Plus de 38.000 aides à l’habitat rural ont été octroyées dans la wilaya de Khenchela depuis l’année 2002, a-t-on appris auprès du directeur local de la caisse nationale du logement (CNL), Bachir Boumekouaz. Des dizaines de milliers de dossiers relatifs à l’acquisition de ce type de logement, avaient été étudiés durant la même période par les services de l’antenne locale de cette caisse, marquée par l’attribution de 38.205 aides à Khenchela

Plus de 38.000 aides à l’habitat rural depuis 2002
L’enveloppe financière accordée pour la wilaya dans le cadre de ces aides depuis l’année 2002 par la CNL, a atteint 26,740 milliards DA, selon le même responsable.
Il a indiqué dans ce même contexte, que jusqu’au 31 décembre 2018, pas moins de 36.242 décisions d’affectations ont été réalisées par les mêmes services avec un financement global de 25,370 milliards DA. Le nombre des bénéficiaires de ces aides a atteint 32.893 personnes, soit un taux de 88% du nombre global, dans le cadre de ce programme d’habitat ayant ciblé les 21 communes de cette wilaya, en attendant la finalisation de l’opération de construction de la première tranche des logements par les bénéficiaires pour l’octroi du reste du montant financier, a affirmé le directeur de wilaya de la CNL.
La commune de Babar vient en première position en matière d’attribution des aides aux logements ruraux parmi les 1.541 localités recensées à l’échelle nationale où plus de 3.454 aides ont été distribuées durant 17 ans, a –t-il fait savoir, ajoutant que la commune d’Aïn Touila a bénéficié de son côté de 2.834 aides similaires. Le caractère géographique de la région de Khenchela et de ces zones rurales, les procédures et les mesures prises par le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville qui ont permis l’élimination de certains obstacles notamment ceux liés au problème du foncier, l’allégement des procédures de gestion des aides et du suivi de l’exécution des programmes, sont les facteurs qui ont favorisé ces dernières années l’engouement des citoyens pour ce type d’habitat, a conclu M. Boumekouaz.