OPEP de réduire leur production, quel que soit le prix (...). « Que ça descende à 20, 40, 50 ou 60 dollars, il n’est pas pertinent de réduire l’offre », dit-il. Nouaimi semble avoir des comptes à solder avec certains pays. Il souligne : « Est-il raisonnable que des producteurs à haut rendement réduisent leur production, alors que ceux à faible rentabilité continue à produire. Nous assurons moins de 40% de la production mondiale. Nous sommes le producteur le plus efficace. C’est incroyable après cette analyse que nous réduisions l’offre. Si je réduis, qu’adviendra-t-il de ma part de marché ? Les prix vont remonter, mais les Russes, les Brésiliens et les producteurs américains de pétrole de schiste vont prendre ma part. » Tout est dit. Le ministre saoudien parle de ceux qui tirent les marrons du feu, mais également d’un pétrole meilleur marché au profit de ceux qui font la croissance. Et il le fait savoir : Nouaïmi estime que le monde ne pourrait plus avoir un baril de pétrole à 100 dollars. Le pétrole bon marché est de retour dans une conjoncture difficile et complexe ? Mais qu’adviendrait-il des investissements futurs dans l’industrie pétrolière et gazière, puisque à moins de cent dollars le baril, il y aura moins de projets rentables dans cette industrie. L’Arabie saoudite avait l’habitude d’intervenir pour équilibrer l’offre et la demande sur le marché pétrolier, car c’est le seul pays disposant d’une importante capacité de production additionnelle, selon le Fonds monétaire international (FMI). Nouaïmi a rejeté comme une logique tordue le fait de s’attendre à ce que son pays, qui pompe 9,6 millions de barils par jour (mbj), réduise ses extractions et perde des parts de marché au profit d’autres grands producteurs hors OPEP. Les cours de l’or noir ont perdu environ 50% de leur valeur depuis la mi-juin, grevés par l’abondance de l’offre, le renforcement du dollar et la faiblesse de la demande dans un contexte de ralentissement de l’économie mondiale. Le prix du baril est ainsi tombé à moins de 60 dollars, contre 115 en juin, une dégringolade qui s’est accentuée après la décision prise fin novembre par l’OPEP - qui pompe le tiers du pétrole mondial - de maintenir inchangé son plafond de production et de laisser les prix se stabiliser d’eux-mêmes. Les prix montaient hier légèrement en cours d’échanges européens, aidés par une baisse de l’offre en Libye et une hausse attendue du PIB américain. Le baril de brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 60,86 dollars sur l’Intercontinental exchange (ICE) de Londres, en hausse de 75 cents par rapport à la clôture de lundi denier. Ces cours erratiques, l’Arabie s’en accommode en fait. Car, s’ils perdent sur le prix, les Saoudiens gagnent sur les volumes qu’ils exportent.

Publié dans Der

Le Port d’Alger consolide sa place de premier port du pays au cours du troisième trimestre de l’année en cours. Le chiffre d’affaires de l’Entreprise portuaire d’Alger (Epal) s’est établi en hausse de 8%, à 2,045 milliards de dinars au 3e trimestre 2014, contre 1,888 milliard de dinars pour la même période en 2013, indique le président-directeur général de l’entreprise, Abdelaziz Guerrah, cité par l’APS. Selon M. Guerrah, les objectifs tracés pour 2014 ont été atteints à 98%, et dans l’ensemble, une évolution est observée pour le trafic de marchandises au cours du 3e trimestre 2014, par rapport à la même période en 2013, excepté le mouvement des navires, qui a connu une légère baisse. Le trafic de marchandises au port d’Alger a totalisé un volume de 2 831 788 tonnes durant le 3e trimestre 2014, alors que 565 navires, dont 539 opérants, ont touché le port d’Alger au cours du 3e trimestre 2014 sur des prévisions de 550 navires, soit un taux d’atteinte des objectifs de 98%. Par ailleurs, une légère baisse (-1,10%) a été relevée par rapport aux réalisations du 3e trimestre 2013 avec l’entrée au port d’Alger de 570 navires, dont 545 opérants. Le tonnage de la jauge brute des navires opérants en entrée, prévu pour cette période à 5 800 000 tonneaux, a été réalisé à 101%, précise a-t-on de même source. Ce tonnage est passé de 5 766 427 tonneaux au 3e trimestre 2013 à 5 856 037 tonneaux au 3e trimestre 2014, soit une hausse de 1,55%. Par ailleurs, l’objectif fixé pour le trafic global des marchandises à l’embarquement et au débarquement à 2 670 900 tonnes pour le 3e trimestre 2014, a été réalisé à 106%, selon le responsable de l’autorité portuaire d’Alger. Enfin, le trafic de passagers a enregistré une légère baisse durant la même période. Notons que vu l’état de saturation du port d’Alger et les embouteillages qu’il provoque, les pouvoirs publics ont lancé récemment des études de faisabilité pour le délocaliser vers une wilaya du centre. Il sera bâti dans les eaux profondes, et ce, pour pouvoir accueillir les grands navires.

