Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 08 août 2018 20:26

Les Algériennes allaitent de moins en moins leurs bébés : Les spécialistes tirent la sonnette d’alarme Spécial

Écrit par Samira Dekkiche
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Selon les spécialistes, une baisse sensible du nombre des femmes qui allaitent leurs bébés est constatée ces dernières années. Autre phénomène, les césariennes et leur multiplication, toujours selon la même source, qui éloignent les mamans de leurs bébés et les privent de leur droit à l’allaitement.

Même les maternités au niveau des établissements publics hospitaliers (EPH) n’y échappent pas. L’avis est du chef du service néonatal au CHU Mustapha-Bacha, le Pr Djamil Lebane, à l’occasion de la célébration de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel, qui coïncide avec la première semaine du mois d’août. Le spécialiste a saisi l’occasion pour tirer la sonnette d’alarme face au recul de l’allaitement naturel dans la société algérienne et à la hausse du nombre de césariennes. Ce dernier point résulte, selon le professeur Lebane, du manque relevé en termes de formation dédiée aux personnels de la santé spécialisés dans la maternité, en plus de fausses informations que reçoivent les futures mamans sur le sujet. Il n’a pas manqué d’exprimer son regret quant à la hausse de cette pratique au niveau des services de maternité des EPH, dans plus de 50% des accouchements, ce qui a éloigné les mamans de l’allaitement naturel, avant de déplorer «les campagnes publicitaires menées par certains laboratoires en faveur du lait en poudre au détriment de l’allaitement au sein». Cette situation est accentuée par le retard constaté dans l’adoption du concept «hôpital ami des bébés» au sein des EPH qui favorise l’allaitement naturel et rapproche le bébé de sa mère.

Les trois mois de maternité sont insuffisants

Pour sa part, Mme Nadira Merad, membre du Syndicat des sages-femmes, a mis en avant l’importance des premières gouttes de lait du sein, souvent négligées par les femmes. Elle a insisté sur la nécessité de la préparation des mamans pour l’allaitement pendant la grossesse et après l’accouchement. Ce faisant, Mme Merad a appelé à revoir les lois en vigueur relatives au congé de maternité et les heures d’allaitement pour les mères travailleuses.

Pour elles les 3 mois dont bénéficient les mères allaitantes dans le cadre de ce congé et la réduction deux heures du temps de travail quotidien, afin d’allaiter le bébé, «ne suffisent pas» pour garantir une bonne éducation des générations, c’est durant cette période de sa vie que le bébé a le plus besoin de sa maman. Pour sa part, le chef de service gynécologie-obstétrique au CHU Mustapha-Bacha, le Professeur Bouzid Addad, a affirmé que les équipes médicale et paramédicale du service « veillent constamment à encourager l’allaitement naturel depuis le premier jour de naissance du bébé». A rappeler que le nouveau projet de loi sanitaire, adopté en juin dernier par le Parlement, n’a consacré à l’allaitement maternel qu’un seul article, soit l’article 79 qui stipule que « l’Etat s’emploie à la promotion et l’encouragement de l’allaitement naturel à travers des opérations et des mesures adéquates».  « La promotion et la publicité de produits alternatifs à l’allaitement naturel sont interdites », précise l’article.

Laissez un commentaire