Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 13 octobre 2016 06:00

Culture/Internet : Une plateforme pour le patrimoine

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Programme d’appui à la protection et à la valorisation du patrimoine culturel en Algérie, initié en 2012 avec un  budget de 24 millions d’euros, vise la création prochaine de la  première plateforme informatique dédiée au traitement et à la gestion des fiches d’inventaire

des biens culturels du pays. Ce programme, largement financé par l’UE, permettra la réalisation de cette plateforme dénommée «Touisa», en partenariat avec le Centre de recherche sur l’informatique scientifique et technique (Cerist). Le site, actuellement en préparation, sera, selon ses concepteurs, le premier outil informatique fournissant aux professionnels une base de données numérique sur le patrimoine culturel de notre pays.  Le directeur du programme Patrimoine, Zouhir Ballalou, a indiqué que cette base de données «évolutive» comporte actuellement plus de 300 fiches de biens culturels mobiliers et immobiliers.  La plateforme Touisa, en cours d’élaboration par de jeunes experts, a pour premier objectif d’établir les fiches d’inventaire des biens culturels de 12 wilayas (Alger, Aïn Témouchent, Annaba, Batna, Béjaïa, Chlef, Khenchela, Mila, M’sila, Saïda, Skikda, Tlemcen). Il s’agira d’établir, à terme,  une carte du patrimoine culturel algérien à même d’en  faciliter la protection. Quant aux bénéficiaires de la plateforme numérique, il est précisé  qu’elle sera dans un premier temps destinée aux spécialistes. Elle sera présentée et partagée fin octobre avec les institutions concernées par l’inventaire des biens culturels, avant d’être ouverte dans une seconde étape et après une phase de test au grand public, afin de permettre «à toute personne y ayant intérêt de participer à son alimentation en informations», comme prévu par la loi 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel.  Le  programme Patrimoine, en plus de financer des associations activant à la protection de l’héritage culturel, est en grande partie orienté vers la formation. A  ce titre, une douzaine d’archéologues nouvellement diplômés ont été recrutés en février dernier pour bénéficier d’un encadrement académique et pratique de deux ans, dispensé par les experts de l’UE, dans l’objectif de dégager le premier noyau d’archéologues spécialisés dans l’inventaire des biens culturels.n

Laissez un commentaire