Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 07 décembre 2017 06:00

Il décide de restituer les crânes des résistants algériens : Macron fait un pas, mais appelle à «avancer dans un travail de mémoire conjoint»

Écrit par Rabah Serradj
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Après avoir rencontré le président de la République Abdelaziz Bouteflika au milieu de la journée d’hier à Alger, avec lequel il a abordé les questions d’intérêt commun et la situation sécuritaire régionale, le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, s’est plié à l’exercice de la conférence de presse, lors de laquelle il a rendu compte de sa visite en Algérie dont il attendait beaucoup et surtout qu’il souhaite être le coup de départ d’une nouvelle relation pour l’avenir.


«Nous avons évoqué plusieurs sujets bilatéraux, notamment la volonté conjointe de renforcer les liens économiques ainsi que des sujets qui trouveront leur issue lors de la 4e session du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français (CIHN)», avait-il d’emblée affirmé, confirmant, dans la foulée, la décision de la France de restituer les crânes des résistants algériens, actuellement au Musée de l’Homme à Paris. «J’ai accédé à une demande plusieurs fois réitérée par les pouvoirs publics algériens quant à la restitution des crânes des résistants algériens et j’ai pris la décision de procéder justement à cette restitution», a-t-il précisé lors de la conférence de presse. Toujours dans le chapitre mémoriel, le président français a réitéré sa volonté «d’avancer dans un travail de mémoire conjoint». «Je souhaite que le dialogue puisse se poursuivre en parallèle avec le travail des parlementaires pour pouvoir revenir sur un passif qui n’a pas été dégelé», a-t-il affirmé avant d’ajouter : «Nous avons parlé des sujets de mémoire : j’ai souhaité rappeler ma volonté d’avancer dans un travail de mémoire conjoint, je souhaite que le dialogue puisse se poursuivre pour que des gestes réciproques soient faits pour revenir sur un passé qui n’est trop longtemps pas passé. J’ai pris la décision de procéder à la restitution des crânes et le texte de loi sera acté», a-t-il de nouveau rappelé. Le président Macron rappelle également qu’il «est un ami de l’Algérie et du peuple algérien» avec lesquels il entend «entretenir des relations et un partenariat forts». Sur ce point, «il faut que la jeunesse prenne toute sa place […] J’ai souhaité proposer au président algérien de créer une école pour la formation des jeunes en matière de numérique, c’est pour ça que plusieurs entrepreneurs français m’accompagnaient dans la délégation, dont Xavier Niel, directeur de l’école 42 [...] Il faudrait former entre 5 000 et 10 000 jeunes par an dans cette école conjointe. Je souhaite que nous puissions multiplier le développement conjoint en formation dans le supérieur pour des perspectives que nous voulons offrir à la jeunesse algérienne», dit-il. D’ailleurs, il s’agira d’«ouvrir plus d’écoles françaises et d’apporter plus de formateurs», a-t-il poursuivi avant de s’attarder sur la politique de circulation et de visas, qu’il sera question d’améliorer, notamment à travers un assouplissement pour les politiques, les intellectuels, etc. «En simplifiant les règles et en ayant un visa de circulation beaucoup plus souple qui permettra plus simplement d’obtenir un visa pour aller travailler de part et d’autre de la Méditerranée», explique-t-il. «Nous avons acté de travailler dans ce sens dans les prochaines semaines tout en renforçant les moyens de lutte contre l’immigration illégale. Nous devons dépassionner ce sujet. J’ai vu ce matin trop de jeunes qui m’ont demandé un visa», a-t-il témoigné avant de lancer qu’un «visa n’est pas un projet de vie», mais «nous devons repenser les choses et construire ensemble des projets viables à ces jeunes qui sont une chance». Sur le plan économique, M. Macron, qui a rappelé l’importance de la tenue du Comité intergouvernemental de haut niveau aujourd’hui à Paris, a fait part de sa volonté de «créer un fonds franco-algérien d’investissements pour dépasser les problèmes posés par les législations en vigueur».

