Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 07 décembre 2017 06:00

Musique / Disparition : «Noir c’est noir», Johnny Halliday quitte la scène Spécial

Écrit par HICHEM LALOUI
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Il était invincible.  Il représentait cette nouvelle France qui aspire à vivre autrement. Lui, c’est Johnny Halliday, de son vrai nom Jean-Philippe Smet. Sa mort, à l’âge de 74 ans, annoncée par sa femme, 

a bouleversé ses fans.

«Johnny Hallyday est parti. J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant c’est bien cela. Mon homme n’est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité», a-t-elle écrit. «Jusqu’au dernier instant, il a tenu tête à cette maladie qui le rongeait depuis des mois, nous donnant à tous des leçons de vie extraordinaires. Le cœur battant si fort dans un corps de rocker qui aura vécu toute une vie sans concession pour son public, pour ceux qui l’adulent et ceux qui l’aiment», poursuit-elle. Evoquant «le papa» de leurs deux filles adoptées, Jade et Joy, de Laura (née de son union avec l’actrice Nathalie Baye) et de David (né de son union avec la chanteuse Sylvie Vartan), Laeticia Hallyday conclut : «Johnny était un homme hors du commun. Il le restera grâce à vous. Surtout ne l’oubliez pas. Il est et restera avec nous pour toujours. Mon amour je t’aime tant.» Détecté en novembre 2016, le cancer aura terrassé en un an celui que son ami Eddy Mitchell avait surnommé «Robocop». Et qui avait déjà tutoyé la mort, lors de sa tentative de suicide en 1966 après la demande de divorce de Sylvie Vartan, puis, lorsqu’il plongea plusieurs jours dans le coma, en 2009, en raison de complications consécutives à une opération. Johnny Hallyday s’est battu jusqu’au bout. En montant sur scène, en juin et juillet, avec ses copains Jacques Dutronc et Eddy Mitchell, pour la tournée des «Vieilles Canailles». Des moments parfois difficiles, mais où il semblait porté par l’énergie de son public qu’il croisait pour la dernière fois. Pour «rester vivant», comme s’intitulait sa dernière tournée (2015-2016). Cette «bête de scène», qui a rempli en 57 ans de carrière tous les plus grands lieux, du Stade de France au Champ-de-Mars, travaillait aussi à un nouvel album. Né en 1943 à Paris, d’un père belge et d’une mère française, celui qui deviendra plus tard l’idole de la France a vécu une enfance des plus tumultueuses. Le départ de son père alcoolique alors qu’il n’avait que 15 mois le marqua à jamais. «Il ne m’a jamais pris dans ses bras», répétait-il, pour dire tout ce vide qu’il n’a pas pu combler
durant son demi-siècle de carrière. Le divorce de ses parents l’a emmené vers une nouvelle vie. C’était sa tante qui le prenait en charge, mais à Londres. Arrêté pour collaboration avec les Nazis en 1945, le mari de sa tante sera emprisonné et sa tante prend le chemin vers Londres. Difficilement, le jeune Jean-Philippe s’inscrit dans un ballet avec ses cousines dans la troupe les Halliday. Il fredonnait ses première notes de musique mais reste impressionné par le rock n’roll américain. Après des allers-retours entre différentes villes européennes, il fait un crochet par les USA, avant de rentrer à Paris rejoindre l’appartement familial au 9e arrondissement. En décalage avec les jeunes Français du début des années 1960, Jean-Philippe s’habillait différemment et ne fréquentait pas l’école. C’était au cours de l’année 1960 qu’il fait sa première apparition télévisée, chez Line Renaud, dans une émission consacrée aux jeunes talents. Il étonnait et il décevait à la fois une France pas encore habituée au rock. Présenté souvent comme l’Américain d’origine française, il a donné son premier concert à la mythique Olympia en 1962. C’est de là que sa carrière prend son envol. De succès en succès, d’un mariage à l’autre, Johnny Halliday était de tous les combats. Invincible, pensent ses fans, il aimait les excès. Drogue et alcool. Johnny affectionnait à la fois la scène musicale et le cinéma, un art qu’il a toujours rêvé de faire à plein temps. Avec plus de 3 200 concerts, Johnny Halliday a réuni plus de 26 millions de fans, dont 60% en France. 110 millions d’albums vendus, Johnny a eu des dizaines de disques d’or, de platine et autant de prix de la musique. Après une vie agitée, pleine de légende, Johnny Halliday quitte la scène pour un aller sans retour à 74 ans. Hier, sa demeure à Paris était prise d’assaut dès l’annonce de son décès à 2H du matin par sa femme. Il faut souligner que tous les médias français ont consacré, hier, des émissions au défunt tout au long de la journée. 

Emmanuel Macron : «C’est un héros français»
En visite à Alger, le président français Emmanuel Macron a estimé qu’avec le décès de Johnny Halliday, c’est la France qui perd un peu de son âme. «Nous avions forgé au plus profond de nous-mêmes l’idée qu’il était invincible. Il fait partie de ces hommes qui auraient pu mourir cent fois (...) mais il n’est jamais tombé», a-t-il dit, ajoutant que Johnny fait partie «des héros français». «C’est extrêmement douloureux pour beaucoup de nos concitoyens car ce n’était pas seulement une star mais quelqu’un qui était devenu familier. C’est un artiste populaire au bon sens du terme», a déclaré le chef de l’Etat français. «J’ai souvent dit qu’il fallait des héros pour qu’un pays soit grand. On a tous en nous quelque chose de Johnny Hallyday», avait-il écrit dans un communiqué rendu public le matin du décès du chanteur. La présidence française avait précisé que le président et son épouse Brigitte se rendraient aux obsèques de la star, dont la date n’est pas encore connue. «Un hommage lui sera rendu, mais il faudra voir avec la famille», a indiqué
M. Macron, précisant avoir «été à tous ses derniers concerts». «Ma chanson préférée, c’est «L’Envie», a-t-il confié. «Beaucoup de gens s’identifiaient à lui et beaucoup se sentent plus seuls aujourd’hui», a-t-il ajouté.H. L.

Laissez un commentaire