Publié dans Der

La secousse tellurique de magnitude 4,9 sur l’échelle ouverte de Richter qui a été enregistrée hier mardi à 9H00 du matin dans la wilaya de Blida, a été suivie d’une réplique de magnitude de 4,7 à 9H59. A la suite de ce phénomène naturel, des dégâts jugés importants ont été enregistrés dans les communes de Hammam Melouane et Chebli, dans la wilaya de Blida. Selon le P/APC de Hammam Melouane, Brahim Aniche, cité par l’APS, plusieurs habitations ont été « fortement endommagées, dont certaines se sont partiellement effondrées », lors du tremblement de terre qui a secoué la commune. Le même responsable a annoncé, en outre, la fermeture « provisoire » d’un tronçon routier reliant le chef-lieu de la commune au quartier El Makrounate, en raison de l’effondrement d’une partie de la chaussée. M. Aniche a fait état également de « nombreux blessés », évacués vers les structures sanitaires proches de la région, tout en assurant que « toutes les dispositions ont été prises afin d’assister les familles sinistrées et sécuriser les zones endommagées par ce tremblement de terre ». Le P/APC de la commune de Chebli a fait part, de son côté, que de « nombreux cas de blessés », après ce tremblement de terre, ont tous été admis aux services des urgences des structures sanitaires de la région pour recevoir les soins nécessaires, parmi lesquels des personnes souffrant de fractures. Des équipes de la Protection civile ont été déployées sur le terrain afin d’explorer les habitations endommagées et apporter l’aide nécessaire aux familles sinistrées qui n’ont trouvé que la rue comme seul refuge. Il est à rappeler qu’un séisme de moindre intensité (3,4) avait secoué plus tôt dans la matinée la wilaya avant celle qui s’est produite à 9 heures du matin.

Publié dans Der

Le continent africain réalise la deuxième meilleure performance à l’échelle mondiale en termes de croissance du nombre des multimillionnaires, derrière le Moyen-Orient, avec une progression de 12,9%. C’est ce qu’avance une étude menée par le géant bancaire suisse UBS, en collaboration avec le cabinet singapourien Wealth X. En effet, l’Afrique a vu, en 2014, le nombre de ses multimillionnaires progresser rapidement, avec 3 005 personnes très fortunées qui possèdent 395 milliards de dollars. Le rapport montre également que les villes africaines abritant le plus grand nombre d’ultra-riches sont respectivement Lagos avec 520 individus fortunés, Johannesburg (450), Le Caire (445), Cape Town (150) et Nairobi (135). Concernant les pays où se trouve le plus grand nombre de personnes riches, l’Afrique du Sud occupe la première position, avec 835 multimillionnaires, suivie du Nigeria avec 645 individus, l’Egypte avec 595, du Kenya avec 170, la Tanzanie (120), l’Angola (115), la Tunisie (65), la Libye (65) et l’Ethiopie (60). Le rapport indique également que l’Asie, qui occupe le troisième rang, est un continent où « la progression a été moins exceptionnelle qu’on pouvait le penser », précise-t-on. Par ailleurs, l’étude montre que les Etats-Unis occupent le premier rang à l’échelle planétaire, suivis de l’Allemagne, du Japon, du Royaume-Uni, de la Chine, de l’Inde, de la Suisse et du Canada. Le rapport fait aussi ressortir une augmentation de 4,6% du nombre des ultra-riches en Amérique latine et aux Caraïbes. Selon une récente étude du Crédit Suisse sur la fortune mondiale, les ménages continuent à s’enrichir à travers le monde en dépit de la crise économique. Les rangs des millionnaires en dollars devraient considérablement s’étoffer par 18 millions de personnes à l’horizon 2019, soit une augmentation de 53% sur 5 ans qui porterait la population des très riches à 53 millions. L’étude prévoit qu’ «au total, la richesse mondiale devrait être de 369 000 millions de dollars.

