La formation dans les spécialités de l’agriculture suscite peu d’engouement chez les jeunes, ont déploré les encadreurs du centre de formation professionnelle spécialisée en agriculture de Misserghine, dans la wilaya d’Oran.
Ces métiers attirent de moins en moins de jeunes, ces dernières années, faute de mesures incitatives aidant le jeune formé à intégrer le marché de l’emploi, a expliqué Malika Macha, enseignante au centre, en marge d’une semaine d’information sur les opportunités de formation professionnelle.
En dépit d’actions de sensibilisation «intenses» pour attirer des jeunes vers ces établissements de formation, une baisse du nombre d’inscrits est relevée en mode de formation résidentielle de 12 mois dans les spécialités de l’aviculture, l’horticulture, l’arboriculture fruitière et de l’élevage.
Une fois diplômés, les jeunes ne trouvent pas de débouchés et encore moins de moyens financiers pour créer une microentreprise, nonobstant les salaires bas accordés aux agriculteurs, a-t-on fait remarquer.
L’enseignante a proposé, dans ce cadre, l’octroi par l’Etat aux lauréats d’au moins un hectare de terre agricole à titre incitatif pour s’inscrire dans les centres spécialisés en agriculture.
L’universitaire Houari Mohamed, du centre de Misserghine a insisté, pour sa part, sur l’accompagnement du stagiaire jusqu’à l’intégration du monde de l’emploi, surtout que le centre offre tous les moyens de formation et une bourse mensuelle en mode résidentiel et en apprentissage de 6 mois, et dispose d’un internat.
La semaine d’information sur les opportunités de formation organisée au CFPA chahid Moulay Mhamed d’Oran par la direction de wilaya de la formation et de l’enseignement professionnels se poursuivra jusqu’à samedi prochain.