Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Incendie  à bord du ferry algérien Tariq Ibn Ziyad 

mardi, 14 novembre 2017 06:00

Santé / Médecine / Protestation : Les médecins résidents paralysent les hôpitaux aujourd’hui et demain

Écrit par Houria Moula
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’histoire va-t-elle se répéter ? Après des années de suspension du mouvement,  le Collectif des médecins résidents algériens (Camra) signe son retour en force  et appelle à une grève nationale de deux jours à partir d’aujourd’hui.


Un mouvement qui risque de causer un sérieux problème au secteur de la santé, déjà fragilisé par la qualité de la prise en charge et les problèmes d’insécurité et d’anarchie qui rongent nos hôpitaux. L’image de la grève illimitée, qui a duré entre mars et mai 2011 et qui a fini par une grandiose marche des médecins résidents vers le palais d’El Mouradia, pour réclamer la suppression du service civil, est encore dans les mémoires. Une action écrite dans les annales des luttes syndicales au vu de la mobilisation des blouses blanches et l’élan de solidarité qu’ils avaient,  à l’époque, réussi à susciter au sein de la société civile.
En 2017, les initiateurs du Camra, dans sa nouvelle version, comptent réécrire l’histoire en suivant le chemin de leurs aînés. L’adhésion ne cesse d’accroître de jour en jour, notamment à travers les réseaux sociaux qui constituent désormais un espace immense de concertation, de débat et de mobilisation des troupes. Traçant un tableau peu reluisant de la situation dans laquelle ils exercent, les résidents, qui constituent une grande partie du corps médical dans les structures et établissements de santé en Algérie, réclament en premier lieu «l’abrogation totale du service civil dans sa forme actuelle». Dans son préavis de grève, adressé à plusieurs départements ministériels, aux DSP, au directeurs d’hôpitaux, mais aussi au Premier ministre Ahmed Ouyahia, le Camra estime que ce système est un «échec» au vu des «conditions désastreuses» dans lesquelles exercent les médecins spécialistes» qui, souvent, sont «atteints dans leur dignité et citoyenneté».
Pour y remédier, il faut mettre en place des mesures incitatives sur le plan financier et matériel pour attirer volontairement les spécialistes à aller exercer dans le Grand-Sud et les régions reculées du pays, selon les médecins résidents. L’actuelle forme du service civil étant conçue comme une sanction et un mépris envers eux fait fuir les étudiants en médecine vers l’étranger.
Par ailleurs, le Camra appelle à l’application de l’article 32 du chapitre IV de la Constitution, pour, dit-il, «bénéficier de la dispense du service militaire». Autre revendication principale, «la révision de leur statut général ainsi que l’amélioration des conditions de travail». A ce sujet, le Camra décrit une situation catastrophique, caractérisée par «l’absence de sécurité et de protection dans l’exercice de leur fonction», surtout au sein des établissements publics, mais aussi «l’absence de toutes mesures de la part des autorités compétentes» pour une meilleure prise en charge et  l’accueil des malades.
Ce n’est pas tout, puisque les médecins résidents réclament aussi «l’annulation des examens sanctionnant intercalaires jusqu’à l’application des réformes de formation et d’évaluation» selon les objectifs du carnet de stage, ainsi que «l’obtention du droit bafoué aux œuvres sociales à travers le territoire national avec un effet rétroactif». Des revendications que le gouvernement a intérêt à satisfaire, sinon à débattre avec les représentants du Camra, au risque de voir le mouvement se radicaliser et se prolonger dans la durée avec toutes les conséquences que cela pourrait avoir sur le bon fonctionnement de nos hôpitaux. D’ailleurs, faut-il le préciser, l’arrêt de travail des médecins résidents aujourd’hui et demain concerne plusieurs activités, notamment «les consultations, la participation dans les activités de bloc et les vacations». Des piquets de grève avec port de blouses seront tenus devant l’administration des établissements de santé, dès les premières heures de travail, a insisté le Camra dans son préavis, rappelant qu’un précédent avertissement avait été adressé aux autorités avant de recourir à cette option «légitime» et garantie par la loi. 

Dernière modification le lundi, 13 novembre 2017 21:43

Laissez un commentaire

Monde

Syrie : Moscou balise le terrain pour l’après-guerre

Les développements récents du dossier sy

Monde -
22-11-2017
Read more »
L’Iran déclare la «victoire» sur Daech

Hier, mardi, le président iranien Hassan

Monde -
22-11-2017
Read more »
Zimbabwe : Mugabe s’accroche malgré une menace de destitution

L’indéboulonnable président du Zimbabwe

Monde -
21-11-2017
Read more »
Ligue arabe : Téhéran juge la déclaration du Caire «sans valeur»

L’Iran a jugé hier lundi «sans valeur» l

Monde -
21-11-2017
Read more »

Environnement

Climat : Après trois ans de stabilité, les émissions de CO2 en hausse

  En matière d’environnement rien

Environnement -
14-11-2017
Patrimoine naturel mondial : Deux fois plus de sites menacés

  Blanchiment des coraux, fonte de

Environnement -
14-11-2017
Les start-ups au service de l’environnement

Les progrès réalisés par des entreprises

Environnement -
14-11-2017
Une approche pragmatique de la politique climatique

Les efforts diplomatiques menés en vue d

Environnement -
14-11-2017