Publié dans Der

L’affaire avait secoué toute la région d’Iferhounène, lorsqu’un groupe de parents d’élèves a décidé de porter plainte contre un instituteur d’une école primaire. L’accusation était trop grave pour la passer sous silence. Il s’agissait d’un acte de pédophilie dont étaient victimes ses propres élèves. Accusé d’attouchements corporels sur ces gamines, l’accusé vient d’être condamné à 10 ans de prison ferme par le tribunal de Tizi-Ouzou, assorti d’une amende de 800 000 DA. Après trois longues années de combat judiciaire, les familles des victimes, notamment les élèves, la justice a enfin rendu son verdict. L’affaire a éclaté en 2011. Cinq victimes ont décidé de sortir de leur silence pour dénoncer un pédophile qui agissait depuis plus de 24 ans dans la même école. Après un dépôt de plainte au tribunal d’Aïn El Hammam, qui a fini par classer l’affaire, la cour de Tizi-Ouzou a pris l’affaire en charge. « La condamnation est exécutoire », a assuré Mazi Amara, parent d’une victime, qui a raconté qu’en plus des familles des petites filles victimes du pédophile, cinq autres ont témoigné contre l’accusé. Grand soulagement chez ces familles et même chez « d’autres victimes qui souffrent depuis des années des effets de ce crime », assure un des parents. Pour Mazi Amara, un des parents des victimes, c’était grâce « au courage de ces familles, à maître Adjas et aux juges » que la justice est rendue aux victimes.

Publié dans Der

Le sélectionneur national, Omar Rebahi, estime que ce stage est destiné à aider les judokas à mieux figurer au championnat national et dans le même temps se préparer pour le long terme. Seize athlètes (huit garçons et autant de filles), composant la sélection algérienne « junior » de judo, sont entrés en regroupement au Centre olympique de Biskra pour un stage de préparation d’une semaine, a annoncé le sélectionneur national Omar Rebbahi. « En plus des athlètes qui étaient présentes au tournoi d’Aix-en-Provence, le 13 décembre dernier, notamment Hadjer Mesrem et Sarah Kerdjadj, nous avons promu deux cadettes, Rania Belhouaoui et Nesrine Habel. Franchement, je suis déjà très satisfait de leur rendement », a déclaré Rebbahi, entraîneur de la sélection féminine. Un stage de préparation destiné à « aider les athlètes juniors, appelés à participer au Championnat d’Algérie «senior», du 1er au 2 janvier à la Coupole du complexe olympique Mohamed Boudiaf (Alger) », a encore expliqué Rebbahi. Pour ce qui est des cadettes, fraîchement promues en juniors, le sélectionneur national a révélé que leur préparation porte sur le long terme, notamment les Jeux olympiques de 2020. « Les qualifications pour les JO de 2020 débuteront juste après la fin des Jeux de Rio, en 2016. Nous avons donc pris nos devants, en commençant à préparer ces jeunes athlètes dès maintenant, car d’ici là, ils seront en âge de représenter l’Algérie dans cette discipline ». Le stage de préparation actuellement en cours au centre olympique de Biskra (environ 400 km au sud-est d’Alger) a été organisé par le ministère des Sports au profit de plusieurs disciplines sportives, dont l’athlétisme, le cyclisme et le judo. « Ces stages sont une aubaine et adhèrent parfaitement à la politique du développement du sport. J’espère vivement que le ministère des Sports continuera à les organiser, car ils apportent beaucoup à nos athlètes », a encore confié le sélectionneur de judo. Rebbahi s’est dit « impressionné » par la qualité du centre olympique de Biskra, qu’il a qualifié de « joyau » et pas uniquement pour le judo, car disposant de tous les moyens pédagogiques pour satisfaire l’ensemble des disciplines sportives qui viennent s’y préparer. En plus d’Omar Rebbahi, l’encadrement du stage de Biskra est assuré par plusieurs techniciens, dont le sélectionneur de l’équipe cadette. « Badreddine Lazizi, Walid Baha et Meziane Dahmani sont à mes côtés et c’est une très bonne chose, car ils assurent une continuité dans le travail et, surtout, une bonne transition pour les cadettes qui viennent d’être promues en juniors », a conclu Rebbahi. Le stage actuellement en cours à Biskra prendra fin le 28 décembre. Certains athlètes n’auront pratiquement aucun répit, puisqu’ils devront rentrer directement à Alger, en prévision du championnat national, prévu du 1er au 2 janvier à la Coupole du complexe olympique Mohamed Boudiaf.

