Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

dimanche, 12 novembre 2017 06:00

Entretien /Abdelkrim Boulahia, directeur général du Jardin d’Essai : « L’expertise nationale avant de passer au commercial avec l’étranger »

Écrit par Fatma-Zohra Hakem
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Reporters : Vous avez décidé de procéder au recensement du patrimoine floral du Jardin d’essai que vous dirigez. L’objectif, dites-vous, est d’obtenir le classement du site et de le réintégrer dans la liste des jardins de renommée mondiale, n’est-ce pas ?

 

Abdelkrim Boulahia : Oui, il s’agit d’une des priorités de l’administration du site et elle consiste à lui redonner la place qu’il mérite à l’échelle nationale et internationale. L’opération consiste d’abord à faire un inventaire des végétaux existants. Les deux précédents datent de 1987 et de 1993 et sont déjà anciens. Une nouvelle vérification s’impose donc pour savoir de quelles espèces et variétés nous disposons. Elle représente une étape-clé dans la préparation du dossier et pour savoir dans quelle position nous pouvons classer le site par rapport aux jardins botaniques dans le monde. Depuis septembre dernier, nous avons organisé des rencontres avec les membres du Conseil scientifique, engagés dans l’opération de recensement du patrimoine végétal du site, en vue de son classement. L’inventaire programmé se fera avec cinq à six spécialistes et universitaires algériens dans la botanique sous la férule d’un bureau d’études.

Avez-vous une estimation de l’opération de recensement ?
La première étape du recensement du patrimoine du Jardin sera effectuée gratuitement par nos scientifiques et spécialistes. Si elle nécessite d’autres moyens, elle passera à une autre étape commerciale qui conduira à l’engagement de bureaux d’études spécialisé. Mais tout cela, c’est le Conseil scientifique qui le décidera au fur et à mesure de l’analyse du site et de ce qu’il contient. Avant de recourir à une expertise étrangère, l’estimation est de 6 millions de dinars. Après, il s’agira de négocier sachant qu’il faudra régler au mieux les charges de l’expertise en devises car le temps est à l’épargne de cette ressource.

On parle d’espèces et de variétés qui auraient disparu du jardin, est-ce vrai ?

Tant que nous n’avons pas fait l’inventaire nécessaire, on n’est pas en mesure de dire quelle espèce a disparu du Jardin. Il y aura un travail de vérification physique de ce qui existe qui sera effectué en comparaison avec les archives du site. C’est cet inventaire qui nous donnera l’information nécessaire et dont nous avons besoin pour procéder à d’autres opérations, soit de sauvetage soit de réintroduction d’espèces ou de variétés qu’on aurait perdu. L’enjeu n’est donc pas uniquement le classement pour le classement, mais de lister quelles sont les plantes qui ont résisté malgré les dégradations et celles qui ont périclité. Il s’agit également d’observer les plantes qui n’existaient pas auparavant et qui n’étaient pas répertoriées dans les archives et qui ont fait leur apparition maintenant. Pour des scientifiques, ces données sont importantes dans la mesure où il s’agit d’observer et d’analyser le comportement du végétal sur le sol algérien… Le classement, une fois obtenu, va permettre au Jardin d’être réintroduit dans le réseau mondial des grands jardins botaniques. Cela facilitera la coopération scientifique et nous aidera à réintroduire des espèces qu’on aura perdues. Pour introduire les plantes, le sol du Jardin d’essai est favorable. On peut même enrichir de nouvelles espèces et introduire d’autres qui n’ont jamais été plantées au Jardin d’essai

Le Jardin d’essai dispose d’un laboratoire. Quel sera son rôle ?
Au laboratoire du Jardin d’essai, il existe deux productions de plantes. Il y a la production in vitro. C’est une production au laboratoire et la production in vivo, est une production traditionnelle. Ce sont des techniques très avancées qui nous permettent de produire des quantités de plantes énormes allant de cent mille jusqu’à cinq millions de plantes. Ces laboratoires nous permettent d’avoir des plants sains et dispose également de données d’informations importantes qui seront mises à profit dans l’opération de recensement pour laquelle il sera de toute façon sollicité. Son rôle, donc, sera important. 

Dernière modification le samedi, 11 novembre 2017 23:50

Laissez un commentaire