Les médias dans leur ensemble, qu’ils soient du secteur public ou privé, ont un rôle important à jouer dans l’élection présidentielle prévue le 12 décembre prochain. Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassan Rabehi, a souligné, en effet, l’importance des médias dans l’accompagnement des prochaines joutes électorales par la vulgarisation et la sensibilisation. Ceci notamment dans le contexte actuel que vit le pays et où il est convenu que la voix des urnes est «la seule voie salutaire de sortie de crise», selon le ministre, qui s’exprimait sur les ondes de la Radio El Bahia, à l’occasion de sa visite dans la wilaya d’Oran. «Nous serons à la hauteur de tous les challenges et défis auxquels le pays est confronté. Ceci nous permettra de conjuguer nos forces et de nous engager dans tout ce qui apportera paix, sécurité et stabilité à notre pays», a affirmé Hassan Rabehi, après avoir souligné que «le peuple algérien est convaincu que ce rendez-vous électoral est le meilleur moyen de sortir de la situation actuelle», une situation de crise politique sans précédent, qui dure depuis près de sept mois. D’où la conviction du porte-parole du gouvernement que «les médias publics et privés auront un rôle important à jouer, comme ils l’ont toujours fait, dans le but de mettre en valeur les efforts de l’Etat ayant conduit à la prise de mesures administratives, juridiques et politiques pouvant constituer une base pour l’organisation de l’élection présidentielle». Vu les enjeux importants de la future présidentielle quant à la stabilité du pays, le ministre reste convaincu que «les médias audiovisuels et la presse écrite continueront à déployer des efforts pour accompagner toutes les activités liées aux élections, qu’il s’agisse de la vulgarisation des textes et lois régissant le scrutin, ou de la présentation des candidats à ces échéances, mais aussi de la diffusion des réactions des citoyens quant à ce rendez-vous électoral, et des activités des partis politiques et des candidats». M. Rabehi estime que «ces échéances électorales seront largement suivies par les citoyens compte-tenu de l’importance qu’elles revêtent pour l’avenir de la nation. Un avenir que nous souhaitons très positif et en accord avec nos aspirations de paix, de sécurité et de prospérité». Par ailleurs, le ministre de la Communication a fait savoir que son département présentera au gouvernement un projet de loi qui encadrera le secteur des médias publics et privés de manière à ce que «toute la corporation puisse bénéficier de bonnes conditions de travail et disposer d’un climat lui permettant de consacrer ses droits et devoirs dans un cadre plus transparent». C’est ainsi qu’il a indiqué que «des textes réglementaires relatifs au développement du secteur de l’information ont été élaborés, notamment à travers une large consultation des journalistes. Ces textes, selon lui, ont été confectionnés après consultation avec quelques 200 journalistes. <