Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 20 juin 2017 07:30

Santé : Le ministère ne parle pas de pénurie mais admet une «tension» sur le médicament

Écrit par Farid Mellal
Évaluer cet élément
(0 Votes)

En réponse aux informations relayées dans les médias selon lesquelles plus d’une centaine de médicaments sont en rupture de stock, le ministère de la Santé a tenu à rassurer et à… justifier.

«Certes, la distribution de certains médicaments connaît une tension, mais il n’y a pas de rupture de stock des médicaments », a déclaré hier à Alger Hamou Haffad, directeur général de la pharmacie et des équipements de santé au ministère de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière.

«Nous avons tenu des réunions de travail, dont la dernière remonte à jeudi dernier avec les acteurs du médicament en Algérie : l’Union nationale des opérateurs de pharmacie (UNOP), le Syndicat national algérien des pharmaciens d’officines (SNAPO) et l’Association des distributeurs pharmaceutiques algériens (Adpha)», relate, au cours d’une conférence de presse, M. Hamou Haffad. «Nous avons répertorié une liste de 500 produits soumis à notre connaissance. Cette liste a subi une phase de vérification et ensuite une phase d’évaluation. Un total de 189 produits essentiels sont disponibles. Pour le reste, il ne s’agit que de produits médicamenteux non essentiels. Le ministère de la Santé veille et mise sur les alternatives thérapeutiques», a dit le responsable. Il a aussi expliqué que cette tension est due aux faibles quantités fabriquées par les producteurs locaux. Il a cité un autre exemple, celui de l’entreprise publique Saidal, dont le transfert en cours de son unité d’El Harrach vers Médéa a causé l’indisponibilité momentanée de cinq de ses produits.
A propos de la matière première à destination des producteurs locaux, le même responsable a répondu que les quantités de matières premières n’ont connu aucune diminution que ce soit pour les produits sous tension ou encore la matière première. Il a expliqué que «la procédure de conclusion de marchés dans le médicament nécessite du temps et de la négociation. Le médicament est un produit périssable », a-t-il rappelé tout en annonçant que «les programmes prévisionnels d’importation pour l’année 2018 peuvent être mis en branle à partir du mois d’octobre prochain».
Dans son plan d’action, le gouvernement Tebboune a promis de poursuivre ses efforts de développement du secteur de la santé, à travers l’amélioration de l’accès aux soins et des performances des services sanitaires, en vue d’assurer une meilleure prise en charge du citoyen. Premier concerné, le ministère de la Santé a décidé de communiquer afin de lever l’équivoque et surtout «ne pas verser dans la polémique» à propos de l’indisponibilité du médicament, a souligné M. Haffad. Ce dernier a promis de travailler en collaboration avec les opérateurs du secteur concernés par le marché du médicament et de suivre en permanence la disponibilité du médicament dans les officines. 

Dernière modification le mardi, 20 juin 2017 04:48

Laissez un commentaire