Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 10 septembre 2018 06:00

Financement des Rencontres cinématographiques de Béjaïa : L’ambassade de France et les RCB démentent

Écrit par Nadir Kadi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans un communiqué parvenu à la rédaction, l’ambassade de France en Algérie tient à apporter des précisions suite à l’article publié, le 8 septembre dernier, par le site électronique DIA et relatif au financement par l’Institut français d’Algérie du festival «Rencontres cinématographiques de Béjaïa (RCB).»


Dans ce communiqué, il est affirmé que «cette manifestation n’est en aucun cas «totalement contrôlée» par l’Institut français d’Algérie comme l’avance à tort le site DIA». Ajoutant que «le Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France ne contribue que très partiellement au financement de cette manifestation puisque sa contribution représente un sixième du budget total. Ce financement se réalise exclusivement en dinars algériens et ne comprend pas de billets d’avion, contrairement à ce qui a été avancé par DIA ». L’ambassade de France a tenu, en outre, à souligner qu’« elle ne participe nullement aux choix de la programmation des Rencontres cinématographiques de Béjaïa qui est indépendante».
Pour sa part, l’association «Project’heurts», organisatrice des Rencontres cinématographiques de Béjaïa (RCB), a également démenti, dans un communiqué parvenu à la rédaction, être «totalement financée» par l’Institut français d’Algérie. Les organisateurs des RCB ont également répondu à l’article publié sur DIA, le qualifiant de «tissu de mensonges ». Ils démentent, point par point, les différentes informations avancées dans l’article. Notamment, en donnant en détail les noms des sponsors et les montants que «le financement des Rencontres est assuré à 80% par des fonds publics»
Pour rappel, le film « Fragment de rêve » n’a pas eu le visa culturel pour sa projection à la clôture des RCB. En réaction, les organisateurs ont décidé d’arrêter l’organisation des Rencontres tant que la commission n’a pas justifié cette interdiction. Avant-hier, un journaliste d’ «El-Khabar» a dévoilé la liste des noms des personnes qui constituent cette commission et qui ont voté à l’unanimité la censure du film. Parmi ces noms, le propriétaire du site DIA, Salim Aggar, qui réagit en publiant sur son site un article où il tente de justifier l’interdiction du film.
Ceci en portant atteinte à la crédibilité des organisateurs des RCB à travers un tissu de mensonges et des attaques personnelles non justifiés, démontrant un manque de professionnalisme flagrant.n

Laissez un commentaire