Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 12 septembre 2017 06:00

Direction générale des forêts : Les forestiers obtiennent la qualité d’officier de police judiciaire

Écrit par Fayçal Djoudi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Direction générale des forêts s’est engagée dans un cycle de sessions de formation pour plus de 240 de ses cadres, afin d’en faire des officiers de police judiciaire (OPJ). C’est dire l’impératif de donner plus de « consistance » au rôle du forestier, jusque-là

« agent » passif devant l’ampleur qu’ont pris les feux de forêt, particulièrement cet été.

A fin août, près de 52 000 hectares de végétation sont partis en fumée à travers tout le pays. Et ce ne sont pas les seules fortes chaleurs de l’été qui en sont la cause. Beaucoup sont d’origine criminelle. D’ailleurs, selon un bilan de la Gendarmerie nationale, qui date du mois d’août, 26 pyromanes ont été écroués pour leur implication dans des départs de feu. Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, en déplacement dans la wilaya de Annaba le même mois, a lui-même reconnu que bien que « la chaleur inhabituelle soit la principale cause des derniers incendies, il existe des criminels qui ont employé tous les moyens pour aggraver la situation et certains d’entre eux ont été arrêtés suite à des enquêtes ».
C’est pour cette raison principalement qu’il a été décidé d’accorder aux hommes de la DGF la qualité d’officier de police judiciaire, afin d’être en mesure de constater les infractions, d’en rechercher les auteurs et de les présenter directement au juge d’instruction.
Le patron de la DGF, Azzedine Sekrane, a, à ce propos, affirmé, lors d’un déplacement à Batna dimanche, que « plus de 240 cadres des forêts seront formés au cours de cette année en qualité d’officiers de police judiciaire de l’administration forestière à travers les 48 wilayas». Il a, par ailleurs, parrainé le lancement d’une session de formation de 112 cadres du corps technique de l’administration des forêts à la qualité d’officiers de police judiciaire ». Les participants à cette formation, dont des conservateurs de forêts, des chefs de services et de circonscription et des ingénieurs en forêt, suivront des cours théoriques et pratiques donnés par des magistrats et des officiers de la Gendarmerie nationale dans le cadre d’une convention signée par la DGF, le ministère de la Justice et le Commandement de la Gendarmerie nationale. L’objectif actuel est de « généraliser la présence des cadres disposant de la qualité d’officier de police judiciaire sur toutes les circonscriptions forestières du pays et en augmenter le nombre ». Il a assuré que le nombre de cadres bénéficiant de la même formation sera doublé l’année prochaine afin de répondre au souci de préservation du patrimoine forestier et de lutte contre les dangers le menaçant dont le braconnage, la coupe illicite d’arbres, l’exploitation sans autorisation des produits de la forêt et même les constructions illicites sur les terres forestières. Et, évidemment, contre les pyromanes. Lui succédant, le directeur de l’administration des moyens à la DGF, Salah El Houari, a rappelé que cette formation, d’une durée d’un mois, a été précédée de cinq autres sessions similaires tenues entre 1997 et 2007, dont deux à Batna. Indiquant que cette session, qui prend fin le 7 octobre, sera suivie d’une seconde, également d’un mois, qui aura lieu du 15 octobre au 13 novembre.
Faut-il rappeler que l’étendue et la gravité des feux de forêt, cet été, a déjà coûté son poste à l’ancien Directeur général des forêts, Abdelfattah Abdelmalek, poussé au départ dans un contexte d’acerbes critiques sur la multiplication des incendies de forêt, suivie d’une vive polémique sur la compétence et l’efficacité des agents forestiers à prévenir les feux et lutter efficacement contre leur prolifération. Il lui a été reproché sa passivité à défendre les intérêts de sa direction et à alerter sur le manque de moyens dont elle souffre. 

Laissez un commentaire