Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

lundi, 16 avril 2018 06:00

2017, une année à oublier : Pour 2018, le gouvernement change de cap pour faire face à la crise

Écrit par Farid Messaoud
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les prévisions au premier semestre (ou presque), établies par le gouvernement, montrent que l’année 2018 sera bonne et rythmée par la mise en œuvre de nombreux projets dans divers secteurs d’activités.


Elle le sera pour plusieurs rasions dont les principales sont : l’augmentation, par l’Etat, du volume des budgets, ainsi que la dynamique que connaissent l’économie et l’investissement depuis le deuxième semestre de 2017 et les premiers mois de l’année en cours, l’assainissement par l’Etat des dettes des entreprises économiques nationales, en consentant, une enveloppe financière de plus de 700 milliards de dinars, la levée du gel pour la réalisation de plus 1500 projets d’un coût global de 260 milliards de dinars, et qui concernent des secteurs comme l’éducation, la santé, l’enseignement supérieur et les ressources en eau.
S’y ajoutent quelque 5000 nouveaux projets d’investissements et parmi lesquels, on peut citer le complexe sidérurgique d’El Hadjar, qui connaît un plan de relance, ainsi qu’un partenariat avec un groupe émirati, et le projet de production du phosphate, dans la wilaya de Tébessa, avec l’association de quatre entreprises. Il s’agit là d’un projet de partenariat qui est sur le seuil du démarrage et coutera 6 milliards dollars, selon le Premier ministre, Ahmed Oyahia, qui s’exprimait, samedi dernier, au cours d’une conférence de presse qu’il a tenue à Alger. Cela fera évoluer progressivement la dynamique économique, en 2018, et, partant, donnera de la consistance à la croissance. Cette dernière a perdu de l’élan en 2017 sous l’effet de la crise. Aux dires de beaucoup, 2017 est vraiment une année à oublier pour les opérateurs économiques, qu’ils soient publics ou privés. En 2017, plusieurs projets étaient officiellement au régime sec. Après avoir recouru à l’outil quelque peu rude qu’est le financement non conventionnel, l’Exécutif a procédé au dégel de 1500 projets pour un montant global de plus de 260 milliards de dinars. Dans le secteur des ressources en eau, 94 projets ont été ainsi dégelés pour un coût de 88,5 milliards de dinars, à savoir 25 stations d’épuration d’eaux usées, diverses opérations de réalisation et réhabilitation de réseaux d’assainissement, ainsi que diverses opérations de protection des villes contre les inondations. Par ailleurs, l’année 2018 verra la modification du système des subventions. Le gouvernement y travaille. Il a déjà lancé deux chantiers, dont l’une au niveau du ministère des Finances, en coordination et en collaboration avec la Banque mondiale (BM) en vue de tirer profit des expériences des autres pays en matière de reconsidération de la politique de subvention. Quant au deuxième atelier lancé au niveau du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’aménagement du territoire, il concerne le recensement des catégories aisées et celles vulnérables qui ont réellement besoin de la subvention de l’Etat. L’Exécutif donne ainsi de l’assurance aux couches défavorisées dont le pouvoir d’achat s’est érodé ces dernières années. Il ne pouvait pas se défausser de sa responsabilité sociale vis-à-vis des citoyens. Le gouvernement a établi un calendrier pour la mise en œuvre de la nouvelle politique de subventions. Le nouveau mode de subventions pourrait être appliqué à partir du 2e semestre 2019, a indiqué le Premier ministre. Ce dernier a ainsi apporté un éclairage nécessaire après la polémique qui a entouré la question des subventions, il y a quelques mois. En difficulté financière, le gouvernement a de fait changé de cap afin de faire face à la crise. La formidable générosité de l’Etat, c’est fini.

Laissez un commentaire