Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière NAPEC 2019

lundi, 05 mars 2018 06:00

Développement des exportations : Le plaidoyer du Cread et des experts pour un plan stratégique

Écrit par Meriem Kaci
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La difficulté de l’économie algérienne provient du poids du facteur politique qui freine, notamment, les exportations. Tel est le constat fait, hier, par l’économiste et président de l’association Algérie Conseil Export (ACE), Smaïl Lalmas, à l’occasion d’un atelier de clôture d’un projet piloté par le Centre de recherches en économie appliquée pour le développement (Cread).


Ce projet porte sur la problématique de l’internationalisation des entreprises algériennes et les facteurs influençant la performance des PME exportatrices. «Pour le moment, le champ d’investigation est limité aux hypothèses, notre gouvernement a échoué à réaliser ses plans de développement malgré des investissements très élevés dans certaines filières», entend-on dire par les chercheurs du Cread. «C’est une économie centralement planifiée, une économie politisée, tributaire du politique», explique l’un des chercheurs.
Pour aller vers l’exportation, « il est nécessaire d’avoir un arsenal d’accompagnement juridique, diplomatique et politique», considère M. Lalmas. Il recommande la conclusion d’accords de libre-échange pour faciliter à nos produits la pénétration des marchés extérieurs. Il reproche aux autorités concernées l’orientation du discours officiel vers l’exportation à destination de l’Afrique, alors que des accords de libre-échange ont été conclus avec l’Union européenne (UE) et la Zale (Zone arabe de libre échange) et non avec des pays africains, dont la majorité est membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). «La diversification doit être méditée car on ne peut exceller dans tous les secteurs», prévient le président de l’ACE. «Il faut plutôt aller vers des secteurs de qualité, où nous disposons un potentiel, de la matière première et de la production», préconise-t-il comme voie à suivre, avant d’aller vers l’exportation. Pour ce faire, «il faut définir une stratégie nationale de développement de l’exportation, et ce, en diagnostiquant chaque secteur indépendamment de l’autre», conseil notre économiste. Avant d’estimer que «l’export est un modèle économique qui incite les auxiliaires et institutions à aller vers le développement de l’activité de l’exportation». Il s’agit, poursuit-il, d’un modèle capable «d’orienter les actions des institutions dans le même sens». Smaïl Lalmas considère, en outre, que les différents dispositifs créés pour, en principe, promouvoir l’activité export hors hydrocarbures n’apportent aucun soutien aux PME algériennes. Abondant dans le même sens, Mohamed Kadi, chercheur associé au Cread, fait remarquer que «la Compagnie algérienne d’assurance et de garantie des exportations (Cagex), l’Agence nationale de commerce extérieur (Algex) et le Fonds spécial pour la promotion de l’exportation (FSPE) n’ont aucun effet sur l’activité export des PME algériennes». Sur un million de PME existant dans le pays, «400 n’exportent que de manière épisodique, et moins de 100 sont exportatrices régulières», dénombre M. Lalmas, regrettant qu’aucun organisme ne propose son aide à celles qui exportent irrégulièrement.
Cette situation, ajoute M. Kadi, est aggravée par «l’absence d’une politique efficace de promotion des exportations». Pour cela, ajoute-t-il, «le profil d’un chef d’entreprise est un facteur déterminant dans la réalisation par l’entreprise de performances à l’exportation et pour sa pérennité». «Toute entreprise qui a déjà amorcé une démarche d’exportation sait qu’elle doit améliorer son savoir-faire, ses processus. Elle doit également innover et former son personnel», affirme encore le chercheur du Cread. Il explique, par ailleurs, que les PME exportatrices se concentrent dans le secteur de l’agriculture, suivi de l’agroalimentaire, la chimie, puis l’industrie du bois et, enfin, du secteur des mines et carrières.
Les PME enquêtées exportent vers l’UE, la Zale et l’UMA, fait encore savoir M. Kadi, expliquant cette situation par «la proximité géographique, culturelle et les accords commerciaux» conclus avec les institutions susmentionnées. Des PME employant entre 50 et 249 personnes exportent également vers l’Amérique latine. 

Laissez un commentaire

Monde

1979-2019 : Il y a quarante ans la révolution iranienne

Si l’événement est célébré en grande pom

Monde -
15-01-2019
Read more »
Retrait de Syrie et d’Afghanistan Pantalonnade de Trump

Le 19 décembre 2018, le président améric

Monde -
15-01-2019
Read more »
Affaire Khashoggi Nouvelle pression US sur l’Arabie saoudite

L’administration américaine va à nouveau

Monde -
14-01-2019
Read more »
Entre Doha et Riyad, rien de nouveau

Au Qatar, avant l’Arabie saoudite, le se

Monde -
14-01-2019
Read more »