Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 20 juin 2017 06:00

Théâtre régional de Batna : Pas moins de vingt pièces de théâtre au menu

Écrit par JUBA RACHID
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pas moins de vingt pièces de théâtre ont animé la scène du Théâtre régional de Batna depuis le début du mois de Ramadhan. Les participants sont venus des quatre coins du pays, Tizi Ouzou, Béjaïa, Sétif, Chlef, Alger, Djelfa… des associations, des coopératives, des théâtres régionaux, au bonheur des amateurs du quatrième art.

Ces journées sont devenues incontournables puisqu’elles ont leurs adeptes et néophytes, qui ne sont pas d’ailleurs uniquement des habitants de la ville de Batna, mais aussi des citoyens des villes et villages voisins. De la comédie, de la tragédie, du drame, mais surtout du comique dans ces différentes écoles et tendances. Les habitués disent faire le déplacement, souvent en famille, pour trouver de la bonne ambiance et se détacher des rudes et dures journées de ce mois de juin. Si certaines pièces de théâtre sont connues du large public, comme c’est le cas pour les comédiens qui sont passés déjà à Batna et qui jouissent d’une bonne et honorable réputation, ce n’est pas le cas pour les associations, coopératives ou jeunes comédiens qui font leur baptême du feu dans la capitale des Aurès. Le programme existe et ce depuis la première journée, ce qui donne le temps aux citoyens de choisir parmi les 23 prestations proposées. Le Théâtre régional de Batna est connu pour le talent de ses comédiens qui ont su à chaque fois ramener des prix et des trophées à la maison, et aucun prix ne manque à l’appel. Il donne aussi une chance aux jeunes talents, aussi bien de la wilaya de Batna que ceux des autres wilayas, moins nantis et souvent sans édifice (théâtre) de faire des prestations pendant ce mois. Mais aussi durant les journées du théâtre amazigh, où l’on a vu des comédiens dans des pièces en tamazight avec la volonté de surmonter ce handicap avec des prestations irréprochables. Pour la soirée d’hier, c’était au tour d’El Masrah el jadid de Boumerdès. Un monologue sous le titre aussi provocateur que controversé Calculartiste, texte d’Ali Tameur, interprété par Razik Achour. Dans un monde où tout se vend et s’achète, dans une famille rongée par le calcul et le désir du gain, un enfant demande à ses parent de lui acheter un artiste. Abasourdis, ils obéissent puisque ça se vend. Commence alors un dialogue entre un enfant et un artiste qui se vend au plus offrant. Ils refont le monde et passent à la moulinette les maux de la société et du monde moderne. L’injustice, le partiel, l’absence de raison et les calculs, au détriment de l’homme et de l’humanité. Si les comédiens se donnent et jouent en professionnel, reste quand même des imperfections, à l’exemple du retard que l’on observe, à l’ouverture des rideaux, des spectateurs qui gêne énormément le spectacle, mais aussi et surtout la présence des enfants qui ne tiennent pas en place. Cela dérange le public et les comédiens.

Laissez un commentaire