Publié dans Sports

Le premier responsable du secteur des sports assure que tous les moyens seront mis à la disposition des Verts pour réussir la CAN-2015 en Guinée équatoriale. Le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, indiqué hier que son département ne pouvait pas prévoir un déplacement des supporters pour suivre l’aventure des Verts à la CAN-2015 en Guinée équatoriale. « Ce n’est pas possible de déplacer les fans, car les conditions ne s’y prêtent pas », dira le premier responsable du secteur des sports lors de l’émission « L’invité de la rédaction » de la Chaîne III de la Radio nationale. Le ministre des Sports avouera qu’en cas de déplacement, il faudra prévoir un certain nombre de mesures qui ne peuvent pas être prises en raison de la difficulté de la tâche. M. Tahmi indiquera qu’il se pourrait qu’il y ait un plan B en cas de qualification de l’EN en finale du tournoi. « Nous avons reçu un rapport du Touring Club d’Algérie, qui nous a fait un schéma précis. Il en ressort qu’il n’est pas possible d’organiser le transport des supporters pour ce tournoi », dira le ministre, qui mettra fin donc au débat lancé par certains. Par ailleurs, et pour ce qui est des conditions de préparation de l’équipe nationale pour le rendez-vous continental, M. Tahmi avouera que tout est en mis en œuvre pour que la sélection puisse bénéficier de toutes les conditions pour être bien préparée pour cette compétition. Pour ce qui est de son pronostic, il ne l’émettra pas, se refusant d’afficher un optimisme béat et un objectif qui pourrait être démesuré, mais il reste que les Verts feront tout pour honorer les couleurs nationales lors de cette compétition. Abordant le sujet de la CAN-2017, pour laquelle l’Algérie a postulé, M. Tahmi avouera que toutes les conditions sont réunies pour accueillir le tournoi dans les meilleures conditions. « Les stades de Douéra, Baraki, 5-Juillet, Oran, Annaba seront tous prêts d’ici là », dira le ministre, qui avouera que le stade olympique sera modernisé avec de nouveaux équipements, tels qu’un ascenseur et d’autres commodités et qu’il sera prêt pour la finale de la Coupe d’Algérie 2016. Il parlera, par ailleurs, du phénomène de la violence, en indiquant que tout un arsenal est en place pour mettre fin à ce fléau, notamment le fichier des fauteurs de troubles, de même que la mise en service des caméras de surveillance dans les stades, en plus de la formation de stadiers. Il demandera aussi aux dirigeants des clubs de ne pas attiser cette violence par leurs déclarations. Pour l’affaire Ebossé, il appellera à laisser travailler la justice, même s’il évacue la dernière version de la famille du défunt, indiquant qu’il s’agit d’un homicide involontaire. Pour ce qui est de la participation de l’EN au Mondial de handball, le ministre avouera que son département a contourné la loi pour aider l’Equipe nationale à se préparer, car elle n’avait pas droit à une subvention, étant donné que la fédération n’a pas tenu son AG, souhaitant au passage que la sélection nationale puisse réussir un parcours honorable.

Publié dans Sports

La légende de la boxe Mohamed Ali, hospitalisé samedi pour soigner une légère pneumonie, va beaucoup mieux, a indiqué le porte-parole de l’ancien champion du monde des lourds. « L’état de santé de Mohamed Ali s’est nettement amélioré depuis son hospitalisation ce week-end en raison d’une légère pneumonie. Les médecins qui le soignent espèrent l’autoriser à regagner son domicile bientôt », a indiqué Bob Gunnell. Ali, 72 ans, a été hospitalisé samedi pour « une pneumonie traitée à un stade précoce ». A la demande de la famille Ali, aucune précision n’a été donnée sur le lieu de l’hospitalisation de l’ancienne terreur des rings. Ali souffre depuis une trentaine d’années de la maladie de Parkinson, dont la pneumonie peut être une dangereuse complication. L’ancien champion fait de moins en moins d’apparitions en public ces dernières années, à mesure de l’intensification des symptômes de Parkinson. Sa dernière apparition en public remonte à septembre pour la cérémonie de sa fondation, les Muhammad Ali Humanitarian Awards, à Louiseville dans le Kentucky, sa ville natale où il a gardé une résidence. Né Cassius Clay, champion olympique à Rome en 1960, il avait débuté sa carrière professionnelle la même année, devenant champion du monde WBA en 1964 en battant Sonny Liston par KO au 7e round. La même année, il avait rejeté ce qu’il qualifiait de «nom d’esclave» pour prendre celui de Mohamed Ali, en se convertissant à l’Islam. Maître mondial incontesté de la catégorie, celui qu’on surnommait « The greatest » (Le plus grand) avait choqué les Etats-Unis en 1967 en refusant de faire son service militaire et de partir faire la guerre du Vietnam, pour ses convictions religieuses. Il avait été emprisonné, déchu de ses titres et interdit de boxer pendant trois ans et demi, avant de redevenir champion du monde en 1967, réunifiant les titres WBA et WBC lors de sa victoire par KO (8e round) sur George Foreman lors du « combat dans la jungle » à Kinshasa, en République démocratique du Congo, l’ex-Zaïre.