«Une décision regrettable»

Evidemment, actualité internationale oblige, le président français a été interpellé depuis Alger sur la décision du président américain Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. En réponse, le chef de l’Etat français dit «désapprouver une décision unilatérale qui n’aura des conséquences que pour l’administration américaine», saisissant l’occasion d’appeler ses homologues arabes à la retenue et au calme et à éviter les excès. Il a rappelé l’attachement de la France et des Européens à une solution à deux Etats avec Jérusalem comme capitale commune. Il a également estimé que la décision de Trump est «en infraction avec le droit international». «Ce n’est ni les Etats-Unis, ni la France qui feront la paix, ce seront les Israéliens et les Palestiniens, il leur appartient de s’exprimer. En tout cas, la France accompagnera toutes les initiatives permettant la création de deux Etats. Si les Etats-Unis sont porteurs d’une solution efficace agréée par les deux parties, la France fera tout pour l’aider», poursuit-il. A une question sur les conséquences de la guerre en Libye et la responsabilité de la France dans le chaos qui en a résulté, M. Macron a fait savoir qu’il ne peut répondre d’actes dont il n’est pas responsable, mais a reconnu qu’elle a compliqué la situation. «Je ne crois pas que la politique d’intervention militaire, lorsqu’elle n’est pas inscrite dans une stratégie politique, puisse résoudre les crises (...) au contraire elle complique la situation», dit-il, et d’enchaîner : «J’ai réaffirmé la volonté de la France d’obtenir une Libye stable, durable, dans un cadre politique stable construit par les Libyens, c’est tout le sens de la mission de Ghassan Salamé [l’envoyé spécial des Nations unies]. Je sais combien la stabilité de la Libye est importante pour l’Algérie», poursuit-il. Pour ce qui est de la situation au Sahel, il affirme que «la lutte contre le terrorisme une priorité régionale pour nous deux, accroître coopération avec l’Algérie pour venir à bout de ce fléau». «La lutte contre le terrorisme demeure notre priorité, une priorité régionale. Je souhaite que nous continuions à accroître les coopérations opérationnelles que nous menons avec l’Algérie», dit-il. A une question sur les rivalités régionales entre l’Arabie saoudite et l’Iran, Emmanuel Macron répond que «la France a dans la région des alliés, mais elle souhaite parler à tout le monde. Le rôle de la France est de parler à tous et toutes pour aider à construire la paix. Il est indispensable que nous puissions donner un cadre politique quelles que soient les tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran». 

Macron annonce une visite d’Etat en 2018
Le président Français Emmanuel Macron a annoncé qu’il effectuerait une visite d’Etat en Algérie au courant de l’année 2018. En réponse à une question lors de la conférence de presse qu’il a animée, à propos des relations de la France avec les deux voisins maghrébins (Algérie-Maroc), M. Macron a rappelé que sa visite au Maroc était «un dîner amical et personnel, et revêt un statut particulier et préliminaire». Le président français a insisté que sa première visite officielle dans le Maghreb est bien celle qu’il effectue actuellement en Algérie, annonçant qu’une visite d’Etat est prévue pour 2018.

Laissez un commentaire

Environnement

Climat : Après trois ans de stabilité, les émissions de CO2 en hausse

  En matière d’environnement rien

Environnement -
14-11-2017
Patrimoine naturel mondial : Deux fois plus de sites menacés

  Blanchiment des coraux, fonte de

Environnement -
14-11-2017
Les start-ups au service de l’environnement

Les progrès réalisés par des entreprises

Environnement -
14-11-2017
Une approche pragmatique de la politique climatique

Les efforts diplomatiques menés en vue d

Environnement -
14-11-2017

Culture

«Les Zinzins du Café Riche» : Le charme discret de la dinanderie

La dinanderie aura été, aux côtés de l’a

Culture -
12-12-2017
Annaba : Premières journées des théâtres régionaux

  Du 11 au 14 décembre se tiennent

Culture -
12-12-2017
Arabie saoudite : Après 35 ans, l’interdiction des cinémas levée

L’Arabie saoudite a levé, hier lundi, l’

Culture -
12-12-2017