Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 14 novembre 2017 06:00

Le DG de la Casnos à propos des propositions liées à la formalisation de l’informel : «Le dossier avance bien»

Écrit par Maya H.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Formaliser l’informel. L’équation n’est pas toute simple. Elle impose un travail en synergie. C’est dans ce souci du travail collectif que la Casnos voit son champ d’action s’élargir, apportant sa pierre pour cet édifice de lutte contre le marché informel. Par sa contribution,

la Casnos a soumis une série de propositions au ministère du Commerce portant sur la manière d’assurer l’intégration de l’informel». A ce sujet, Youcef-Acheuk Chawki, premier responsable de la Caisse, annonce que «le dossier avance bien, et les résultats seront communiqués au moment opportun». Selon lui, la sécurité sociale est un des outils incontournables de la formalisation de l’informel. En chiffres, l’hémorragie de l’informel est de quelque 2700 milliards de dinars. D’où les appels itératifs du chef de l’Exécutif à trouver des solutions les plus efficaces. C’est dans cet objectif qu’il a annoncé l’introduction, avant fin 2017, de deux banques publiques dans la finance islamique. En 2018, quatre autres établissements vont suivre. A ce jour, les différentes approches de l’économie informelle en Algérie ont été marquées par des évaluations quantitatives qui n’appréhendent pas les caractéristiques, les comportements et les logiques en œuvre dans le secteur informel, considérant souvent ce phénomène comme un ensemble homogène. Or, expliquent, unanimes, les experts, le secteur informel est profondément hétérogène et recouvre une diversité de segments, qui se distinguent par la nature des activités et des acteurs, le degré d’informalité, le niveau des revenus générés ainsi que les motivations et les logiques qui sous tendent les comportements des acteurs. D’autres spécialistes avertissent. Pour Ferhat Ait Ali, considérer la masse monétaire fiduciaire émise et non reprise dans les dépôts en banque comme une sorte de palliatif à un manque de ressources publiques est selon lui une fausse piste pour le gouvernement. Le seul résultat garanti de cette opération de bancarisation au cas où les gens s’y soumettraient serait à ses yeux de rapporter au Trésor public les fameux 7% qui dans le meilleur des cas représenteront un milliard de dollars pour un exercice. Cette décision de bancariser l’argent de l’informel peut-elle réellement réduire le poids de l’informel ? M. Ait Ali soulignait que tabler sur la bancarisation temporaire de ces fonds ne sera d’aucune utilité pour tarir les segments qui génèrent ces mêmes fonds, tant que les causes objectives qui ont donné naissance à ses mêmes segments ne sont pas éliminées. Et ces causes sont des impôts mal conçus et mal perçus pour leur dispersion sur plusieurs sphères de moins en moins contrôlables. Par ailleurs il convient de préciser que la Casnos a tout récemment lancé un projet d’interconnexion avec le Centre national du registre du commerce. Le principe consiste en une base de données permettant à la Caisse de disposer, par un simple clic, de toutes les informations des entreprises inscrites au CNRC, et vice-versa. Par ce projet les deux entités comptent confirmer leur «compatibilité» avec le développement technologique, aussi vertigineux soit-il. 

Laissez un commentaire

Monde

Chine Huawei se défend d’être l’espion de Pékin

Le géant chinois des télécoms clôt une

Monde -
19-12-2018
Read more »
La guerre contre Huawei

L’arrestation du CFO de Huawei, Meng Wan

Monde -
19-12-2018
Read more »
Yémen, Khashoggi : L’’Arabie saoudite réplique au Sénat américain

L’Arabie saoudite a condamné, lundi, le

Monde -
18-12-2018
Read more »

Culture