Publié dans Sports

C’est sans surprise que Yacine Brahimi, l’attaquant du FC Porto, a été élu meilleur joueur algérien et Ballon d’or algérien El Heddaf et Le Buteur. Brahimi, auteur d’une saison exceptionnelle, que ce soit avec son club, le FC Porto, ou en sélection, a été sans conteste le footballeur algérien le plus en vue de l’année 2014, avec une participation en Coupe du monde au Brésil et une qualification historique au second tour à laquelle il a grandement contribué, sans oublier son parcours avec le FC Porto, où il s’est imposé en brillant de mille feux, aussi bien en championnat qu’en Ligue des champions européenne. C’est donc logiquement, dans une grandiose cérémonie organisée avant-hier soir par les deux publications Le Buteur et El Heddaf, marquée par la présence des deux stars planétaires, Franck Ribéry et Franco Baresi, que Brahim a succédé à Islam Slimani, en remportant cette 14e édition du Ballon d’or algérien. Elu meilleur joueur africain de l’année par la BBC, puis meilleur joueur arabe de l’année à l’issue du sondage organisé par El Heddaf auprès de pas moins de 121 organes de presse et médias arabes, l’attaquant de Porto vient ainsi de conclure l’année 2014 en beauté, en recevant ce trophée tant convoité des mains de deux grands champions, Franck Ribéry et Franco Baresi, les deux invités d’honneur de cette 14e édition. Brahimi est arrivé largement en tête avec 51,01% des votes, devançant le milieu de terrain du FC Valence, Sofiane Feghouli, avec 22,10%. Islam Slimani, le lauréat de la précédente édition, est arrivé en troisième position avec 15,17%, devant Abdelmoumen Djabou (5,97%) et Hilal Soudani (5,74%). Il est à rappeler que le lauréat du Ballon d’or algérien est désigné par les présidents de club de Ligue 1, les entraîneurs des équipes de Ligue 1, les capitaines d’équipes de Ligue 1, ainsi que l’ensemble des différents médias algériens. Par ailleurs, le meilleur gardien de but choisi parmi les cinq nominés a été le portier des Verts, Raïs M’bolhi, a été élu sans conteste meilleur gardien de l’année, pour la troisième fois de suite. Il a été désigné avec 47,43% des votes, loin devant Zemmamouche (19,35%), Khedaïria (17,56%), Doukha (11,23%) et Si Mohamed (4,42%). Le prix du Meilleur espoir de l’année est revenu à un grand espoir du football algérien qui brille avec l’Aigle noir. Il s’agit de l’attaquant de l’Entente de Sétif, Akram Djahnit, qui a été l’un des principaux artisans du trophée de la Ligue des champions africaine remporté par l’ESS. Il a totalisé 36,20%, mais c’était toutefois très serré avec l’Usmiste Zineddine Ferhat, qui est arrivé en seconde position avec 27,12%. Un hommage particulier a été rendu lors de la cérémonie d’hier au regretté Albert Ebossé, l’ex-attaquant de la JSK, décédé tragiquement sur le terrain du 1er-Novembre, à Tizi-Ouzou, à la fin de la rencontre qui a opposé la JSK à l’USMA, pour le compte de la deuxième journée du championnat de Ligue 1 Mobilis. L’autre grand moment de cette grande cérémonie, c’est l’hommage rendu à Nabil Hemani, qui est décédé récemment lors d’un tragique accident. Toute la salle s’est levée pour rendre hommage à l’ancien attaquant de l’OMR, de la JSK, de l’ESS, du CSC et du NAHD lorsque son épouse et ses quatre petites filles sont montées pour recevoir un trophée symbolique. C’était un grand moment d’émotion.

Publié dans Sports
Page 1 sur 5