L’ensemble des travailleurs, marins et sédentaires, de la compagnie nationale algérienne de navigation (Cnan Nord) ont déposé un préavis de grève de six jours. Une décision prise à l’issue d’une assemblée générale, hier, au siège de Cnan Nord à Alger.

Celle-ci était prévisible dès lors où la compagnie est en difficultés chroniques depuis des années bien qu’elle ait bénéficié d’un plan de redressement, décidé en 2017, sans pour autant se traduire positivement sur le terrain de sa gestion. Pire encore, la Cnan Nord s’est retrouvée empêtrée dans d’inextricables problèmes de gestion qui ont fini par pousser à bout son personnel au point de décider un mouvement de grève. Selon Khiri Bensouna, responsable syndical au sein de la dite compagnie, que Reporters a rencontré à l’issue de l’assemblée, «nous sommes sans salaires depuis plus de deux mois, sans oublier de vous signaler que depuis le début de cette année, non seulement nous ne percevions pas l’intégralité de nos salaires, mais en plus avec de sérieux retards». Comme il a tenu à nous faire savoir que les 229 membres d’équipage, les 108 sédentaires et les 100 sous contrat à durée déterminé (CDD), qui constituent le personnel de la Cnan Nord, se sont toujours montrés patients devant tout ce qu’ils endurent depuis 2017. Année d’installation de Smaïl Larbi Ghomiri en qualité de P-DG de Cnan Nord, «dont nous n’avons eu de cesse de dénoncer la mauvaise gestion du groupe au point de croire qu’il a été installé avec mission de mettre en œuvre une opération de cession du groupe au profit d’un partenaire privé», a lâché notre interlocuteur. Un autre responsable syndical, qui a derrière lui près de vingt-cinq années de service au sein de la compagnie, n’a pas caché sa colère envers ce qu’il appelle une mise en «asphyxie volontaire de la compagnie orchestrée par le P-DG en place», s’est-il révolté. Ce dernier nous apprend, avec beaucoup d’étonnement, que «trois grands navires sont à quai depuis trois mois, dont un vient de faire une restauration très coûteuse». Un jeune officier, parlant au nom de ses collègues, nous a lancé : «Si les choses ne changent pas, nous sommes prêts à démissionner en bloc du moment où nous savons que d’autres compagnies nationales sont demandeuses.» Soulignons que selon un communiqué, qui nous a été remis, les pertes de la Cnan Nord sont en constante augmentation depuis 2017. «L’actif net négatif avoisine les 4 500 millions de DA au 31/12/2018 avec un prévisionnel de 6 500 millions de DA au 31/12/2019», est-il mentionné dans le document. Concernant la plateforme des revendications, elle porte sur neuf points. Entre autres, de procéder à l’audit de la compagnie pour mieux cerner les dysfonctionnements, remplacer le P-DG qui a montré ses limites depuis son installation, et, également, revoir la grille du personnel officier naviguant. Reporters a tenté de connaître le son de cloche du P-DG Smaïn Larbi Ghomri.
Peine perdue. Rappelons enfin que ce dernier avait déclaré, à l’occasion d’une convention passée avec l’OAIC et l’ONIL, pour assurer le transport de leur importation en céréales et en poudre de lait, que cela va permettre à sa compagnie d’enrichir son plan de charge. «Cette convention va renflouer quelque peu les caisses de la compagnie qui accusent un manque à gagner important qui freinent considérablement le fonctionnement de la compagnie», avait-il révélé à la presse. Pour l’heure, il s’agit de savoir si le P-DG va réagir au préavis de grève en organisant une rencontre pour sortir avec des résolutions qui répondent à la plateforme des revendications.