Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 17 mai 2017 21:47

Pétrole Les marchés portés par l’annonce de reconduction de l’Accord de l’Opep

Écrit par Fella Midjek
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) espère la reconduction de la décision de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), prise en 2016, de plafonner sa production à 31,8 millions de barils par jour (mbj) pour faire face à l’augmentation de l’offre en brut des Etats-Unis.


Une initiative, prise à Alger et confirmée lors de la réunion fin novembre 2016, rejointe par certains pays non-membres de l’Organisation. Selon son rapport mensuel, l’Agence représentant les pays consommateurs a prévu que le marché pétrolier se rapproche de l’équilibre mais des efforts restent à faire pour résorber les stocks abondants, alors que les Etats-Unis devraient pomper plus de brut qu’anticipé en 2017. Selon la même publication, « le rééquilibrage est bien là et qu’il s’accélère, à court terme du moins ». La croissance des stocks, alimentée ces dernières années par une offre excédentaire, a été contenue à 0,1 million de barils par jour (mbj) au premier trimestre. Si l’Opep renouvèle l’initiative, qui devra prendre fin en juin prochain, les stocks devraient décroître, selon l’AIE. Mais « même si cela se produit, les stocks à la fin de 2017 pourraient rester supérieurs à leur moyenne sur cinq ans, ce qui suggère qu’il reste beaucoup à faire au second semestre de 2017 pour continuer à les résorber », a souligné l’AIE. En effet, les deux principaux producteurs sur le marché mondial, l’Arabie Saoudite et la Russie ont lancé, lundi dernier, un appel aux autres pays producteurs pour la reconduite du plafonnement de la production des pays de l’Opep, jusqu’en mars 2018. Le Koweït a soutenu hier l’appel des deux pays pour une extension de neuf mois de maintenir sa production à des niveaux de janvier 2016. La décision sera prise lors du sommet Opep et ses partenaires, le 25 mai prochain, à Vienne. Le marché devra compter aussi avec la hausse de la production américaine, qui devrait croître de 790 000 barils par jour (bj) cette année, soit 100 000 bj de plus que la précédente estimation en avril, grâce notamment au dynamisme retrouvé du secteur des hydrocarbures de schiste. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) (dans son rapport mensuel, ndlr) a légèrement revu à la baisse la croissance de la demande, de 1,32 à 1,30 million de barils par jour, tandis que la croissance de la production hors Opep a été revue à la hausse, de 490 000 barils par jour à 600 000 barils par jour. Les stocks mettent un certain temps à refléter l’offre plus faible alors que les volumes produits avant la mise en œuvre des limitations de production par l’Opep et onze pays non-Opep continuent d’être absorbés par le marché, a noté l’AIE. Enfin, les cours n’ont guère réagi à ce rapport mensuel vu que les cours du pétrole ont ouvert en hausse hier grâce aux nouveaux éléments allant dans le sens d’une prolongation durable des quotas actuellement en vigueur chez les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 52,00 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 18 cents par rapport à la clôture de lundi. Vers 13H05 GMT, le prix du baril de «light sweet crude prenait 39 cents à 49,24 dollars sur le contrat pour livraison en juin au New York Mercantile Exchange (Nymex).

Chute des revenus des membres de l’Opep en chute
Les revenus pétroliers des pays membres de l’Opep ont chuté en 2016 de 15% à environ 433 milliards (mds) de dollars contre 509 mds de dollars en 2015, soit un plus bas jamais atteint depuis 2004, selon des données de l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) publiées lundi à Washington. Les recettes à l’exportation des 13 pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole ont principalement subi l’effet de la chute des prix de pétrole et dans une moindre mesure la diminution de leurs niveaux d’exportation de brut, précise l’agence américaine. Les revenus de l’Arabie saoudite ont avoisiné les 133 mds de dollars en 2016, représentant un tiers des recettes globales à l’exportation de l’Organisation, suivie de l’Irak (54 mds de dollars), des Emirats arabes Unis  (47 mds de dollars), du Koweït (37 mds de dollars) et de l’Iran (36 mds de dollars). L’EIA table, toutefois, sur une amélioration des revenus de l’Opep à 539 mds de dollars pour 2017 et à 595 mds de dollars pour 2018, un rebond qui sera soutenu par une hausse prévue des cours de pétrole sur les marchés internationaux. Les revenus de l’organisation ont déjà atteint 179 mds de dollars de janvier à avril 2017.

Dernière modification le mardi, 16 mai 2017 22:45

Laissez un commentaire